Navigation – Plan du site
Des spécificités à l'analyse arborée

Avant et après la Révolution mexicaine

La politique des présidents à travers leurs discours
Elsa Carrillo-Blouin
p. 225-262

Résumés

La période qui s’étend de 1877 à 1976 recouvre au Mexique deux périodes distinctes : d’une part, de 1877 à 1911, huit mandats consécutifs du régime dictatorial de Porfirio Díaz ; et, d’autre part, le régime issu de la révolution mexicaine, qui a renversé le régime de Díaz et qui, par la suite, a été connu comme le régime du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI). Cette étude s’arrête en 1976, moment où un tournant politique semble s’amorcer au Mexique, après la crise politique de 1968.
L’analyse factorielle effectuée sur les discours présidentiels a permis de saisir les divergences dans leurs positions politiques, en dépit de leur appartenance à un seul parti, voire, les rapprochements entre certaines positions de Díaz et celles des présidents post-revolutionnaires, et de faire surgir les glissements de sens qui se sont produits au cours de la période post-révolutionnaire. Les méthodes informatiques donnent à voir les méandres du discours politique mexicain, dont la langue de bois a fait prendre pour argent comptant un langage dit « populiste », par moments « socialiste », voire, nettement « anti-impérialiste ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Amérique latine

Chronologie :

Période contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1Statistique textuelle et sémiologie sont des concepts à première vue contradictoires tant ils renvoient à des univers conceptuels divergents : rigueur et souplesse, rigidité et flou. Pourtant, diverses études sémiologiques, développées en France depuis plusieurs années ont donné la preuve de leur utile complémentarité pour interpréter un texte, un discours, voire une image, ainsi que leur impact dans la société1.

2C’est avec cette idée que nous avons testé les possibilités offertes par les méthodes quantitatives2 pour des analyses de type sémiologique dans divers travaux concernant l’histoire politique du Mexique3. Nous présentons ici une partie des résultats obtenus à partir du corpus des discours présidentiels au Congrès de 1877 à 19764, afin de donner un éventail des ressources des logiciels du Lexicloud – qui ont certainement évolué depuis –, et de montrer comment ils peuvent être exploités du point de vue historiographique.

1. Pertinence historiographique et méthodologique du corpus

Les discours et le contexte politique

3Au Mexique, comme aux États-Unis ainsi que dans d’autres pays d’Amérique Latine, le président de la nation est tenu d’informer annuellement la Chambre des Députés et celle des Sénateurs réunies en Congrès, sur le développement de son exercice gouvernemental : le bilan de l’année précédente ainsi que les projets de réalisation pour l’année à venir. Bien que ces bilans-rapports portent sur les activités des divers ministères et secrétariats de chaque mandat présidentiel, leur étude sémiologique permet de cerner la manière dont un président, un gouvernement, voire toute une époque ou une génération, ont conçu le politique, dont la gestion gouvernementale a été exercée « au quotidien ». C’est cette « quotidienneté » ou « routine » qui permet d’avoir une assez grande homogénéité énonciative nécessaire à toute étude, ne disons pas seulement lexicale, mais simplement comparative. Cette homogénéité était d’autant plus nécessaire que le corpus couvre les interventions de dix-neuf présidents sur un siècle.

4Il s’agit plus exactement des premiers et derniers discours de chaque mandat présidentiel, ceux qui correspondent à deux moments décisifs : la première année, expérimentale, où le président a besoin d’un appui décisif afin de consolider son gouvernement et d’établir les prémisses de sa gouvernance ; et la dernière, temps de recul, de justification de ce qui a été fait, pas fait ou à moitié fait. Sauf annonce d’importance inattendue au milieu du mandat5, ces deux discours sont les temps forts des périodes présidentielles, en dehors des discours d’investiture dont l’habillage électoral tend à voiler les intentions du régime.

5La pertinence méthodologique de cette recherche a été, par ailleurs, développée avec minutie6, mais il est nécessaire de rappeler que nous avons relevé avec un corpus de 700 000 occurrences, composé de 46 discours qui vont de 1877 à 1976 : le premier et le dernier de chaque mandat présidentiel, sauf pour les présidents intérimaires, dont nous n’avons retenu qu’un seul discours étant donné le caractère atypique de leur situation. Ce corpus couvre ainsi vingt mandats qui sont arrivés à leur terme, cinq discours de présidents intérimaires, ainsi que le dernier discours de Díaz correspondant à son huitième mandat tronqué par le mouvement révolutionnaire de 1910 (Tableau 1).

Tableau 1. Chronologie des discours présidentiels

Tableau 1. Chronologie des discours présidentiels

6Le choix du corpus a une véritable justification historique dans la mesure où il est possible de lui appliquer des traitements statistiques de manière globale, ou bien en le décomposant en deux sous-ensembles autonomes. En effet, la période qui s’étend de 1877 à 1976 recouvre deux phases bien distinctes dans l’histoire politique du Mexique : d’une part, la période qui va de 1877 à 1911 et qui coïncide avec huit mandats consécutifs du régime dictatorial de Porfirio Díaz, ainsi qu’avec celui de Manuel González de 1881 à 1884, juste après le premier mandat de Díaz ; et, d’autre part, le régime issu de la révolution sociale et politique mexicaine – 1910-1920 – qui a renversé le régime trentenaire de Díaz, et qui a été connu par la suite comme le régime du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI). Celui-ci est au pouvoir de 1911 jusqu’aux élections de juillet 2000, lorsque le Parti d’Action Nationale (PAN) l’emporte et s’installe à la tête du pays pour la période 2000-20067. Notre étude s’arrête en 1976, lorsqu’un tournant politique semble s’amorcer – et s’imposer –, après la crise politique de 1968 qui, par la suite, s’est avérée avoir une portée mondiale –, sans que personne ne sache, toutefois, quelle direction le régime priiste allait ou devait prendre pour assurer sa survie. Par la suite, la globalisation économique, plus qu’une réelle incapacité à se transformer – la capacité de se transformer étant apparue à maintes reprises – devait avoir raison du PRI8.

7C’est précisément parce que ce corpus – appelé DIAZ-PRI, pour l’application de l’analyse factorielle9 –, contenait des discours placés dans un contexte énonciatif identique mais appartenant à deux époques séparées par un mouvement révolutionnaire, qu’il a été traité sous deux angles différents : intégralement ou scindé en deux sous-ensembles distincts (appelés DIAZ et PRI) pour tout ce qui concerne l’analyse fine de chaque mandat présidentiel, en particulier les fréquences absolues et les spécificités de chaque discours.

8D’un point de vue strictement méthodologique, il est nécessaire de souligner que dans un tel contexte et avec un corpus doté de caractéristiques bien définies(tels que taille, multiplicité des émetteurs, etc.), cette sorte d’« arrêt sur image » que constituent les méthodes lexicométriques est plus efficace que la simple lecture linéaire de l’ensemble des textes. Il s’agit, en effet, d’émetteurs multiples qui s’expriment à des époques différentes et, par conséquent, ont des approches souvent différentes pour les mêmes questions liées à leur mode de gouvernance ; ou qui, au contraire, laissent apparaître dans leurs discours de nouveaux problèmes, davantage dans l’air du temps qu’issus de leurs options personnelles.

9De plus, ce « refroidissement » du discours, cette première étape de (fausse) « décontextualisation » des termes, permet d’attirer l’attention sur des mots, des manières de dire ou de s’exprimer à propos de certains sujets, par le biais d’une fréquence trop élevée ou d’un recul de rang, vérifiés ensuite par le poids de la spécificité du terme ou de l’expression. Inversement, la sous-représentation d’un terme considéré comme récurrent, peut conduire à relativiser l’appartenance du thème politique ou, tout au contraire, donner des pistes pour une recherche plus poussée, afin de savoir pourquoi et comment le discours est resté évasif sur un point largement discuté par la société à ce moment précis. Ou, encore, découvrir qu’une position jugée alors importante ne l’est pas restée avec le temps, dans les écrits postérieurs. Les perspectives autant que les conjonctures attestées sont multiples et cela grâce à la systématisation terminologique permise par les programmes lexicologiques.

L’élaboration d’un tableau récapitulatif
des résultats lexicométriques

10Le tableau 2 (en Annexe) permet d’exploiter les résultats obtenus grâce aux programmes de lexicométrie. Dans ce tableau, ont été rassemblée les données qui indiquent les principales évolutions entre la période pré-révolutionnaire et celle qui suit la révolution, ainsi que les nuances à apporter par chaque mandat présidentiel10.

11Il a été construit à partir des fréquences absolues de chaque ensemble pris séparément (colonne 3) : d’abord DIAZ, avec 17 discours de 1877 jusqu’à 1911 et, ensuite, PRI, avec 29 discours de 1911 (Francisco de la Barra, qui assure l’intérim), jusqu’à 1976 (le dernier de Luis Echeverría Alvarez)11. Ces fréquences absolues ne concernent que les mots-clés forts ou significatifs12.

12Il faudrait ajouter ici que les termes présentés dans ces listes à partir des fréquences absolues de chaque corpus ont été débarrassés de toute ambiguïté lorsque cela s’est avéré nécessaire : par exemple le mot estado qui, en espagnol, prête à confusion entre le participe passé du verbe être (he estado) et le terme politique « État », et qui dans les discours apparaît écrit aussi avec un « e » minuscule13. En revanche, nous avons préféré travailler avec les mots « bruts », c’est-à-dire sans procéder à une lemmatisation des termes, comme cela peut être effctué avec les mots nuestra et nuestro qui apparaissent respectivement en neuvième et dixième place, sur la partie PRI du Tableau 2 (pour ce qui concerne la lemmatisation, sur les Graphiques 1 et 2)14.

Graphique 1. Mexico et ses dérivés, 1877-1911

Graphique 1. Mexico et ses dérivés, 1877-1911

Graphique 2. Mexico et ses dérivés, 1911-1976

Graphique 2. Mexico et ses dérivés, 1911-1976

13C’est à partir de cette fréquence absolue des mots-forts qui apparaissent dans la colonne 2 (TERME), que nous avons donné le RANG du Terme (colonne 1) par ordre décroissant, et ceci pour chacun des deux sous-ensembles. L’information qui apparaît parfois sous les termes indique leur changement de rang d’une période à l’autre (tant de DIAZ à PRI, que de PRI à DIAZ), ce qui, pour certains d’entre eux, peut être assez significatif. Ainsi, par exemple, le mot Ejecutivo passe du rang 1 chez DIAZ à la quatrième place dans l’ensemble PRI, ce qui se traduit par une mention (- 4) dans la liste. Cette mention correspond au nombre de places que le mot « a perdu »15. Ces déplacements donnent un aperçu de l’évolution des mentalités politiques.

14Dans la colonne 4 sont listées – toujours pour chacun des ensembles pris séparément – les années où les discours renferment les plus hautes fréquences d’un terme quelconque à l’intérieur de sa propre période. En les associant à cette fréquence record, avec l’information précédemment obtenue (rangs par période) comme toile de fond, le contexte politique qui entoure la plus ou moins forte énonciation de ce terme à un moment donné se trouve ainsi défini.

15Finalement, dans la colonne 5, se trouvent énoncées les années où un terme s’est avéré spécifique, c’est-à-dire où il est apparu d’une manière « anormalement » récurrente. Cette « anomalie » appelle obligatoirement une analyse plus fine, par le biais de sa contextualisation tant lexicale (cf. note 10) qu’historique. Statistiquement parlant, les spécificités apportent les nuances indispensables lorsqu’on analyse de gros corpus, formés par plusieurs sous-corpus.

16En effet, l’analyse factorielle – construite à partir des spécificités – donne la mesure des possibles rapprochements ou éloignements lexicaux d’une période à une autre, ou entre les divers discours d’une même période. Au niveau de l’interprétation, cela se traduit par des rapprochements ou des éloignements de tendances politiques entre les présidents, en dépit de leur appartenance au même parti16. Mais les mesures des spécificités donnent une vue détaillée de chaque discours, de son originalité dans une période déterminée17.

17En colonne 5, figurent donc les années pour lesquelles le terme apparaît récurrent d’une manière « anormale ». Ce sont les spécificités positives, accompagnées par leur exponentiel de spécificité (EXP, exemple : 1,8 –07). Cependant, le programme SPEC2 révèle aussi « le déficit » statistique d’un terme. Comme les spécificités positives, il se calcule par rapport à la taille du discours et au nombre théorique de fréquences attendues, mais aussi par rapport au même indicateur pour chacun des autres discours de l’ensemble du corpus traité. Dans ce cas, ce sont les spécificités négatives, et les années où le terme est « déficitaire » qui sont inscrites dans le tableau, après la liste des années à spécificités positives et sous le signe « - : »18.

2. Analyse du tableau récapitulatif
des résultats lexicométriques

18Sur les listes qui composent le Tableau 2 (en Annexe), sont énoncés les 60 premiers « mots-forts » qui apparaissent dans les deux corpus, DIAZ et PRI, pris séparément19, ainsi que les discours dans lesquels ces mots ont été le plus fréquemment prononcés, et finalement, les années pour lesquelles ces mots présentent une plus forte spécificité positive ou négative.

19Dans l’ensemble, les mêmes mots figurent dans les deux corpus. Cela répond à un principe linguistique, généralement vérifiable, qui veut que tout discours se construise à partir d’un axe partiel où le nombre de formes différentes ne représente, à peu près, que le tiers du discours total, surtout lorsqu’ils tournent autour de la même thématique générale. Dans les deux corpus, cet axe est formé, essentiellement, par les mots qui sont présentés ici, ainsi que par les mots-outils qui ne se trouvent pas dans ces listes20.

20Les différences de rang pour chacun de ces mots sont dues, en partie, à la différence même de la taille des deux corpus. Ainsi des mots comme puerto ou Escuela qui arrivent en 35e et 36e position chez DIAZ avec 61 et 59 occurrences respectivement, n’ont dans le corpus PRI que 88 et 266 occurrences. Il est certain que par le nombre d’occurrences, ces mots sont plus importants au xxe siècle qu’au xixe siècle. Cependant, les seuils fixés pour les 60 premiers termes sont de 46 pour le corpus DIAZ et de 345 pour le corpus PRI, de sorte que les 88 et les 266 occurrences des mots puerto et Escuela – importantes chez DIAZ –, se positionnent loin derrière le seuil de 345 occurrences fixé pour le corpus PRI. Ce qui importe, c’est la place à laquelle arrive un mot par rapport au même mot dans l’autre corpus. Analysons donc la première partie de cette liste, la deuxième partie étant celle qui correspond aux discours qui présentent les plus hautes fréquences de ces mots, ou dans lesquels ils sont spécifiques.

21Le premier changement qui s’opère entre les deux corpus est celui qui concerne les mots Ejecutivo – premier rang dans DIAZ, quatrième dans PRI –, et Gobierno – deuxième dans DIAZ, premier dans PRI –. Cette inversion est significative du passage d’un gouvernement reposant sur une seule personne – Porfirio Díaz –, à un gouvernement où il l’est par un ensemble de personnes et où l’acte gouvernemental paraît devenir une affaire d’équipe, l’équipe gouvernementale21.

22Par le nombre de fréquences, le mot « Ejecutivo » est plus important dans les discours de 1880, 1884 (M. González) et dans celui de 1893, année où Porfirio Díaz accueille dans son gouvernement un groupe de jeunes technocrates, très influencés par le positivisme français et qui, plus tard, au moment de la révolution, seront appelés científicos. Ce groupe était avide de réformes politiques et sociales et pensait pouvoir les entreprendre de l’intérieur du régime. Dans ce contexte, la récurrence du terme Ejecutivo en 1893 – d’emblée caractéristique du porfiriat – était une manière de rappeler à ces jeunes que rien ne pourrait se faire sans l’accord du Chef de l’Exécutif, de qui partaient toutes les décisions et vers qui toutes les initiatives devaient converger. Quant à Manuel González – comme plus tard P. Ortiz Rubio –, la récurrence voire la spécificité du terme dans son discours, répond au désir de se valoriser face à Porfirio Díaz en train de devenir un caudillo national depuis la révolution de Tuxtepec. Par ailleurs, il est intéressant de noter la spécificité du mot Ejecutivo dans le premier discours présidentiel de Díaz en 1877, après l’épisode de Tuxtepec. En revanche, les années 1900, 1901, 1904 et 1910, qui correspondent aux dix dernières années de son long régime, présentent un « déficit » de ce mot. Or, elles coïncident avec la montée en puissance des critiques à l’égard de son pouvoir.

23Pour le xxe siècle, le terme occupe encore le quatrième rang, après toutefois le mot « Gouvernement ». Il apparaît de manière récurrente dans les discours de 1919, 1925, 1928 et 193122, trois de ces années étant également marquées par les spécificités : 1919, 1925 et 1931. Le discours de 1919 est le dernier de Venustiano Carranza, chef de la révolution qui souhaite avant tout arrêter la mobilisation révolutionnaire et donner aux revendications un cadre strictement constitutionnel. Cependant, la situation est difficile à maîtriser et d’autres factions fortes, provenant d’autres régions du nord, lui disputent le pouvoir. En outre, Carranza s’oppose au gouvernement nord-américain sur l’exploitation pétrolière ainsi que sur la propriété de vastes zones agricoles qui se trouvaient, entre autres, à la frontière nord du Mexique. Il meurt assassiné sept mois après ce discours23.

24Quant aux hautes fréquences du mot « Exécutif » et leur spécificité dans les discours de 1925 et de 1931 (Plutarco E. Calles et Pascual Ortiz Rubio, cf. Tableau 1), elles décrivent une situation qui n’est pas sans rappeler celle de Manuel Gonzalez pour le xixe siècle. En effet, ces deux présidents doivent imposer leur autorité face aux caudillos et aux chefs révolutionnaires qui les précédaient et qui tentaient de prolonger leur pouvoir. Le premier, Calles, doit lutter contre Alvaro Obregón – tous deux sont originaires de l’État du Sonora –, qui mourra assassiné en 1928, lors de l’annonce de sa candidature pour un second mandat présidentiel24. Pour sa part, Ortiz Rubio doit faire face à son tour, en 1931, à Plutarco E. Calles qui tentait de rester au pouvoir par personnes interposées : Portes Gil, Ortiz Rubio et Rodríguez. Ortiz Rubio essaie, en effet, de contrer l’influence de Calles en s’appuyant sur un groupe parlementaire qu’il est parvenu à constituer au sein de la Chambre des Députés, avant d’être écarté définitivement du pouvoir par son adversaire25.

25De la même veine, sont les discours de 1913 et 1914 (V. Huerta 1 et 226, ce président étant arrivé au pouvoir par un coup d’État après la révolution), de 1920 (Adolfo de la Huerta, de l’équipe sonorienne), et d’une manière moins évidente de 1921 (le premier message d’Obregón) et les deux discours de Francisco I. Madero en 1912. Tous tentent d’établir et de consolider leur pouvoir dans une période de forte turbulence politique.

26De la même manière qu’au xixe siècle, le mot Ejecutivo perd de sa force pendant la deuxième moitié du xxe siècle. Ainsi, il y a un véritable déficit dans les deux discours de Gustavo Díaz Ordaz (1965 et 1970) et dans le deuxième message de Luis Echeverría. Veut-on se décharger de toute responsabilité dans la crise politique que traverse le pays après le massacre des étudiants en octobre 196827 ? Est-ce une manière de donner une réponse à cette crise ? Plus que d’une « déresponsabilisation », nous pensons qu’il s’agit d’une manière de ne plus désigner nommément les responsables de la situation ainsi créée. Ceci prend toute sa signification lorsqu’on songe au système du présidentialisme mexicain, maintes fois décrit et analysé par divers auteurs mexicains et étrangers. D’autres discours présentent un déficit du mot « Exécutif », ceux de 1946 (Camacho 2), 1947-1952 (Alemán 1 et 2), 1953-1958 (Ruíz Cortínez 1 et 2) et 1971 (Echeverría 1)… Une constante est que le déficit de ce mot se trouve la plupart du temps dans les deuxièmes et derniers discours de chaque mandat présidentiel qui, par ailleurs, coïncident avec une recrudescence dans l’utilisation des chiffres, le bilan général du mandat s’averrant fréquemment en de çà de ce qui avait été promis lors du discours d’investiture28.

27Quoi qu’il en soit, il est sûr que pendant les deux périodes, on a sciemment voulu établir dès le départ un régime avec un Exécutif fort et pour lequel on a toujours trouvé des arguments de poids29. Cependant, il paraît aujourd’hui évident que plus ce régime s’est « perfectionné », plus il a créé de mécontents et plus il a voulu jongler avec cette réalité en s’effaçant – entre autres – derrière le mot « Gouvernement ». Jongler pour cacher une réalité ou jongler parce que la réalité elle-même change ? Disons simplement que ce terme a l’avantage d’être plus abstrait que celui d’« Exécutif ». Dans de telles circonstances, lorsqu’on cherche les « responsables » d’un bilan, ceux-ci peuvent se trouver plus aisément lorsque le pouvoir repose sur toute une équipe gouvernementale, car la mise à l’écart d’un ministre est moins délicate que celle du pivot du régime, qu’il soit roi ou président.

28Ce dernier phénomène s’observe bien dans l’ensemble du xixe siècle, où le mot « Gouvernement » apparaît comme spécifique du tout dernier discours de Porfirio Díaz en 1911. Alors que le terme « Exécutif » avait commencé à s’effacer dès le début du siècle (1900), le mot « Gouvernement » n’apparaît de manière spécifique qu’une fois le mouvement révolutionnaire déclenché.

29Pour la période PRI, si l’évolution est identique pour le terme « Exécutif », elle ne l’est pas pour « Gouvernement », qui se révèle spécifique de discours espacés dans le temps : en 1917-1919 (Carranza), il s’agit de la formation du nouveau gouvernement et de sa légitimité après une confrontation fratricide, en 1914 (Huerta 2), 1940 (Cárdenas 2) et 1953 (Ruiz Cortínez 1). En revanche, il est déficitaire en 1924 (Obregón 2), 1928 (Calles 2) 1931 (Ortiz Rubio), 1947 (Alemán 1), 1970 (Ordaz 2), 1971 et 1976 (Echeverría), c’est-à-dire généralement à la fin des mandats.

30À cette époque ce sont les mots « pays » et México qui prennent le dessus. Le mot México (Mexique), reste à la troisième place dans les deux corpus. En revanche, país glisse de sept places du xixe au xxe siècle. Dans les deux cas, país est un synonyme de México. Au xixe siècle, sur les 129 fois où il apparaît, il fait seulement quatorze fois référence à un autre pays que le Mexique, la plupart du temps les États-Unis. Et pourtant, depuis 1893, le gouvernement porfiriste avait tissé des rapports privilégiés avec la France au travers de son ministre des Finances, José Yves Limantour, fils d’un homme d’affaires français établi au Mexique depuis les années 1830.

31Au xxe siècle, le résultat est identique : sur 1 546 occurrences, país est utilisé moins de 50 fois pour nommer un autre pays. Il s’agit, entre autres, du deuxième discours de Calles (1928), lorsque ce président arrive à un accord avec les États-Unis, mettant ainsi un terme au bras de fer qui s’était engagé depuis l’époque de Carranza30 ; et, d’autre part, des deux discours de Luis Echeverría Alvarez (1971-1976) – à la fin de notre période d’étude –, lorsque les relations internationales du Mexique tendent théoriquement à se diversifier, spécialement en direction de la France et des pays alors appelés non-alignés31.

32Le terme « République » reste également lexicalement ambigu car, plutôt que pour définir concrètement un régime, un type de gouvernement, il s’utilise quasiment comme synonyme de « pays », soit le Mexique, soit un autre pays. Donnons un seul exemple où le mot « République » a un sens politique, en nous rapportant aux deux discours d’Avila Camacho. Ils illustrent bien, même si ce terme n’y est pas spécifique, l’ambiguïté de l’usage de ce terme en même temps que son utilisation quelque peu formelle. Dans son discours de 1941, Manuel Avila Camacho fait référence aux États-Unis et au Mexique au moyen de la phrase « les deux Républiques », tandis qu’en 1946, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les États-Unis sont appelés de manière récurrente « ce pays » ou « ledit pays ». D’une certaine manière, cette appellation « minore » le statut privilégié de République qui lui avait été donné au début du conflit mondial :

« Dans le cadre de l’activité interaméricaine, c’est un plaisir pour moi de souligner le resserrement des heureux rapports qui lient notre peuple avec celui des États-Unis. La politique de bon voisinage préconisée par le président Roosevelt a toujours trouvé un écho certain, ferme et cordial parmi nous. Les négociations qui, par voie diplomatique, se sont effectuées afin d’arriver à un arrangement général, juste et équitable concernant les diverses questions en suspens entre les deux pays, se trouvent sur le point d’atteindre un résultat pleinement satisfaisant […] la bonne disposition des deux gouvernements a permis que nous soyons maintenant habilités pour annoncer la prochaine résolution de problèmes qui, pendant des années, avaient constitué de sérieux motifs de divergence entre les deux Républiques […] L’un des problèmes qui requiert la plus vigilante attention c’est de protéger notre commerce […] Il s’agit (de) définir les règles pour l’exportation de nos produits, afin que le Mexique ne devienne pas le fournisseur de certains articles que quelques puissances extracontinentales sont en train d’utiliser pour une œuvre de haine et de destruction. Ce besoin, politique et moral, exigeait la prévision d’un marché de vente qui n’implique pas le moindre affaiblissement de la cause du continent… »32.

33En un mot, il s’agissait d’établir un contrôle sévère des exportations mexicaines et du commerce mexicain avec les autres nations. Nous sommes en septembre 1941, quelques mois avant l’entrée officielle des États-Unis dans le deuxième conflit mondial. Cependant, les préparatifs pour la guerre avaient déjà commencé ; des consignes tant commerciales que politiques et militaires33 avaient été données au niveau du continent. Par voie de conséquence, des problèmes qui se subsistaient depuis une cinquantaine d’années entre le Mexique et les États-Unis, entre autres au sujet du pétrole – nationalisé en 1938, deux ans avant ce discours –, semblaient dorénavent réglés ou en voie de l’être34. Comme nous pouvons le voir, une « cause » continentale semblait déjà instituée, le Mexique se plaçant à l’avant-garde des pays latino-américains vis-à-vis des États-Unis, comme le fer de lance de la lutte pour la démocratie35. C’est l’époque où le Parti de la Révolution Mexicaine devient, petit à petit, le Parti Révolutionnaire Institutionnel, à savoir le parti d’une révolution institutionnalisée et, dans son ensemble, figée (cf. note 7).

34En tout cas, le ton entreprenant et presque triomphaliste, avec lequel des Républiques aussi dissemblables que les États-Unis et le Mexique sont placées sur le même plan, n’a plus rien à voir avec celui du dernier discours de ce même président, en septembre 1946 :

« Plus je vis, et plus je me persuade qu’il y a des principes universels qu’on ne peut pas éluder ; mais pour lesquels il n’y a pas de solutions universelles qui soient incontestables. Notre adhésion à certains de ces principes [la démocratie], ne doit pas nous induire à l’adoption systématique de tous les autres [principes] […] Je ne sais pas si nous avons réussi à faire tout ce que nous avons tenté de faire ; mais tout ce que nous avons tenté, nous l’avons fait de bonne foi. À défaut, peut-être, d’un autre type de mérite, le Mexique doit revendiquer face au monde entier, un mérite irréfutable : la loyauté. Par loyauté et avec loyauté, nous avons accepté la guerre qu’ont provoquée les puissances nazi-fascistes […] Après être entrés dans la lutte pour la paix et la justice, nous nous rendons compte qu’il est plus facile d’obtenir la première que la seconde. Cependant, celle-là sans celle-ci, n’est que chagrin, inquiétude, méfiance, fatigue, plutôt que joie du triomphe [ou] enthousiasme pour commencer une nouvelle vie. Nous avons lutté pour l’égalité des droits de l’homme et des races. Et nous constatons que des nuages sont en train d’obscurcir ces droits, devant l’angoissante disparité des moyens de domination. Nous avons rêvé d’un système qui ne s’appuie pas sur la vieille séparation des peuples faibles et forts. Et nous nous retrouvons dans un âge dans lequel les forts se considèrent encore plus forts et les faibles plus vulnérables que jamais […]. Cependant, avec plus ou moins de réserves, les grandes puissances de notre temps admettent un dénominateur commun, elles parlent toutes au nom des principes humains et universels. Et si certaines d’entre elles tentaient, en usant des termes de ces principes mêmes, de les trahir, elles iraient à l’encontre de ce qui a fait leur victoire, elles lèveraient contre elles toutes les forces de la terre et quelles que soient leurs ressources, elles se rendraient compte que celles du reste du monde sont plus grandes et que même si l’union des autres pays est lente, ils sont néanmoins capables de résister […] C’est cela notre rôle essentiel en tant que peuple qui est en train de se former […] Ne pas attendre que les forts nous donnent ce que nous pouvons seulement nous donner nous-mêmes […] Pour celui qui tente de remplir ses fonctions sans faux-fuyants, l’[exercice du] Gouvernement est une chaire prodigieuse qui, jour après jour, enseigne à être plus humble et à ne pas prendre les espoirs et les paroles comme des faits et des arguments… ».

35Cet extrait témoigne d’une énorme désillusion et contraste fortement avec les paroles enthousiastes de ce président au début de son mandat et avec l’engagement politique du Mexique dans le deuxième conflit mondial. Manuel Avila Camacho, et le Mexique en général, militaient au sein des Nations-Unies pour le principe de non-intervention politique, surtout de la part des grandes puissances dans les pays économiquement faibles. Des principes abstraits sont timidement évoqués (droits de l’homme, des nations, démocratie), mais semblent s’effacer et perdre de leur valeur face à la réalité : les Républiques, quelles qu’elles soient, ont disparu et ce qui reste c’est la loi du plus fort. Camacho s’excuse presque d’avoir cru à un rêve et tire deux enseignements : ne rien attendre de la part des grandes puissances et ne plus prendre pour argent comptant les promesses et les paroles36.

36En tout cas, le mot « République » arrive en cinquième position au xxe siècle et il reste spécifique des deux premières décennies de ce siècle, alors qu’il ne figure qu’en huitième position pour la période DIAZ, sans qu’il soit spécifique d’un discours quelconque. Néanmoins, c’est en 1893 et en 1910 qu’il présente les plus hautes fréquences : en 1893, dans le bilan qui fait suite, comme nous l’avons signalé, à l’intégration de jeunes technocrates qui souhaitaient des réformes politiques ; et en 1910, dans un discours qui inaugure les somptueuses fêtes destinées à commémorer le centenaire de l’indépendance du Mexique, et pour lesquelles Porfirio Díaz avait invité de nombreux et importants représentants étrangers. « République » est donc utilisé, en cette année 1910, avec une double connotation sémantique : d’apparat, car adressé aux divers représentants consulaires, mais sûrement aussi politique, afin de lutter contre la contestation qui, depuis 1908, demandait la démocratisation du régime et s’opposaient à une nouvelle réélection de Díaz.

37Quant aux mots trabajos et servicios qui arrivent en quatrième et cinquième place dans le corpus DIAZ, ils arrivent en seizième et quatorzième places dans la période PRI. Il sont en fait plutôt caractéristiques des deux premières décennies du xxe siècle. Ces mots sont à mettre en relation avec le mot obras qui, lui, se déplace de la dixième place dans DIAZ – spécifique de 1900 et 1910 – à la huitième dans PRI. Ce dernier terme est, en revanche, spécifique de la deuxième moitié du siècle (1941 à 1970) et déficitaire pendant les deux premières décennies, qui correspondent à l’arrêt de la mobilisation révolutionnaire, seule œuvre urgente à accomplir à ce moment-là. Cependant, ces changements de rang situent le terme obras comme un terme du xxe siècle dont l’utilisation commence à s’accroître à partir de 1900. Obras (des œuvres) fait référence tant à des travaux de construction qu’à des faits qui ont été accomplis.

38En revanche, Secretaría (ministère), onzième dans DIAZ passe à la sixième place au xxe siècle, mais ce terme est plutôt caractéristique des trois premières décennies que de la fin de la période. Ceci est à mettre en rapport avec les changements de présentation du rapport lui-même, ainsi qu’avec les effets de la réorganisation de l’État qui devient plus large et plus spécialisée37.

39Le mot « Congrès » passe de la sixième place à la vingtième dans PRI. Cependant, à partir de 1890, ce terme commence à faire davantage référence à des réunions scientifiques ou artistiques nationales ou internationales qu’à une quelconque connotation politique. On en arrive en 1910, année des festivités de l’anniversaire de l’Indépendance, à avoir sept occurrences du mot « Congrès » comme synonyme de « Colloque », sur onze. Dans l’année 1900, où il est spécifique, trois occurrences sur six seulement font référence au « Congrès de l’Union » (les Chambres réunies). Pour le xxe siècle, la tendance se confirme : le président intérimaire de la Barra se référera huit fois sur onze à des colloques. Díaz n’a prononcé ce mot que deux fois dans son premier discours en 1877, suite à la révolution de Tuxtepec qui l’avait amené au pouvoir.

40Par la suite, l’apparition d’une connotation politique de ce mot se confirme de plus en plus jusqu’au discours de 1931 – Pascual Ortiz Rubio – où existe une véritable spécificité du terme au sens politique : 35 fois sur 48 le mot Congrès fait référence au « Congrès de l’Union ». Rappelons qu’Ortiz Rubio essaie de lutter contre le pouvoir de Plutarco Elías Calles en s’appuyant sur un groupe parlementaire qu’il a réussi à constituer. Plus tard, cependant, Lázaro Cárdenas bénéficie du soutien de ce même groupe et de l’influence qu’il exerce sur un milieu militaire rajeuni38, tant pour arriver à la présidence en 1934, que pour écarter Calles du pouvoir en 1936, et pour mettre ainsi un terme à ce qui est connu comme l’ère sonorienne et le Maximat39.

41Le terme « Congrès » présente une tendance à la baisse, sauf dans le discours d’Avila Camacho en 1941, qui l’utilise largement dans le sens de « Colloque » (8 fois sur 17), ce qui démontre l’activité diplomatique du Mexique dans le contexte de préparation à la guerre. Une reprise dans l’usage de « Congrès », au sens politique du mot, cette fois, s’observe dans les deux interventions de Luis Echeverría (1971-1976). Elle répond au désir du régime, après la crise de 1968, de passer d’une politique d’apaisement à tout prix par la censure et l’étouffement des mobilisations sociales, à une politique de mobilisation politique et culturelle. Ce discours devient alors engagé et mobilisateur. Ainsi, un haut fonctionnaire de l’époque s’exprimait dans les termes suivants au cours d’un symposium sur l’Amérique Latine, organisé à Austin (Texas) en 1971 :

« L’efficacité du système mexicain a reposé […] sur la flexibilité qu’il a montrée pour maintenir la primauté de ce qui est spécifiquement politique […] [C’est pour cette raison] que nous recherchons des réponses heureuses aux nouvelles demandes [de la société] par une tentative d’ouverture à la participation et au dialogue, en ayant recours à la terminologie en vogue ; de la même manière, on cherche à ce que le modèle politique se déplace de la réconciliation vers la mobilisation… »40.

42Cinq années plus tard, en 1976, le président Luis Echeverría s’exprimait dans les termes suivants :

« Quelques timorés prédisaient que [les Chiliens qui avaient trouvé asile au Mexique], allaient participer à des actes de violence et de terrorisme […] [ce qui nous fait penser] que certains voudraient que ce gouvernement ou le prochain, déchaînent […] une ‘chasse aux sorcières’, et que n’importe quel dissident, n’importe quel éditorialiste qui critique le Gouvernement ou la situation internationale, n’importe quel poète qui écrit librement, n’importe quel jeune aux cheveux longs, ou simplement celui qui nous regarde de travers, soit poursuivi par les autorités (…) Ceci ne va pas arriver au Mexique. Tout au contraire : nous avons demandé aux étudiants universitaires et polytechniciens, qu’ils soient critiques, qu’ils soient dissidents ; que leur anticonformisme face aux problèmes du pays ou aux problèmes internationaux, liées aux injustices en tout genre, ne s’épuise pas seulement dans les salles de cours. Nous les exhortons, au contraire, à bien se former et à sortir [de l’Université] quatre ou cinq années plus tard pour lutter, afin de transformer dans un sens positif la société… »41.

43Il est symptomatique de relever que ces déclarations surviennent après le massacre des étudiants en mai 1968, sous la présidence de G. Díaz Ordaz, alors que Luis Echeverría occupait un poste important au Ministère de l’Intérieur.

44Enfin, Nacional change de 23 places en passant du corpus DIAZ à celui du PRI, et sa variante avec minuscule nacional progresse de 50 places. L’utilisation plus fréquente de ce terme au xxe siècle doit être mise en relation avec le désir de développer une politique davantage axée sur les intérêts économiques du pays. Dans le domaine pétrolier, la spectaculaire « expropriation » effectuée sur des compagnies pétrolières étrangères en 1938-1942 n’a concerné, il est vrai, que les réserves du sous-sol. L’exploitation n’a été « nationalisée » qu’à 51 %, les 49 % restants sont demeurés à la disposition des actionnaires privés, à la condition que les investissements étrangers ne dépassent pas en volume les investissements nationaux. En dépit de ces restrictions, l’industrie de transformation, par exemple, a toujours fonctionné majoritairement avec des investissements extérieurs42. Il est curieux de noter que cette politique de « mexicanisation » – car à l’époque on ne parlait pas encore beaucoup de « nationalisation » – est née vers la fin du régime de Porfirio Díaz, sous l’impulsion d’un « étranger », le Ministre des Finances d’origine française, José Yves Limantour. En 1900, le président Díaz affirme :

« Dans quelques jours, le Ministère des Finances soumettra au Congrès une initiative que je confie à votre illustre considération. Cette initiative concerne l’important sujet des biens nationalisés et a comme objectif la consolidation de la propriété de ce type ; il énonce toutes les actions que le Trésor pourra exercer, préservant ainsi indemnes les principes dont ces lois se sont inspirées… ».

45Quelques années plus tard, en 1904, il déclare :

« Afin de renforcer la solidité des titres avec lesquels on peut posséder diverses fractions de terrains dans l’isthme de Tehuantepec, tout en favorisant le développement de l’industrie du pétrole dans le pays, on a noué avec une maison respectable de Londres, un contrat par lequel elle s’engage à remplir toutes les formalités que les lois exigent des propriétaires, si elle veut obtenir les titres de propriété en échange de l’exploitation du sous-sol… ».

46Il s’agissait d’un avertissement discret, mais dont le simple énoncé mettait en relief les nouvelles conditions d’exploitation. En effet, à partir de cette époque, le régime porfiriste tente de négocier des concessions soumises à l’impôt et, surtout, qui doivent porter sur l’exploitation elle-même et non plus sur le sol ou le sous-sol, dont la propriété revient dorénavant à la nation. Le problème pétrolier est alors en gestation et ne sera résolu qu’à la veille du deuxième conflit mondial.

47Les mots nuestra et nuestro changent respectivement de douze et sept places, suivant un déplacement de rang similaire aux termes país (+ 7), México, surtout utilisés à la fin de chacune des deux périodes et Nacional (+ 23). Ces glissements expriment la revendication de ce qui est « à nous », par rapport à ce qui, par le passé, ne l’était pas. À cet égard, il est intéressant de constater que le mot Nacional présente les plus hautes fréquences et devient spécifique dans les deux derniers discours de Porfirio Díaz (ceux de 1910 et 1911), alors que pendant la période PRI, c’est le cas pendant les années de la grande crise économique (1929 à 1933), et lors du dernier discours de Luis Echeverría, au moment où ce président tente de surmonter la crise politique que le Mexique vient de traverser. Cependant, les spécificités sont diffuses et mieux réparties que dans la période DIAZ.

48Tout ce vocabulaire qui se rapporte à la mexicanisation de l’économie est quelque peu artificiel lorsqu’on connaît la portée réelle des nationalisations et des diverses réformes. Ainsi, la « loi » perd sept places, bien qu’on lui concède un « statut » plus important en lui accordant une majuscule – « loi » chez DIAZ, « Loi » dans PRI.

49Les « États » (provinces), reculent d’une seule place alors que le terme « politique » (7 occurrences dans DIAZ, 580 dans PRI), mais aussi celui de « production », gagnent plus de 50 places. Tout en étant un régime de gestion, comme celui de Porfirio Díaz, le PRI introduit de plain-pied, et à l’exception de quelques périodes – surtout Miguel Alemán en 1947 et 1952 –, une dimension largement politique dans ses discours, les premières revendications du mouvement révolutionnaire ayant été précisément de type politique. Les présidents issus de ce parti ne pouvaient pas l’oublier. C’est précisément cette évacuation de la dimension politique par le gouvernement qui a provoqué – avec d’autres facteurs – la crise de 1968 et, plus tard, la chute du régime « révolutionnaire », à partir du moment où les mandats qui se succédent dès 1988 sont avant tout économiques, gestionnaires et administratifs.

50Un autre mot, pas forcément lié au politique, mais lié au champ du politique, c’est le mot pueblo. Il se déplace de plus de 40 places. Curieusement ce terme devient spécifique à partir des discours de 1959, c’est-à-dire au moment où la mobilisation révolutionnaire n’est plus qu’un souvenir extrêmement lointain. De là le besoin, en 1971, de réactiver un discours « mobilisateur » par une nouvelle politique de dialogue et d’engagement pendant la période de Luis Echeverría.

51Le terme « développement » (avec minuscule) passe de la 49e place à la 23e place pendant la période PRI. Il est quasiment spécifique des mêmes discours que pueblo, tout comme le mot « social ». Toute cette terminologie correspond aux politiques « de développement » (de desarrollo), engagées par le Mexique et la plupart des pays latino-américains depuis les années 1950 et jusqu’à la fin des années 197043. Paradoxalement, ces termes s’inscrivent dans un mouvement qui va d’un désengagement politique de la part du gouvernement (ou d’un engagement purement formel) à un nouveau type d’engagement et de mobilisation, par le biais de la culture et de l’éducation pendant les années 1970 (Echeverría) :

« La réalité et les connaissances humaines évoluent de manière accélérée. Il est nécessaire de former les enfants et les jeunes, afin qu’ils vivent leurs expériences concrètes et leur moment historique [références marxistes en vogue à l’époque], et qu’ils soient capables de forger le siècle prochain […]. Les nouvelles générations doivent comprendre le contenu moral et patriotique de l’efficacité. Nous avons confiance dans le progrès scientifique et technologique afin de modifier notre position dans le monde. Le Mexique poursuit inlassablement un mouvement de libération mentale44, afin de rendre plus autonome et plus rapide sa croissance… »

52C’était la période où le rêve d’une industrie proprement mexicaine commençait à appartenir au passé, la politique de substitution des importations était remplacée par l’établissement massif de maquiladoras au Mexique… Il fallait préparer la jeunesse mexicaine45 à travailler dans ces usines d’assemblage ce qui, plus tard, provoquera tant de délocalisations dans les pays développés et qui ne résoudra pas de manière permanente le problème du chômage dans les pays dits « en développement ». La Révolution est désormais mentale et technique et se situe sur le terrain de l’international.

53Les « États-Unis » – terme à mettre en parallèle avec le mot « pays » lorsqu’il fait référence à cet État –, passent de la douzième place pendant le xixe siècle, à la trente-quatrième au xxe siècle. C’est le seul pays qui se trouve sur les deux listes ; cependant il est spécifique d’un seul discours, celui de Venustiano Carranza en 1919, le second, lorsque les rapports avec les États-Unis se sont trouvés dans l’une des phases les plus critiques du xxe siècle et toujours à cause du bras de fer à propos de la « mexicanisation » du pétrole.

54Les « pays », d’une manière générale, gagnent plus de trente places pendant le xxe siècle. En revanche, l’État de Veracruz n’apparaît que sur la liste DIAZ à la vingt-quatrième place. À l’époque, Veracruz, bien plus que la frontière nord du Mexique, figure comme le lieu privilégié pour les relations extérieures, particulièrement avec l’Europe et la France. Pour sa part, le « District Fédéral », la capitale du Mexique, gagne dix places dans le corpus PRI, étant donné qu’il était plutôt appelé « la » ou « cette capitale » dans les discours de Díaz. Ce terme apparaît à la seizième place dans le corpus, alors que « District-Fédéral » y occupe seulement la cinquante-quatrième place.

55L’« État », qui est plutôt « l’État de… (Veracruz, du Sonora, etc.) », gagne quarante places, en même temps que le mot « fiscal » en perd plus de quarante du xixe au xxe siècle. L’« accord » ou « en accord avec » gagne, quant à lui, trente places dans PRI.

56Le possessif mi (ma, mon), se déplace de plus de vingt-cinq rangs, et il est spécifique de plusieurs discours : le premier de Calles, après la mort du charismatique Obregón ; celui de Pascual Ortiz Rubio en 1933 ; le premier d’Avila Camacho, président qui succède au populaire Lázaro Cárdenas et qui prépare le Mexique à l’entrée en guerre des États-Unis ; et le deuxième de López Mateos, président qui, de 1958 à 1964, a entrepris toute une série de travaux d’embellissement et de modernisation de la ville de Mexico.

57L’« industrie » bouge de plus de vingt-cinq places, ainsi que « public ». Le mot « territoire » en perd plus de quarante dans PRI… ce qui est logique puisque ces territoires ont été définitivement rattachés à l’État peu à peu après le mouvement révolutionnaire46.
   

58Finalement, si nous mettons en parallèle les différents mots, termes et concepts que nous venons de répertorier, nous nous rendons compte que :
– il existe un réel passage d’un pouvoir de type personnel à une équipe gouvernementale où les responsabilités sont partagées, mais, en même temps, le pouvoir reste essentiellement attaché à un individu, tandis que le collectif semble faire irruption surtout aux moments de crise, lorsque l’adhésion des Mexicains (Congrès, peuple, etc.) est requise.
– une tendance de plus en plus « nationalisante » (México, notre pays) transparaît dans les discours dont les prémisses commencent à être jetées avant même la révolution. Elles le sont, de surcroît, par un ministre des Finances d’origine étrangère qui entretenait des liens personnels et économiques au niveau gouvernemental avec le pays d’où son père était issu (J.-Y. Limantour).
– un double langage permanent s’instaure progressivement : pouvoir individuel mais collectif, centralisme mais régionalisme, nationalisme mais rapports extérieurs accrus et une économie de plus en plus ouverte sur l’étranger.

59Bien que l’analyse de ces listes ne puisse pas être ici exhaustive47, elle donne une idée du parcours politique des dirigeants mexicains au long d’une centaine d’années. Elles révèlent la manière, plus ou moins politique, plus ou moins gestionnaire, dont les affaires du pays et les affaires internationales ont été traitées. Il reste que seule l’analyse du contexte, non seulement lexical, mais surtout historique et politique de chaque période, peut nous fournir les outils nécessaires à une interprétation.

60D’un point de vue méthodologique, il faudrait rappeler qu’une étude si diachronique des termes, sur une si longue période et où interviennent autant d’interlocuteurs, n’est pas aisée à développer sans un support qui serve de guide et d’homogénéisation.

61Les chiffres n’ont « pas de cœur » ni de préférences. C’est ainsi qu’ils poussent à regarder là où, autrement, par simple distraction ou à cause d’idées toutes faites, on n’avait pas songé à s’aventurer. Les listes permettent de mettre en rapport des faits ou des périodes que l’historiographie situait habituellement aux antipodes les uns des autres. On a pu ainsi, à titre d’exemple, mieux saisir la portée et les limites du légendaire « nationalisme mexicain ». On a été contraint à relativiser la portée des thématiques qui risquent, à tort, de paraître nouvelles et centrales dans une période donnée, et à étudier de manière plus fine les changements, au-delà des semblants de permanences.

Haut de page

Bibliographie

Carrillo, Elsa, Les Rapports Présidentiels au Mexique, 1877-1976 : rupture ou continuité ? Thèse de Doctorat, présentée à Paris i-Sorbonne, 1992, dir. F.-X. Guerra, 2 tomes, 749 p. dactyl., annexes. Publiée en espagnol par l’Instituto de Investigaciones Jurídicas de la UNAM, México, octobre 1996, 906 p. (Servicio de Publicaciones : raul@servidor.dgsca.unam.mx). Les citations effectuées dans cet article renvoient à la thèse en français.
– « Les discours présidentiels mexicains, 1877-1976. Une application de l’Analyse Factorielle », Histoire & Mesure, 1998, xiii-3/4, pp. 377-410.
– Analyse Sémiologique des Discours Politiques de la Convention d’Aguascalientes, octobre 1914. Thèse de maîtrise, dir. F. Chevalier et F.-X. Guerra, Paris-i-Sorbonne, 1984, 198 p. dactyl.

Cosío-Villegas, Daniel, Historia Moderna de México, México/Buenos-Aires, Ed. Hermes, 10 tomes publiés entre 1955 et 1972.
– El Porfiriato. Vida política interior. Primera parte, Historia Moderna de México, México/Buenos-Aires, 1e éd., 1970, 859 p.
– La República Restaurada. Vida política, Historia Moderna de México, México/Buenos-Aires, 2e éd. 1959, 979 p.

Gonzales, Luis, « Ascención del Porfirismo. El regreso de Diaz y el militarismo. El Liberalismo Triunfante », Historia General de México, tome 2, México, El Colegio de México, 3e éd., 1981, pp. 897-1015.
– « Los balances periodicos de la Revolución Mexicana », in B. García Martínez et al., Historia y Sociedad en el Mundo de Habla Española, México, El Colegio de México, 1970, pp. 329-354.

Heffer, Jean, Robert, Jean-Louis & Saly, Pierre, Outils statistiques pour les Historiens, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, 279 p.

Knight, Alain, « La Revolución Mexicana : burguesa, nacionalista o simplemente una ‘gran rebelión’? », Cuadernos Políticos, Num. 48, oct-dic. 1986, Ed. Era., pp. 5-32.
– The Mexican Revolution, Cambridge University Press, 1986, 1re édition, 2 vol., 619 et 657 p.

Lafon, Pierre, « Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus », Mots, Num. 1, octobre 1980, pp. 127-165.

Loaeza, Soledad, « El Partido de Acción Nacional : la oposición leal en México », Lecturas Políticas Mexicanas, México, Colegio de México, 2e éd., 1981, pp. 161-193.

Los Presidentes de México ante la Nación. Informes, Manifiestos y Documentos (1821-1966), édité par la Chambre des Députés, Mexique, 1re ed., 1966, 4 tomes.

Medina, Luis, Del Cardenismo al Avilacamachismo. 1940-1952, Col. Historia de la Revolución Mexicana, num. 18, México, Colegio de México, 1978, 410 p.

Meyer, Lorenzo, El conflicto petrolero : 1917-1942, México, El Colegio de México, 1968.
– « La encrucijada », Historia General de México, tome 2, México, El Colegio de México, 3e éd., 1981, pp. 1273-1355.
– « Continuidades e innovaciones en la vida política mexicana del siglo xx. El antiguo y el nuevo régimen », Foro Internacional, Colegio de México, vol. xvi-1, jul-sept., 1975, pp. 37-63.
– « Permanencia y cambio social en el México contemporáneo », Foro Internacional, Colegio de México, vol. xxi-2, oct-déc., 1980, pp. 119-148.

Orantes-Galvez, Lilia, « Empleo y flexibilidad del trabajo en Sonora, 1980-1990 », in Miguel Angel Vazquez Ruiz (coord), Sonora hacia el 2000 : Tendencias y desafíos, Hermosillo, Sonora (Mexique), 1993, pp. 101-112.

Quirk, Robert, The Mexican Revolution, 1914-1916, Greenwood-Press, Connecticut, 2e éd., 1981, 325 p.

Salem, André, Pratique des Segments Répétés, Paris, Inalf, col. Saint-Cloud, Klincksieck, 1987, 333 p.

Saly, Pierre, Méthodes Statistiques Descriptives pour les historiens, Paris, Armand Colin, col. Cursus, 1991, 191 p.

Smith, Peter H., Los laberintos del poder. El reclutamiento de las élites políticas en México, 1900-1971, México, El Colegio de México, 1981, 414 p.

Wasserman, Mark, « Strategies of survival of the Porfirian Elite in Revolutionary Mexico : Chihuahua during the 1920’s. », Hispanic American Historical Review, 67- 1, février 1987, pp. 87-107.

Wilkie, James, The mexican revolution, federal expenditure and social change since 1910, Univ. of California Press, Berkeley, 1970.

Haut de page

Notes

1Voir les divers études et articles journalistiques consacrés aux problèmes que pose la récurrence des images ou des informations : dans le discours oral, mais aussi écrit et visuel concernant la violence et l’insécurité en France autour des élections d’avril-mai 2001.
2Particulièrement celles développées par l’Équipe de Lexicologie et Textes Politiques qui à l’époque se trouvait à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud à Paris.
3Carrillo, E., 1984, 1992, 1996, 1998.
4Carrillo, E., 1992, 1996.
5Ou « attendue », comme c’est souvent le cas avec les discours des présidents nord-américains, dont les décisions économiques ou de politique extérieure ont des répercussions dans le monde entier. Dans ce cas, chaque discours peut être considéré comme important.
6Pour plus de détails concernant le choix de ce corpus, cf. E. Carrillo, 1992 (chap. 1) ; 1996 ; 1998, pp. 378-383.
7En fait le PRI ne devient « le PRI » qu’à partir de 1946, lorsque l’on considère comme achevées les principales réformes demandées pendant le tourbillon révolutionnaire : réforme agraire, nationalisation du pétrole et des moyens de transports – ports, chemins de fer –, éducation, principalement. L’existence de l’actuel Parti Révolutionnaire Institutionnel connaît trois formes d’organisation et de fonctionnement distinctes. De 1929 à 1938, le Parti National Révolutionnaire réunit de manière fédérative la plupart des leaders révolutionnaires de chaque région afin de calmer la guerre des factions, voire des régions ; de 1938 à 1946, avec le Parti de la Révolution Mexicaine, l’organisation du Parti devient sectorielle et nationale et les principales réformes sont menées à terme ; et, de 1946 à nos jours, le PRI adopte une organisation centralisatrice dans ses statuts. Cf. L. Medina, 1978, pp. 185-212. Pour sa part, le PAN a été fondé en 1929, par des technocrates issus du régime renversé de Porfirio Díaz ; avec son retour au pouvoir en juillet 2000, reviennent aussi des membres des familles des grands propriétaires terriens, décriés – et pour beaucoup d’entre eux expropriés – pendant la mobilisation révolutionnaire de 1910. Pour l’histoire du PAN, cf. S. Loaeza, 1981.
8Une étude jusqu’aux années actuelles s’imposerait comme complément de ce travail.
9Carrillo, E., 1998.
10Nous ne présentons pas ici les résultats proprement sémantiques de cette recherche obtenus par le programme CONCOR. C’est à partir de ces résultats que nous avons ôté leur ambiguïté à certains termes puis entrepris l’étude proprement sémiologique. Cependant, nous essaierons de rapporter au cours de ce travail quelques-unes des nos principales interprétations, exposées en détail dans les travaux précédemment cités.
11Ces résultats ont été donnés par le programme INDEX3, qui fournissait tant les fréquences totales par ordre décroissant de chaque terme, que la fréquence de chacun de ces termes dans chacun des discours.
12En général, nous n’avons pris en compte que ce type de termes, laissant de côté les mots-outils (articles, particules de liaison, etc.).
13Pour l’étude contextuelle, nous avons aussi levé l’ambiguïté du mot « état » avec minuscule : estado, structure étatique, en général écrite avec une majuscule ; ou estado de Sonora, région, province du Sonora, écrite avec ou sans majuscule.
14En revanche, dans E. Carrillo, 1992, 1996 (Annexe iv), nous avons procédé à 51 lemmatisations poussées, dont nous ne présentons ici qu’un seul échantillon. Cette lemmatisation a été réalisée par l’addition des fréquences brutes de chaque mot [dans l’exemple présenté ici dans les Graphiques 1 et 2 : México, Mexicana (s, o/s), mexicana (s, o/s)], à partir de laquelle ont été construits des tableaux récapitulatifs pour chaque discours, et les 2 graphiques : un pour DIAZ et un pour PRI, afin d’apprécier visuellement les différences d’utilisation d’une période par rapport à l’autre, et dans une même période, d’un discours par rapport aux autres.
15Pour certains mots, comme par exemple « social » chez PRI – 24e rang –, le signe (< 60) apparaît. Ceci indique un calcul approximatif du déplacement en nombre de rangs. Dans ce cas précis, le mot « social » gagne une soixantaine de places chez PRI ; il était si faiblement utilisé dans l’ensemble DIAZ qu’il n’apparaît pas parmi les 60 premières fréquences, le seuil retenu pour l’élaboration de ce tableau.
16Carrillo, E., 1998.
17Le gros de notre travail de recherche – Carrillo, E., 1992 et 1996 – a été construit à partir des listes de spécificités individuelles de chaque discours. Nous présentons, dans le Tableau 3 (en Annexe), cinq exemples de ces listes.
18Pour plus de détails sur le calcul de spécificités, cf. P. Lafon, 1980, pp. 127-165. Voir aussi dans le Tableau 2 (en Annexe), où apparaissent les termes sous-représentés (ou à spécificité négative).
19En fait, sur ces listes il y a 62 occurrences pour le corpus DIAZ, et 61 pour celui de PRI. Ceci résulte du fait que les mots contratos et territorio dans le premier corpus, se trouvent à la suite du 60e terme, qui est sistema ; dans PRI, le mot nacionales vient après le mot-fort aumento, mais le mot-fort suivant se trouve beaucoup trop éloigné pour être intégré.
20Il ne faut pas oublier que ces listes ont été élaborées à partir des résultats donnés par les programmes du Lexicloud, en sélectionant uniquement les mots proprement « politiques ». Cependant, en revenant sur les résultats originaux, nous pouvons à tout moment retrouver les mots qui n’ont pas été pris en compte ici.
21Ce passage a été largement analysé à partir des faits – et non des mots – dans E. Carrillo, 1992, t. I, pp. 373-378.
22Dans les listes, les années apparaissent par ordre décroissant de leur fréquence ou de leur spécificité.
23Carranza meurt le 21 mai 1920. C’est lui qui réunit le Congrès Constitutionnel en 1916-1917, au cours duquel sera élaborée la Constitution qui régira le Mexique pendant tout le xxe siècle. Cette Constitution, jusqu’aux récentes modifications de type libéral en 1992, avait un fort contenu social qui, d’une certaine manière et jusqu’à un certain point, répondait aux diverses demandes exprimées pendant la révolution (Carrillo, E., 1984 ; 1992, pp. 364-374).
24Il faut rappeler que l’une des premières revendications de la révolution a été la non-réélection présidentielle, afin d’empêcher un régime aussi long que celui de Díaz. Cependant, au départ, on ne savait pas de façon claire s’il s’agissait d’une non-réélection immédiate, ou – comme cela est devenu le cas après l’ère sonorienne – d’une non-réélection à vie. C’est dans ce contexte que se place la deuxième candidature d’Obregón et, en partie, ce qu’on appellera le Maximat, c’est-à-dire, le pouvoir de Calles par des présidents interposés, jusqu’à son éviction et son exil temporaire, édicté par Lázaro Cárdenas en 1936. Carrillo, E., 1992, pp. 469-474.
25Nous pensons que c’est à partir de cet échec que la Chambre des Députés sera, à nouveau, fortement soumise au pouvoir exécutif, par une sorte d’autocensure de la part des députés eux-mêmes, ainsi que du personnel politique en général. Cf. aussi, P. H. Smith, 1981, chap. 8 et 9.
26À partir d’ici, nous noterons le nom du président 1, lorsqu’il s’agit de son premier rapport, et 2 quand il s’agit du dernier rapport du mandat.
27Carrillo, E., 1992, pp. 586-592.
28Carrillo, E., 1992, chap. ii, 2.C, pp. 253-258.
29Cf. le premier discours, en décembre 1916, de Venustiano Carranza, dans lequel il expose tous les événements historiques qui, au Mexique, justifient la remise en place d’un régime présidentiel fort, en soulignant les problèmes qu’un vrai régime parlementaire amènerait. Cf. Los presidents de México…, pp. 118 à 121 ; cf. aussi E. Carrillo, 1992, pp. 440-441.
30En fait, ces accords trouvaient leur origine dans des accords secrets passés avec A. Obregón depuis 1923 ; cf. E. Carrillo, 1992, pp. 394-396.
31Il s’agit, en effet, d’un discours en principe « anti-impérialiste », visant les États-Unis ; paradoxalement, c’est pendant cette période que commencent à s’établir au nord du Mexique, les usines d’assemblage connues sous le nom de maquilas, et dont la plupart provenaient à cette époque des États-Unis. Cf. L. Orantes-Galvez, 1993, pp. 107-108.
32Carrillo, E., 1992, p. 229.
33Carrillo, E., 1992, p. 527 (entre autres).
34Les États-Unis reconnaîtront la nationalisation pétrolière – effectuée en 1938 –, et accepteront les conditions d’indemnisation établies par le Mexique, en avril 1942 ; Carrillo, E., 1992, p. 535 ; cf. aussi à propos de ce problème pp. 299-300, 381-383, 368-371, 495-498.
35Curieusement, cet « avant-gardisme » semble à l’époque être disputé par l’Argentine.
36Carrillo, E., 1996, pp. 231-232. Expérience qui peut peut-être nous éclairer sur le fait que le Mexique a tenu bon, à côté de la France, dans son opposition à l’intervention nord-américaine en Irak, en dépit des pressions nord-américaines.
37Carrillo, E., 1992, chap. iii, 1.
38 Cárdenas avait 18 ans lorsqu’il adhère au mouvement révolutionnaire, alors que Calles en avait 35, Obregón 32 et Carranza 53 ans, ce qui représente une importante différence d’âge. En 1935, lorsque Cárdenas arrive au pouvoir, il a 39 ans, alors que Calles en a 57.
39Du Sonora, État du Nord-Ouest du Mexique, « opposé » dans ses revendications révolutionnaires à l’État du centre du Mexique, le Michoacán, d’où Ortiz Rubio et Lázaro Cárdenas étaient originaires. Cf. E. Carrillo, 1992, pp. 477-499.
40Cité dans E. Carrillo, 1996, p. 533 ; voir aussi 1998, pp. 394-395 et 1992, pp. 591-607.
41Carrillo, E., 1998, p. 538.
42Cette donne a un peu changé depuis le début des années 1980 et elle s’est à nouveau modifiée à partir de la grande crise de 1994. Pour toute la question pétrolière, voir L. Meyer, 1968 et supra, note 34.
43Les politiques desarrollistas se caractérisaient par une forte volonté de développer, par le biais d’importants investissements, le secteur industriel, le marché interne et de mener une politique de substitution des importations. Cela présupposait l’encouragement de la consommation, en faisant, cependant, attention à ce que les demandes salariales n’entament pas les profits des investisseurs, ce qui produisit, parfois, des heurts importants entre les syndicats et les forces de l’ordre. Cf. E. Carrillo, 1992, pp. 598-613 et supra.
44Ce qui rappelait la consigne du Che Guevara : « Hay que cambiar la mentalidad de las masas para lograr un hombre nuevo ».
45Orantes-Galvez, L., 1993, pp. 107 et sq.
46Au moment de la révolution existaient encore trois territoires : Quintana-Roo, Basse Californie et Tepic.
47Pour cette étude nous renvoyons à E. Carrillo, 1992, 1996.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Chronologie des discours présidentiels
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 1. Mexico et ses dérivés, 1877-1911
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 2. Mexico et ses dérivés, 1911-1976
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Carrillo-Blouin, « Avant et après la Révolution mexicaine », Histoire & mesure [En ligne], XVIII - 3/4 | 2003, mis en ligne le 15 avril 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/822

Haut de page

Auteur

Elsa Carrillo-Blouin

Université de Bretagne Occidentale, UFR Lettres et Sciences Sociales, 20 rue Duquesne, CS 93837, 29238 Brest Cedex 3.
Elsa.Carrillo-Blouin@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page