Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Dernier numéro en ligne
XXX-2 | 2015
Before Fiscal Transparency

Avant la transparence financière

Today, transparency is hailed as a key to good governance and economic efficiency, with national states implementing new laws to allow citizens access to information. It is therefore paradoxical that, as shown by a series of crises and scandals, modern governments and international agencies frequently have paid only lip-service to such ideals. Since Jeremy Bentham first introduced the concept of transparency in the language in 1789, few societal debates have sparked so much interest within the academic community, and across a variety of disciplines, using different approaches and methodologies. Within these current debates, however, one fact is striking: the lack of historical reflection about the development of the concept of transparency, both as a principle and as applied in practice, prior to its inception. Accordingly, the aim of this special issue is to contribute to historicising the ways in which communication and control over fiscal policy and state finances operated in early modern European polities.

La crise financière de 2008 n’a pas seulement eu pour effet de secouer le secteur bancaire et mettre à mal la confiance des citoyens dans les institutions. Elle a aussi mobilisé l’attention de nombreux chercheurs, issus de disciplines diverses et utilisant des méthodologies variées, qui s’interrogent sur l’usage – et les abus – du concept de transparence, jusqu’alors salué comme un outil essentiel de la bonne gouvernance et de l’efficience économique.

Dans le sein des réflexions en cours, un fait a paru saillant : l’absence d’une approche historique qui rende compte de l’émergence de la notion de transparence, cela au travers de l’étude des pratiques antérieures à l’introduction du concept dans le langage par Jeremy Bentham en 1789 et de devenir l’un des éléments constitutifs de la démocratie et du capitalisme.

Le numéro spécial d’Histoire & Mesure « Avant la transparence financière » propose donc de contribuer à une historicisation du concept de transparence, en particulier dans le domaine de la politique financière. Il est le résultat d’une conférence organisée en 2014 à l’Université de Reading (Grande-Bretagne) ayant réuni neuf historiens, spécialistes de six états européens (Espagne, France, Grande-Bretagne, Hollande, Suède, Sicile) pour y discuter des formes de contrôle, des savoirs et des échanges dans l’Europe moderne.

Les contributions mettent en évidence de fortes spécificités nationales qui relèvent de la diversité des régimes politiques. Elles analysent les caractéristiques du marché financier, notamment les relations entre fiscalité et dette publique, et la place de l’information et de la communication comme support et contrôle de l’action administrative et politique. Elles rendent aussi compte des transferts à l’œuvre dans le cadre de l’Europe des Lumières et des relations internationales. Ensemble, ces réflexions illustrent la manière dont contraintes et opportunités ont modifié l’environnement dans lequel opéraient les gouvernants, les acteurs économiques et les sujets, déterminant ainsi l’opportunité d’un progrès ou même d’un recul du besoin de transparence.

  • Introduction

    Introduction
    • Joël Félix
      Paths to Fiscal Transparency [Accès restreint]
      Control, Knowledge and Communication in Early-Modern Polities
      Les chemins de la transparence fiscale. Contrôle, savoir et communication dans l’Europe moderne
  • Limits to fiscal transparency in parliamentary monarchies

  • Provincial estates in composite polities

    • Alberto Feenstra
      Hiding in a Twilight Zone [Résumé | Accès restreint]
      Credible Commitment in the Dutch Republic and Groningen’s 1680s Default
      Tirer profit de l’équivoque. L’engagement crédible des Provinces-Unies et le défaut de paiement de la province de Groningue en 1680
    • Jérôme Loiseau
      From Blind Obedience to Informed Consent [Résumé | Accès restreint]
      Financial and Administrative Knowledge as a Political Tool in some French Provincial Estates during the Ancien Régime, 1751-1789
      De l’obéissance aveugle au consentement éclairé. Le savoir financier et administratif comme instrument politique dans quelques états provinciaux de la France d’Ancien Régime, 1751-1789
  • Control and intermediation of corporate bodies

  • Publicity and communication in absolute monarchies

    • Rafael Torres Sánchez
      Absolutisme et transparence fiscale dans l’Espagne du xviiie siècle
    • Daniela Ciccolella
      False Transparency [Résumé | Accès restreint]
      Disclosing Financial Data, between Enlightenment and Absolutism (Naples, 1780s)
      Fausse transparence. La publicité financière entre Lumières et Absolutisme. L’exemple du royaume de Naples dans les années 1780