Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Dernier numéro en ligne
XXXI-1 | 2016
Varia

La pierre et la terre. Les réseaux en question. Varia
Varia

Un premier ensemble d’articles porte sur le fonctionnement des marchés fonciers et immobiliers. Jérôme Viret, analysant un corpus de ventes dans le Perche au XVIe et au XVIIe siècles, observe l’articulation entre un marché impersonnel, et majoritaire, et les stratégies intra-familiales de gestion du patrimoine foncier. David Le Bris explore les pratiques d’attribution des prêts immobiliers par le Crédit foncier au XIXe siècle, qui reposent sur une évaluation de la valeur des biens, et non du profil des emprunteurs. Loïc Bonneval interroge quant à lui, à partir du cas lyonnais, les relations complexes entre l’encadrement administratif des loyers et la mobilité des locataires au XXe siècle.

Le second ensemble regroupe des textes animés par une même démarche méthodologique. Stéphanie Ginalski et Alix Heiniger mettent en lumière l’hétérogénéité des réseaux de la réforme genevoise au début du XXe siècle. La comparaison des réseaux des grandes entreprises en Allemagne, en France et aux États-Unis au XXe siècle permet à Paul Windolf de montrer l’existence de formes variées d’organisation du capitalisme, mais aussi leur convergence en fin de période.

Enfin, l’article de Bernard Ycart revient sur la diffusion de la mode statistique à la fin des années 1830, et les réticences que suscite la représentation probabiliste de la société, à rebours d’une statistique plus descriptive alors en vogue.