Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Dernier numéro en ligne
XXIX-1 | 2014
Éducation : compter et décider

Education: Count and Decide

Dans les années 1970, Dominique Julia expliquait que beaucoup d’historiens venus de l’histoire économique et sociale à l’histoire culturelle « n’ont pas voulu abandonner les instruments de mesure quantitatifs qui avaient fait leurs preuves dans les secteurs les plus avancés de l’historiographie ». L’histoire de l’éducation n’est pas restée à l’écart de ce mouvement avec l’inventaire des ressources scolaires de l’Ancien Régime, l’alphabétisation, la sociologie du personnel enseignant et des élèves, l’histoire du matériau pédagogique ou les techniques disciplinaires. Quarante ans après, de nombreux thèmes ont été introduits et les méthodes se sont enrichies. La perspective de ce numéro est de faire le point sur les recherches récentes. Du côté des statistiques, il s’agit de l’analyse de leur production, de leur usage par l’administration et les pouvoirs, de leur utilisation par les historiens et leurs critiques. Ce faisant, ce numéro propose ainsi des articles sur les effets de la quantification comme aide à la « gouvernance » à tous les niveaux de la formation et de l’éducation en France et à l'international.

In the 1970s, Dominique Julia explained that many historians coming to cultural history from an economic and social history background “did not want to give up the instruments of quantitative measurement that had proven effective in the most advanced areas of historiography.” The history of education was no exception, with this movement reflected in inventories of the educational resources of the Ancien Régime, literacy, the sociology of teaching staff and students, the history of educational material and disciplinary techniques. Forty years later, many topics have been introduced and methods have been enhanced. This issue is devoted to a review of recent research in the field. The focus is on analysing how statistics are produced, how they are employed by administration and government, and how they are used by historians and their critics. As such, the articles in this issue explore the effects of quantification as a tool of “governance” at every level of education and training, in France and internationally.