Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Dernier numéro en ligne
XXIX-2 | 2014
Réintégrer les fonctionnaires. L’« après-épuration » en Europe, XIXe-XXe siècles

Reinstating Civil Servants. The "Post-Purge" in Europe, Nineteenth and Twentieth Centuries

Ce dossier thématique porte sur la réintégration des fonctionnaires après une épuration politique en Europe aux XIXe  et XXe  siècles. À la croisée de l’histoire politique, institutionnelle et sociale, l’analyse de ce phénomène fait pénétrer l’historien au cœur du fonctionnement et de la spécificité interne des administrations. Le numéro se propose de mettre en perspective diverses expériences de réintégrations de fonctionnaires survenues après une épuration consécutive à un changement politique aux XIXe  et  XXe  siècles. La mesure de ce phénomène, encore peu traité par l’historiographie, porte tout à la fois sur l’histoire des dispositifs normatif et législatif à l’œuvre dans ces processus (quelles procédures permettent-elles aux fonctionnaires d’être réintégrés dans un poste et de refaire une carrière après une rupture politique forte ?) et sur la quantification de leurs effets : comment et avec quels outils peut-on estimer l’ampleur de ces phénomènes de réintégrations et le rythme des retours des fonctionnaires dans une chronologie décalée par rapport à ladite rupture ? Si le souhait d’attacher au pouvoir naissant un personnel neuf et dévoué semble être la traduction administrative attendue du nouveau cours politique, les expériences analysées montrent que les épurations sont souvent tempérées, voire neutralisées dans leurs effets par des considérations pragmatiques ayant trait à la pénurie des agents formés, au besoin pour les nouveaux dirigeants de disposer de compétences acquises par l’administration, et le cas échéant de faire face aux défis d’une reconstruction après une guerre.

This thematic issue relates to the reinstatement of the civil servant after a political purge in Europe at the 19th and the 20th century. Crossing the political, institutional and social history, the analysis of this phenomenon helps the historian to penetrate at the heart of the functioning and the internal specificity of the administrations. It puts in perspective the various experiences of reinstatements of civil servant, which are occurred after a consecutive purge at a political change at 19th and the 20th century. The measurement of this phenomenon, still little treated by historiography, carries all at the same time on the history of the normative and legislative devices active in these processes (what procedures make it possible to the civil servant to be reinstated in a post and to remake a career after a strong political rupture?) and on the quantification of their effects: how and with which tools can we estimate the width of these phenomena of rehabilitations and the rhythm of the returns of the civil servant, in a chronology shifted compared to the aforementioned rupture? If the wish to attach to the power incipient a new and devoted staff seems to be the expected administrative translation of the new political course, the analyzed experiments show that purges often moderate, are even neutralized in their effects by pragmatic considerations linked with shortage of the formed agents, with the need for the new leaders to have competences acquired by the administration, and if necessary, to cope with the challenges of a reconstruction after a war.