Navigation – Plan du site

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Dernier numéro en ligne
XXX-1 | 2015
La mesure des changements institutionnels

Taking the Measure of Institutional Change

Depuis que l’économie des institutions a pris son essor dans les années 1960-1970, cette approche particulière a rencontré un très large succès. Suivant cette démarche, les institutions – institutions publiques, entreprises… — ont été mises au cœur de l’analyse afin de regarder d’un œil nouveau les marchés et les institutions précapitalistes en Europe et ailleurs, sur la longue durée. Cependant, si toutes les institutions et les formes économiques trouvent leur justification, alors comment expliquer leurs transformations, voire disparitions, et la formation de nouvelles institutions sans tomber dans une justification ex-post ? Comment mesurer l’efficacité des institutions ? Comment prouver que le changement institutionnel a été le fait de cette efficacité plus élevée ? C’est à partir de ce questionnement que nous avons décidé de demander à des auteurs travaillant sur des périodes et des régions différentes du monde de préciser le rôle des institutions et des marchés dans leurs domaines respectifs : les corvées et le travail en France au XVIIIe siècle ; le crédit au Japon au XIXe et XXe siècle ; les services et les communications en URSS ; les institutions dans l’Afrique post-coloniale.

Since it gained currency in the 1960s and 1970s, the economics of institutions has been very successful. This approach placed institutions – public institutions and companies – at the heart of analysis in order to afford a new perspective on pre-capitalist markets and institutions in Europe and elsewhere, over the long term. However, if there is a justification for all institutions and economic forms, then how can we explain their transformation, if not disappearance, and the formation of new institutions without lapsing into justification after the fact? How can the efficiency of institutions be measured? How can institutional change be proven to have resulted from that greater efficiency? Prompted by questions such as these, we asked authors working on different periods and regions of the world to clarify the role of institutions and markets in their respective fields: the corvée, or compulsory labour, in eighteenth-century France; credit in Japan in the nineteenth and twentieth centuries; services and communications in the USSR; and institutions in post-colonial Africa.