Navigation – Plan du site
Usages et principes

Le dimotologion : une source originale en Grèce

Sébastien Marre
p. 133-159

Résumés

Cet article a pour but de présenter le dimotologion, une source historique originale en Grèce, ainsi que ses apports et ses limites. Il ne s’agit pas tout à fait d’un registre de population comme il en existe en Belgique ou en Italie mais d’un registre de citoyenneté. Cet instrument de l’administration a été introduit en 1834. Les dimotologia du Pirée sont les plus anciens conservés. Leur étude permet de comprendre comment fonctionne ce système d’enregistrement des individus lequel attribue la nationalité grecque. De plus, c’est une source extrêmement riche qui peut être utilisée de bien des façons. Elle présente trois grands intérêts majeurs : pour l’étude des mobilités, pour l’histoire de la famille et de la parenté, pour une approche de la citoyenneté et de la construction de la nation grecque.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

démographie, sources

Géographie :

Grèce

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le plus grand problème qui se pose au chercheur sur la démographie historique de la Grèce, c’est en général la pénurie des sources. En effet, elles font souvent défaut : soit elles ont tout simplement disparu, soit elles sont mal conservées et sont lacunaires. Il existe en Grèce une source tout à fait originale que l’on appelle dimotologion. C’est un registre de citoyenneté. Il s’agit d’un catalogue général où sont enregistrés tous les dèmotes d’un dème. Le dèmote est le citoyen d’un dème1. Il a la citoyenneté grecque.

2Le dimotologion est une source qui est très mal connue, même en Grèce. Or c’est un formidable outil mis en place par l’administration grecque en 1834 qui existe toujours, même s’il a connu des évolutions au cours du temps. Celui du Pirée a, lui, été assez bien conservé ce qui est tout à fait exceptionnel pour la Grèce du xixe siècle2. Le Pirée est situé à environ huit kilomètres d’Athènes, capitale de l’État grec depuis 18343. Cette ville a connu une croissance démographique spectaculaire tout au long du xixe siècle avec environ 1 000 habitants en 1836 et un peu plus de 50 000 habitants en 1896.

3Quel est l’intérêt historique d’une source comme le dimotologion ? Après avoir présenté l’histoire de cette source puis le cas du dimotologion du Pirée, on montrera comment on peut l’utiliser et ce que l’on peut en tirer pour une étude historique.

1. L’histoire de la source

La législation

4Qu’est-ce qu’un dimotologion ? Si celui du xxe siècle pose peu de problèmes, celui d’avant 1912 est encore assez mal connu, étant donné qu’à l’heure actuelle, peu de dimotologia ont été retrouvés4 et que ceux que l’on possède ne présentent pas exactement le même aspect. À ce stade, il est prudent de n’énumérer que des considérations générales. Il s’agit d’une source originale créée en 1834 qui, apparemment, n’a pas existé en France. Le nom même de cet outil de l’administration pose problème puisqu’il n’apparaît pour la première fois qu’en 1851 dans une circulaire du ministère de l’Intérieur. Auparavant, on emploie le terme plus vague de « livre du dème ». Il n’existe pas non plus de mot équivalent dans la langue française. Trois expressions pourraient cependant assez bien convenir : « registre des communes », « registre civique » ou encore « matricule municipale ». Toutefois, il est préférable de conserver le terme grec dimotologion. De même, les origines de cette source sont pour l’instant obscures.

5Il ne s’agit pas tout à fait d’un registre de population comme il en existe en Belgique ou à Milan, par exemple, puisque l’on peut y trouver des individus qui sont domiciliés dans un autre dème5. Alexandre Mansolas, représentant du gouvernement grec au Congrès international de statistique de Budapest, en 1876, dans son rapport en français explique ainsi que :

« Des registres de population, conformément au vœu émis par le Congrès de Saint-Pétersbourg, n’existent pas mais sous peu les registres actuels des citoyens de la commune (dèmotes) seront remplacés par des registres généraux de la population conformément au vœu du susdit congrès »6.

6Les individus inscrits dans ce registre sont des dèmotes, c’est-à-dire des sujets de citoyenneté grecque enregistrés dans le dème où ils jouissent de leurs droits civiques. Étant donné qu’il n’existe pas une obligation de résidence dans le dème où le dèmote est inscrit, on peut trouver dans un dème des hétérodèmotes, c’est-à-dire des individus qui sont inscrits dans un autre dème. En outre, ne sont enregistrés dans cette source ni les étrangers, ni les sujets grecs qui ne sont pas inscrits, volontairement ou involontairement. Par ailleurs, contrairement à l’état civil qui existe en Grèce, dans les textes au moins, à partir de 1836, et qui est une source morte, le dimotologion est une source vivante puisque les renseignements sur chaque individu sont mis à jour régulièrement. Les informations se présentent non pas sous la forme d’un texte mais en colonnes.

7Le système du dimotologion semble avoir été institué par le décret du 27-12-1833 (8-01-1834) qui a une portée plus générale puisqu’il crée également les dèmes7. Les articles 3 et 9 à 14 obligent tout individu, s’il est de nationalité grecque, ainsi que sa famille, à être inscrit dans un dème pour pouvoir jouir de ses droits, lesquels lui sont attribués par la naissance, par le classement, par le mariage et par le rétablissement définitif8. Cependant, ces articles ne font pas explicitement référence à la tenue d’un registre. Or, les circulaires postérieures du ministère de l’Intérieur portant sur le dimotologion renvoient à de tels documents.

8La circulaire 39 du 27-04-1851 marque une étape décisive dans l’histoire du dimotologion. Elle rappelle, en effet, que tout sujet grec doit être inscrit avec sa famille dans un dème. Elle précise et détaille les règles qui doivent présider à l’enregistrement des individus dans tel dème plutôt que dans tel autre. L’individu est inscrit dans le dème où il est né ou dans celui où il a été trouvé si les parents sont inconnus. Il peut demander à être inscrit dans le dème de son conjoint ou dans le dème où il a le centre de ses affaires. Dans ces deux derniers cas, il n’est plus inscrit dans son dème d’origine et il est radié du dimotologion où il était précédemment inscrit. Pour la première fois, les autorités se préoccupent également d’uniformiser les dimotologia du royaume. La circulaire précise ainsi que certains dèmes ont déjà appliqué le décret mais que beaucoup ne l’ont pas encore fait. Pour lever toute ambiguïté et pour faciliter la tâche des maires, un tableau a été reproduit à la fin du texte (Tableau 1).

9De même, en 1854 et en 1855, de nouvelles circulaires insistent sur l’amélioration à apporter aux dimotologia et sur leur uniformisation. Cela montre que la législation, si elle a été appliquée, ne l’a pas été encore convenablement. De plus, quelques années plus tard, ce système est introduit également dans les nouvelles provinces intégrées au royaume, les îles Ioniennes (Heptanèse) cédées par les Anglais en 1864 et la Thessalie et le sud de l’Épire obtenues en 1881. Cette extension fait successivement l’objet des circulaires de 1866 et de 1884 qui rappellent les renseignements que doivent contenir ces registres (Tableau 2).

Tableau 1. Les colonnes du dimotologion d’après la circulaire de 1851

Tableau 1. Les colonnes du dimotologion d’après la circulaire de 1851

Source : Circulaire 39 du 27-04-1851 (ministère de l’Intérieur).

Tableau 2. Les colonnes du dimotologion d’après la circulaire de 1866

Tableau 2. Les colonnes du dimotologion d’après la circulaire de 1866

Source : Circulaire 158 du 30-04-1866 (ministère de l’Intérieur)

10Entre 1834 et 1851 apparaît donc clairement l’obligation d’enregistrer des groupes familiaux et non pas seulement des individus. Il faut souligner cependant que des circulaires postérieures, en 1901 et en 1911, expliquent encore la forme que doit prendre ce document tout en précisant que beaucoup de dèmes n’ont toujours pas appliqué le décret et que cela nuit à la bonne marche de l’administration.

Une hypothèse sur les origines du dimotologion

11Plusieurs indices suggèrent qu’il y a peut-être une certaine confusion dans les années 1840 entre le dimotologion et l’état civil (lixiarchion en grec moderne). Parmi les demandes d’inscriptions dans le dimotologion du Pirée, on connaît celle d’un professeur du collège royal de Syros, une île des Cyclades. Ce dernier écrit le 2-04-1840 au dèmarque du Pirée :

« N’étant enregistré dans aucun dème et désirant m’inscrire dans le dème de Chios qui sera formé, je prie cette dèmarchie de m’inscrire dans le livre du lixiarchion de ce dème ».

12Manifestement, il ne peut s’agir de l’état civil au sens où le décret sur l’état civil de 1836 l’entend. L’auteur de cette demande semble confondre état civil et dimotologion. Le cas n’est pas isolé. P. Argyropoulos commente en 1843 la législation sur les dèmes. À la fin de l’article 3 du décret sur les dèmes de 1834, il décrit dans une note le système d’enregistrement des jeunes citoyens dans l’Athènes classique. Il s’appuie sur un ouvra e §ge de l’archéologue grec Roussopoulos et renvoie en particulier au Contre Euboulidès de Démosthène, l’orateur athénien du ive siècle avant J.-C.9. Ainsi, si l’on se reporte au Contre Euboulidès, 22-26, le mot lixiarchion en grec ancien est traduit par le terme français « liste civique »10. Dans l’Athènes classique, cette liste des citoyens était conservée dans chaque dème11. Cependant, à cette époque, les autorités ne peuvent avoir qu’une idée très vague de ce système antique dans la mesure où la Constitution d’Athènes d’Aristote n’est pas encore connue en 1833, ni d’ailleurs en 184312. De plus, le décret royal sur les dèmes du 27-12-1833 (8-01-1834) semble être inspiré par la législation française et en particulier par la loi sur les municipalités du 14-18 décembre 178913. Les articles 3 et 9 à 14 du décret grec sont apparemment à l’origine du dimotologion. Cette loi française prévoyait par ailleurs la création de registres civiques. Selon L. Rondonneau, un juriste français :

« On appelle ainsi des registres publics tenus dans les municipalités pour inscrire les noms, prénoms, âge, demeure et professions des habitans parvenus à leur majorité : cette inscription est nécessaire pour l’exercice des droits politiques. Leur institution date de la loi organique des municipalités du 14-18 décembre 1789. La forme de leur tenue, par les maires, a été réglée par le décret du 17 janvier 1806 (Bull. 72) auquel sont annexés tous les modèles relatifs à leur tenue »14.

13Ce système français décrit précédemment est un système qui est opérationnel. On peut se demander si le gouvernement grec qui avait connaissance de la loi de 1789 ne l’a pas repris, pour faire renaître d’une certaine manière l’idée qu’il pouvait avoir du lixiarchion antique, ce dernier devenant le dimotologion moderne.

Le dimotologion et la citoyenneté grecque

14Tout individu qui a la nationalité grecque doit être inscrit dans le livre du dème, le dimotologion. Cette inscription donne les droits et les devoirs attribués à tout citoyen. Le dème, c’est à la fois le premier niveau de l’administration locale grecque emprunté à la commune française et à la gemeinde bavaroise et l’ensemble des citoyens du dème. Le dème est non seulement une circonscription administrative mais aussi une communauté politique. L’institution du dème est le point d’ancrage administratif et politique de tout citoyen grec. C’est là qu’il exerce sa citoyenneté. Pendant toute sa vie, le citoyen est rattaché à un dème. Le législateur grec a pris soin de définir très nettement les statuts juridiques des individus. On peut ainsi distinguer trois statuts juridiques : le dèmote, l’hétérodèmote et l’allodapos. Le dèmote et l’hétérodèmote ont tous les deux la citoyenneté grecque. Ce sont des Grecs. Tous deux sont inscrits dans un dimotologion. Le dèmote est inscrit dans le dimotologion du Pirée où il exerce ses droits et ses devoirs civiques. L’hétérodèmote est lui inscrit dans le dimotologion d’un autre dème. L’allodapos est un étranger, celui qui vient d’un autre pays, et il n’est par définition inscrit dans aucun dimotologion.

15Le droit grec distingue, par ailleurs, deux citoyennetés : la citoyenneté au niveau local (tout Grec est membre d’un dème dont il est dèmote) et la citoyenneté au niveau national (tout Grec est ypikoos, citoyen). L’ypikootita ou citoyenneté est le lien juridique qui unit une personne à un État, de manière à ce que la personne soit considérée citoyen de l’État et élément de l’ensemble que l’on appelle « peuple ». Le mot a été formé sur l’anglais citizenschip et est attesté depuis 1831. Pour le mot nationalité, le grec utilise deux termes : ithageneia et ethnikotita. L’ithageneia est le lien juridique qui unit une personne à un État donnant des droits et imposant des devoirs. Elle s’obtient soit en fonction du lieu dans lequel est né un individu soit par la parenté de sang (par exemple la nationalité des parents). En théorie seulement, elle doit être distinguée de la citoyenneté (ypikootita). Le mot vient du français « nationalité ». Le terme est attesté depuis 1848. L’ethnikotita est, elle, la qualité de membre d’une nation (ethnos), le fait d’appartenir à une nation (en raison de la naissance, de l’origine). Le mot est emprunté au français « nationalité ». Il est attesté depuis 183315. Ainsi, un individu peut être ypikoos grec (citoyen) mais il n’a pas obligatoirement l’ethnikotita grecque (la nationalité)16. Un individu peut donc tout à fait avoir la citoyenneté grecque (ypikootita) et être inscrit dans le dimotologion mais appartenir à la nation française (du fait de son ethnikotita). Les cas ne sont pas rares au Pirée17.

16Par ailleurs, l’État grec est un tout jeune royaume. Il est né en 1830 ; le roi mineur Othon et l’administration bavaroise ne sont arrivés qu’en 183218. Dans la Grèce de l’époque, surgit un débat très virulent pour savoir si les Grecs de l’extérieur, originaires des régions administrées par le pouvoir ottoman ou d’un autre pays, sont des Grecs à part entière ou bien sont des étrangers qui ne peuvent pas prétendre aux mêmes droits que les Grecs de l’intérieur. Ce débat a aussi alimenté dans l’historiographie grecque des discussions sur la question des « autochtones » et des « hétérotochtones »19. Pour faire simple, les autochtones sont les Grecs qui habitaient déjà le pays lors de la création du royaume en 1830. Les hétérotochtones désignent les immigrés grecs qui sont arrivés en Grèce à partir de 1830. Cela pose le problème de la cohabitation entre les Grecs locaux et les Grecs venus de l’étranger.

17Dans le cas du Pirée, dans les premières années au moins, ce problème doit sans doute être posé en des termes un peu différents dans la mesure où les nouveaux venus sont majoritaires et les natifs minoritaires. On trouve, en effet, des Grecs originaires des régions situées à l’intérieur des frontières du royaume de l’époque mais aussi des populations grecques qui ont fui des régions sous administration ottomane ainsi que des Grecs de Russie ou d’Europe occidentale. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’année 1835, date de création officielle du dème du Pirée, le nombre des autochtones, nés dans le dème, augmente. Ainsi, lorsque le dimotologion est institué en 1834, se pose le problème de l’inscription des Grecs de l’étranger, étant donné que cette formalité leur permet de jouir de certains droits. Ce problème est crucial. Cela ne révèle-t-il pas deux conceptions antagonistes de l’idée de nation : l’une fondée sur le sang et l’autre sur le sol ? La réaction des autochtones apparaît avec virulence le 11 janvier 1844 lorsque commence à l’Assemblée nationale la discussion sur l’article 3 concernant la nationalité grecque (ethnikotita). Finalement, la solution à ce problème réside dans un compromis entre les thèses des modérés et des ultra-libéraux, mais les autochtones réussissent à imposer leurs vues sur l’acquisition de la nationalité. Ainsi, sont désignés comme autochtones selon la loi électorale de 1844, tous ceux qui habitent des régions qui ont formé le royaume grec en 1832, tous ceux qui ont pris part aux activités de libération nationale contre les Ottomans dans n’importe quelle partie de l’empire ottoman et qui se sont installés en Grèce jusqu’en 1827. En outre, ceux qui se sont établis en Grèce jusqu’en 1827 peuvent occuper des postes dans l’administration publique. Le peuvent également, après deux ans de séjour, ceux qui se sont installés entre 1827 et 1833, après trois ans, ceux qui l’ont fait entre 1833 et 1837 et après quatre ans ceux qui se sont établis entre 1837 et 1843.

18Il faut également noter que l’inscription dans le dimotologion, à partir de 1844, donne le droit d’être inscrit sur les listes électorales du dème. L’introduction de la citoyenneté en Grèce dans la première moitié du xixe siècle doit aussi être reliée à l’histoire du vote. Le droit de vote est la marque de la citoyenneté. Au cours de la période de la monarchie absolue (1833-1843), les institutions représentatives ne fonctionnaient pas et il n’y avait pas de vie démocratique dans le pays. Les Grecs ne pouvaient pas faire le choix d’une représentation nationale. Il y avait pourtant bien une loi – celle du 27 décembre 1833 – selon laquelle le corps électoral était composé par l’ensemble des citoyens contribuables. Dans la réalité, cependant, même les maires étaient choisis par le roi Othon sur une liste de trois candidats. L’époque de la monarchie absolue s’achève avec les événements du 3 septembre 1843 qui ont été marqués par le soulèvement d’une partie de la population contre l’administration bavaroise. Ainsi les autorités sont contraintes de convoquer une Assemblée nationale.

19Commence alors la période de la monarchie constitutionnelle. Les travaux de la première Assemblée nationale commencent le 8 novembre 1843 et s’achèvent le 18 mars 1844 avec le vote d’une constitution et l’adoption d’une loi électorale. L’année 1844 marque ainsi une première étape avec l’instauration du suffrage censitaire masculin. La loi électorale, votée le 18 mars 1844, a été publiée quelques jours plus tard, le 25 mars. Le droit de vote est octroyé aux citoyens grecs de sexe masculin inscrit dans le dimotologion qui ont atteint l’âge de 25 ans. Ces derniers doivent avoir une propriété dans la province où ils exercent leurs droits politiques ou y exercer une profession. De plus, les condamnés par la justice auxquels ont été retirés les droits civiques ne peuvent pas prendre part au vote.

20Le suffrage universel masculin est, lui, introduit par l’article 66 de la Constitution de 1864, laquelle a été promulguée par la deuxième Assemblée nationale le 17 octobre et publiée dans le Journal officiel le 17 novembre. Ainsi, selon l’article 4 de cette même constitution, le droit de vote est octroyé à tous les citoyens grecs qui ont atteint l’âge de 21 ans20. On constate ainsi que la construction historique du statut de citoyenneté dans la Grèce du xixe siècle est extrêmement complexe. La citoyenneté, comme dans d’autres pays européens de la même époque, a été un concept de clôture qui a servi à établir les frontières entre ceux qui appartiennent et ceux qui n’appartiennent pas à l’État-nation grec21.

21En Grèce, la mise en place d’un État indépendant à partir de 1830 et sa consolidation définitive tout au long du xixe siècle, avec notamment l’acquisition de nouveaux territoires (les îles ioniennes en 1864, la Thessalie et le sud de l’Épire en 1881), ont été marquées par une citoyenneté politiquement et socialement exclusive, concrétisée en particulier par l’inscription des individus dans le dimotologion.

2. Le dimotologion du Pirée22

Les deux premiers dimotologia (1835-1863)

22Les rédacteurs du premier dimotologion, couvrant la période 1835-1863, ont indiqué sur la couverture « registre de l’enregistrement des dèmotes du dème du Pirée ». Jusqu’en 1851, seuls sont inscrits des individus de sexe masculin. Ensuite, leur famille apparaît sous la rubrique « observations », ce qui montre que la circulaire de 1851 a été immédiatement appliquée au Pirée (Cf. Tableau 3). Jusqu’en 1839, seules les rubriques suivantes ont été remplies : le numéro d’ordre, le prénom et le nom, le lieu de résidence (« habitant »), l’âge et la profession. À partir de cette date, on trouve également l’état matrimonial du dèmote, à partir de 1844, le lieu d’origine et, à partir de 1848, le total des âmes de la maison. À partir de 1851, on trouve aussi les prénoms et les âges des autres membres du groupe familial. Deux pages du registre ont toutefois disparu. Elles concernaient l’année 1835. De plus, pour la période 1836-1863, ont été aussi conservées dans les dossiers des Archives historiques environ 850 demandes d’inscriptions et de radiations dans le dimotologion.

Tableau 3. Les colonnes du premier dimotologion du Pirée (1835-1863).
Registre de l’enregistrement des dèmotes du Pirée

Tableau 3. Les colonnes du premier dimotologion du Pirée (1835-1863). Registre de l’enregistrement des dèmotes du Pirée

Source : Dimotologion 1 du dème du Pirée (1835-1863). Archives historiques du Pirée.

23Dans le deuxième registre du dimotologion (1863-1869), sont inscrits les individus de sexe masculin membres du dème du Pirée ainsi que les personnes (le conjoint et les enfants éventuels) qui vivent dans la même maison. Les informations sur chaque groupe familial sont également présentées sous la forme d’un tableau (Cf. Tableau 4). Ce registre est comme le précédent dans un état excellent de conservation et renferme des informations précieuses sur les dèmotes du Pirée.

Tableau 4. Les colonnes du deuxième dimotologion du Pirée (1863-1869).
Dème du Pirée

Tableau 4. Les colonnes du deuxième dimotologion du Pirée (1863-1869). Dème du Pirée

Source : Dimotologion 2 du dème du Pirée (1863-1869). Archives historiques du Pirée.

Les dimotologia postérieurs à 1869

24Les colonnes des registres postérieurs à 1869 se présentent comme sur le Tableau 5. Le troisième dimotologion comporte des inscriptions faites entre 1835 et 1869. Les rubriques des colonnes ont manifestement été remplies à partir des renseignements des deux registres précédents puisqu’une colonne indique le numéro de l’ancien dimotologion. Après vérification, on constate, en effet, que ce dernier correspond bien aux numéros d’ordre des registres antérieurs. À partir de ce troisième registre, l’intitulé des rubriques a été respecté et les colonnes convenablement remplies. Ce troisième dimotologion a été rédigé entre 1889 et 1900 ainsi que le suggèrent plusieurs éléments de datation. Cependant, il présente la situation telle qu’elle était en 1869. Il reste au total douze dimotologia qui concernent la période 1835-1904. Il ne fait aucun doute que les deux premiers ont été rédigés avant 1869. Il n’y a pas non plus de lacunes entre 1835 et 1869. En revanche, il manque les inscriptions de 1870 à 1882 et, à partir de cette année-là, il manque plusieurs pages à chaque registre conservé. À partir de 1904 et jusqu’en 1921, les dimotologia s’ils ont été tenus, ont disparu.

Tableau 5. Les dimotologia postérieurs à 1869. Dimotologion du Pirée

Tableau 5. Les dimotologia postérieurs à 1869. Dimotologion du Pirée

25En sus des registres, on dispose par ailleurs d’un fichier. Les fiches individuelles (environ 276 564) sont rangées dans des tiroirs (228 au total). Chaque tiroir contient en moyenne 1 213 fiches. Ce fichier couvre la période 1835-1954. Le classement des noms est alphabétique. Trois types de fiches peuvent ainsi être distingués. La fiche de type 1 indique le prénom de l’individu (de sexe masculin ou de sexe féminin), le prénom et le nom de son père, le prénom et le nom de la mère, le numéro du ou des registres, le numéro du groupe familial auquel il appartient, l’adresse (rarement indiquée). La fiche de type 2 contient le prénom de l’individu de sexe féminin, le prénom et le nom de son époux, le prénom et le nom du père, le prénom et le nom de la mère, le numéro du ou des registres, le numéro du groupe familial auquel la personne appartient, l’adresse (rubrique jamais renseignée). La fiche de type 3 précise le prénom et le nom de l’individu (de sexe masculin ou de sexe féminin), les prénoms et noms du père et de la mère, le numéro du ou des registres, le numéro du ménage et l’année de naissance. Les deux premières fiches sont de couleur verte et la troisième de couleur marron. Il n’a toutefois pas été possible de dater avec précision l’établissement de ces fiches mais on peut raisonnablement penser qu’elles ont été rédigées au fur et à mesure de l’établissement du dimotologion.

Les lacunes du dimotologion

26Le Tableau 6 révèle une partie du système, et en particulier l’existence de trois générations de dimotologia : 1835-1869, 1870-1900, 1900-1904. Il montre aussi deux types de lacunes : des lacunes actuelles et des lacunes qui remontent à l’époque considérée. Les registres 2, 5 et 6 (cote de l’administration) ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Le registre 2 concernait la période 1870-1881 et les registres 5 et 6, la période 1889-1891. De plus, la rubrique « numéros d’inscription » indique qu’il existait, même à l’époque, des lacunes. Ainsi, les anciennes inscriptions 5954 à 7456 (1885-1887), 11942 à 11973 (1895) et 13644 à 13933 (1898) avaient disparu au moment de la rédaction de la troisième génération du dimotologion. Ces lacunes ont été comblées lors de la rédaction des nouveaux registres et les informations sur chaque groupe familial ont été mises à jour. Cela n’est donc plus une lacune pour nous. Par conséquent, on ne dispose que d’une série assurément complète pour les années 1835-1869. Les lacunes postérieures pourraient être comblées à l’aide du fichier. La datation précise des registres postérieurs à 1869 est, sans doute, une des clefs pour une compréhension globale du système.

Tableau 6. Les lacunes du dimotologion

Tableau 6. Les lacunes du dimotologion

3. L’intérêt pratique du dimotologion et ses limites

Comment utiliser le dimotologion ?

27La plupart des rares études grecques qui utilisent le dimotologion à des fins d’analyses démographiques se servent de cette source en considérant qu’il s’agit d’un simple recensement de la population23. C’est pourtant, à notre avis, une erreur de méthodologie. Dans un recensement de la population, le ménage est constitué par des individus qui habitent sous le même toit et qui n’ont pas nécessairement un lien de parenté. Dans les cases familiales du dimotologion, en revanche, il s’agit d’individus qui ont un lien de parenté entre eux – soit un lien de filiation, soit un lien d’alliance – mais cela ne signifie nullement qu’ils habitent ensemble. Il n’est donc pas possible d’utiliser le dimotologion pour étudier la structure des ménages. De plus, si le recensement enregistre la population qui habite effectivement au Pirée à un moment donné, le dimotologion enregistre, lui, la population de droit. Dans cette dernière source, les individus n’habitent pas forcément au Pirée. Ainsi, le dimotologion ne peut pas être mobilisé à des fins d’analyse démographique classique. Il faut même abandonner toute tentative d’analyse transversale de la source. Elle serait tout simplement vouée à l’échec étant donné que les informations sur les individus sont mises à jour régulièrement. En revanche, une interrogation longitudinale est tout à fait envisageable voire même souhaitable.

28Il existe, en effet, deux manières d’appréhender l’évolution des phénomènes démographiques : l’approche transversale qui vise à étudier les caractéristiques d’une population et ses comportements démographiques à un moment donné (en général une année) et l’approche longitudinale qui consiste à suivre sur une période donnée des individus qui ont connu un même événement. Ces deux approches ont, bien évidemment, des objectifs très différents. Prenons le cas de deux recensements de la population à deux dates données. Dans l’approche transversale, l’historien cherche les évolutions entre les deux recensements et il met en évidence les caractéristiques de cette population en étudiant sa répartition par sexe et par âge, ses aires de recrutement, sa répartition socio-professionnelle. L’approche longitudinale permet, elle, de suivre les individus et les ménages auxquels ils appartiennent entre deux ou plusieurs années de recensement afin de mettre en évidence le cycle de vie du ménage, les évolutions de statut socio-professionnel des individus, par exemple.

29L’observation longitudinale peut être prospective (on suit des unités d’observation, le plus souvent des individus, à partir d’un événement dans le sens du temps) ou rétrospective (on suit des unités d’observation en remontant dans le temps en essayant de reconstituer a posteriori la trajectoire parcourue par ces unités d’observation). Dans une étude longitudinale, on reconstitue des trajectoires individuelles. On peut ainsi reconstituer la carrière professionnelle des individus. Dans ce type d’approche, on sélectionne au préalable une cohorte d’individus. S’il s’agit des individus qui sont nés au cours de la même année, on parle de cohorte de naissance ou de génération. S’il s’agit de couples mariés au cours de la même année, on parle de cohorte de mariage24.

30Le dimotologion ne peut pas être exploité comme l’état civil et les recensements de la population. Il doit être lu de manière longitudinale et il s’avère indispensable de mettre en œuvre une méthode spécifique pour le dépouillement de cette source si intéressante mais également si particulière. Le dépouillement ne peut se faire qu’à l’aide de l’outil informatique. Il faut ainsi créer une base de données. Le logiciel Access de Microsoft s’y prête tout particulièrement mais Ingres pourrait aussi être utilisé. L’analyse des données peut être réalisée à l’aide du tableur Excel. Il y a, par ailleurs, plusieurs manières d’interroger le dimotologion. C’est pourquoi il est nécessaire au préalable de bien choisir son échantillon, étant donné le nombre total des individus contenus dans la source : 276 564 enregistrés entre 1835 et 1954. Il est possible de choisir une lettre de l’alphabet. La plupart des chercheurs grecs utilisent la lettre kappa (k) qu’ils considèrent comme représentative. On peut ainsi étudier toutes les familles dont le nom commence par la lettre k. Chaque fiche individuelle renvoie à un registre du dimotologion et à une case familiale.

31Notre base de données serait constituée par toutes les familles du Pirée dont le nom commence par cette lettre. Elle couvrirait la période 1835-1954 ce qui permettrait de suivre les familles sur près d’un siècle. Une autre solution serait également possible. Il suffirait de dépouiller les deux premiers registres du dimotologion couvrant la période 1835-1869. Notre base de données serait ainsi initialement construite à partir de 3 301 familles ce qui présente l’avantage de ne pas avoir à sélectionner une lettre précise. Dans une deuxième phase de la recherche, il faudrait retrouver chaque individu dans le fichier alphabétique ce qui renverrait aux registres postérieurs à 1869 où il apparaît. On pourrait ainsi obtenir des renseignements sur les descendants éventuels de ces individus et établir de nombreuses généalogies. On le comprend bien, le dimotologion est une source complexe qui, si l’on veut l’exploiter, demande un traitement particulier25.

Les limites de la source et sa représentativité

32La source que trouve un historien pour étudier une société humaine n’est pas parfaite. Il ne faut pas oublier que le chercheur détourne de son utilisation initiale un instrument mis en place par une administration. Le dimotologion n’échappe pas à la règle évidemment. Il avait au départ, en 1834, l’ambition de recenser tous les citoyens de la commune, l’inscription dans le dimotologion servant à prouver que l’on dispose bien de ses droits et de ses devoirs civiques. Il faut toutefois noter que le dimotologion ne concerne pas l’ensemble de la population du Pirée. En effet, seule une partie de la population se retrouve dans cette source. Il ne s’agit assurément pas d’un recensement de la population mais bien d’un registre de population partiel. Cependant, on doit reconnaître que la source est tout à fait représentative. Pour s’en convaincre, on peut comparer la population réelle de la ville et le nombre des individus inscrits dans le dimotologion.

Tableau 7. Population de fait et population de droit du Pirée (1836-1853)

Tableau 7. Population de fait et population de droit du Pirée (1836-1853)

Source : Recensements de la population et dimotologia du Pirée.

33La lecture du Tableau 7 nous montre que le dimotologion enregistre tout de même près de 50 % de la population du Pirée, ce qui est loin d’être négligeable pour une enquête statistique. La source est donc bien représentative et peut être utilisée à des fins d’analyse démographique.

34Il faut noter toutefois que les âges sont très souvent approximatifs et fréquemment inexacts. Cela n’est guère étonnant dans la mesure où, en Grèce, l’état civil est très récent. Dans le meilleur des cas, il ne peut pas être antérieur à 1836, date de sa création. Les employés du dimotologion doivent donc faire confiance aux individus qui déclarent leur âge. Cette approximation tient également au mode d’enregistrement des individus. En règle générale, un individu est inscrit à sa majorité civique (25 ans jusqu’en 1864, 21 ans à partir de 1864). La case familiale ainsi créée contient l’âge de l’individu lors de son inscription avec la date précise de l’enregistrement. S’il se marie, on mentionne, ensuite, les renseignements concernant son épouse à la date du mariage puis, au fur et à mesure des naissances éventuelles, sont précisées les informations sur les enfants du couple. On sait ainsi toujours à quelle date correspond l’âge indiqué mais pour chacun des membres de la famille, cette date est différente. Ce peut être la date d’inscription dans le dimotologion, celle du mariage ou celle de la naissance des enfants. Il est donc indispensable de procéder à des calculs pour retrouver la date de naissance des individus.

35On doit noter aussi des fluctuations et des erreurs dans l’orthographe des noms propres des individus. La Grèce est un tout jeune royaume et les noms de personnes ne sont pas encore bien fixés. C’est au milieu du xixe siècle que commencent véritablement à se fixer les patronymes. Cela explique que les noms des individus ne soient pas stables. Il faut remarquer toutefois que l’on peut assez aisément contourner cette difficulté dans la mesure où les individus sont connus par un numéro d’inscription unique ce qui permet de les retrouver dans les registres.

Quelques exemples d’exploitation

36Le dimotologion est une source extrêmement riche qui peut être utilisée de bien des façons. Il présente trois grands intérêts majeurs pour l’étude des mobilités, pour l’histoire de la famille et de la parenté, pour une approche de la citoyenneté et de la construction de la nation grecque. Une enquête sur les mobilités à partir du dimotologion doit, tout d’abord, répondre à une question fondamentale : quelles sont les interactions entre mobilité sociale et mobilité spatiale ? Il s’agit d’étudier les différentes formes de mobilités que connaissent les individus au cours de leur existence : mobilité professionnelle, mobilité sociale et mobilité spatiale26.

37L’objectif est de tenter de mettre en évidence les processus qui sont à l’origine des mobilités urbaines en montrant comment se construisent les trajectoires individuelles dans une ville portuaire en formation. L’étude des mobilités est certainement une des clefs pour comprendre le fonctionnement d’une ville et de sa société. En effet, la ville est un espace qui se renouvelle et se recompose continuellement. Le terme de mobilité est en général employé au pluriel27. Cela souligne le caractère particulièrement complexe de ce phénomène. Il faut ainsi distinguer la mobilité sociale et la mobilité spatiale. Selon D. Courgeau, « l’étude de la mobilité spatiale consiste à mettre en évidence les changements au cours du temps, qui sont à l’œuvre dans les rapports entre un individu ou un groupe social et l’espace »28. Cette mobilité spatiale recouvre en réalité plusieurs types de mobilités : les déplacements des individus vers la ville, les déplacements des individus qui la quittent, les déplacements des individus dans la ville (la mobilité intra-urbaine). On entend par mobilité sociale la circulation des individus entre strates sociales en distinguant la mobilité intra-générationnelle (c’est-à-dire le passage d’un individu d’une strate sociale à une autre au cours de la même génération) de la mobilité inter-générationnelle (c’est-à-dire le passage d’un individu de la strate sociale à laquelle appartient son père à une autre), la mobilité pouvant être ascendante ou descendante, verticale ou horizontale.

38Cependant, la mobilité spatiale et la mobilité sociale sont deux phénomènes qui sont étroitement liés. La difficulté est de bien montrer les interactions qui existent entre les deux. L’expression « trajectoires individuelles » désigne, elle, les positions sociales successives occupées par les individus au cours de leur vie et leurs déplacements successifs dans l’espace. Toutefois, mesurer ces mobilités pose problème. En effet, l’analyse des seuls bilans migratoires ne permet pas vraiment d’appréhender la mobilité des populations des villes.

39Le dimotologion permettrait de répondre à un certain nombre de questions à ce propos. Il précise, en effet, pour chaque individu la profession, le lieu de naissance et le domicile et il est envisageable d’étudier la mobilité professionnelle, la mobilité sociale et la mobilité spatiale sur plusieurs générations de 1835 à 1954. On peut ainsi, par exemple, sélectionner tous les individus qui apparaissent dans les deux premiers dimotologia entre 1835 et 1869 et les ranger par cohorte de naissance, les descendants éventuels étant recherchés dans les dimotologia postérieurs.

40L’étude des mobilités peut se faire de bien des manières. Il est ainsi possible de dépouiller le deuxième dimotologion qui couvre la période 1863-1869 et de le coupler ensuite aux listes électorales conservées. Cela s’avère tout à fait pertinent dans la mesure où pour être inscrit sur les listes électorales, il faut, au préalable, avoir été enregistré dans le dimotologion. L’échantillon de départ est de 924 individus. Il comprend les individus de sexe masculin qui se sont inscrits dans les registres de la ville et qui ont ouvert une case familiale entre 1863 et 1869. Les listes électorales contiennent outre le prénom et le nom des électeurs, le prénom du père, l’âge, la profession et le lieu de résidence. Les listes suivantes ont été conservées : 1866, 1871, 1877, 1881, 1888, 1895. Il suffit, ensuite, de suivre les individus sélectionnés dans les différentes listes et de retrouver les professions qu’ils ont exercées successivement ainsi que les lieux de résidence. Cela permettrait ainsi de mettre en évidence la mobilité sociale et la mobilité spatiale. Il ne s’agit cependant que d’un exemple d’exploitation et d’autres pistes sont bien sûr envisageables.

41Le dimotologion constitue, ensuite, un outil important pour l’histoire de la famille et de la parenté29. L’étude de la parenté peut s’appuyer sur les fiches qui sont classées par ordre alphabétique. Celles qui concernent les individus portant le même nom de famille sont donc regroupées ensemble ce qui est très pratique pour établir une généalogie. On trouve, ainsi, pour chaque individu de sexe masculin ou de sexe féminin, le prénom et le nom de son père ainsi que ceux de sa mère. Toute ambiguïté sur un lien de parenté entre deux individus peut être levée puisque la fiche renvoie aux registres où l’individu a été inscrit et au numéro d’ordre du groupe familial auquel il appartient. Sur le registre, seul le prénom de l’épouse est indiqué alors que sur le fichier, le nom du père apparaît. Une telle source permet donc de construire des généalogies ascendantes et descendantes assez précises sur au moins trois générations, parfois même plus.

42Cet instrument de l’administration a été spécialement conçu pour enregistrer des familles de dèmotes. Son objectif est d’identifier précisément la place d’un individu dans un groupe familial mais davantage dans la communauté des citoyens. Les informations sont mises à jour régulièrement. Enfant, l’individu est inscrit dans la case familiale constituée par ses parents. Majeur, à 25 ans jusqu’en 1864, puis 21 ans à partir de 1864, il est inscrit en tant que chef de famille. Une nouvelle case apparaît ainsi dans le registre qui correspond à une nouvelle fiche. L’individu figure donc deux fois dans le dimotologion : dans la case familiale de ses parents et dans sa propre case familiale. Lorsqu’il se marie, le nom et le prénom de son épouse est indiqué. Lorsqu’il devient père, les enfants sont enregistrés à leur tour.

43L’historien a donc la possibilité de détourner cette source à son profit. Il peut montrer comment le groupe domestique se forme et comment il évolue. Il peut également montrer comment il s’achève. Autrement dit, cette documentation révèle la dynamique et le cycle du groupe familial. Si l’on considère que le dimotologion imprime en quelque sorte le système de parenté des individus, il serait, par ailleurs, tout à fait possible d’étudier les règles de filiation et d’alliance qui régissent la société piréote. Le type de filiation pourrait être connu mais également les mécanismes de la transmission des prénoms des individus. De plus, il n’existe pas de séries complètes d’actes de mariage pour la période considérée. Cela interdit toute étude sur les unions à partir de l’état civil. L’existence du dimotologion est une aubaine pour étudier l’alliance.

44Le dimotologion peut, enfin, servir à l’historien pour étudier la citoyenneté locale. Il permet de reconstituer selon une approche longitudinale le parcours civique des individus30. Un numéro de dimotologion a été attribué à ces individus ce qui leur donne une identité administrative et le statut de citoyen grec (dèmote). Nous disposons des informations suivantes : le lieu de naissance, le lieu de résidence, la date d’inscription dans le registre et le mode d’acquisition de la citoyenneté (par la naissance ou par l’octroi de la citoyenneté si l’individu était étranger). L’enregistrement dans les registres de la ville peut être un indice de l’implication civique des individus dans le dème où ils résident. Cette démarche administrative (le fait de s’inscrire dans le dimotologion) montre qu’ils se considèrent comme Piréotes et non plus comme des migrants venant juste de s’installer dans la ville.

45Pour aller plus loin dans l’analyse de la citoyenneté locale, il serait utile de coupler le dimotologion aux listes nominatives de recensement de la population contemporaines, celles de 1848 et de 1856. L’intérêt serait, alors, d’essayer de retrouver les individus sélectionnés dans le dimotologion en consultant ces recensements afin d’observer l’évolution du statut juridique des individus (le passage du statut d’étranger à celui de dèmote, ou d’hétérodèmote à celui de dèmote).

46Le dimotologion peut, par ailleurs, nous permettre de montrer comment s’est faite la construction de l’espace national grec au xixe siècle. L’État grec a été officiellement créé en 1830. La plupart des individus qui arrivent au Pirée sont originaires de régions qui ne font pas partie du nouveau royaume. Il faudrait à ce propos s’intéresser à plusieurs situations différentes : les Grecs provenant de l’Empire ottoman, ceux de la péninsule italienne ou de l’Empire russe mais aussi les individus qui n’ont pas le grec pour langue maternelle (les Arméniens, les germanophones souvent originaires de Bavière qui sont venus s’installer en Grèce au cours de la période bavaroise, les individus qui ont l’italien pour langue maternelle, les francophones)31.

47Avec leur inscription dans le dimotologion, les individus se voient reconnaître officiellement leur appartenance à la nation grecque. À partir du dimotologion, on peut donc comprendre comment s’est concrètement construite la nation grecque. Il n’y avait pas d’individus ayant la nationalité grecque (ethnikotita) avant 1830. L’inscription des individus dans le dimotologion autorise ainsi à établir une cartographie des origines géographiques des Grecs venant s’installer au Pirée mais également à déterminer comment ils ont acquis la nationalité grecque. Au-delà des théories sur la nation des anthropologues, d’essence qualitative, on peut avancer qu’une enquête quantitative à partir du dimotologion est tout à fait pertinente pour examiner les processus qui sont réellement à l’œuvre dans la construction de la nation grecque32.
   

48Le dimotologion du Pirée semble être le plus ancien de toute la Grèce. Certes, des dimotologia contemporains sont connus par ailleurs. Cependant, ils ne présentent pas le même aspect. On n’y trouve pas des groupes familiaux mais des listes d’individus du sexe masculin33. L’idée d’enregistrer tous les individus ayant la citoyenneté grecque dans un registre est plus qu’un simple épisode d’ordre administratif. Un individu est désormais connu par l’administration en tant que numéro. Par ce numéro d’inscription dans le dimotologion, cette dernière peut repérer le prénom, le nom, l’âge, l’état matrimonial, la profession, le domicile et la religion d’un individu. L’indication de cette dernière rubrique permet également de signaler des individus qui appartiendraient à une minorité religieuse. Au Pirée, à partir de 1851, c’est même l’ensemble de la famille qui est concerné par ce système.

49On constate, par ailleurs, que l’individu n’est apparemment pas inscrit obligatoirement dans le dème où il a son domicile mais dans celui où il est né ou dans celui dans lequel il a été trouvé s’il a été abandonné à la naissance. Il peut demander à être enregistré dans le dème où son conjoint est inscrit ou dans le dème où il a le centre de ses affaires. Mais ce n’est pas en fonction du domicile qu’il se trouve dans le dimotologion ce qui est original par rapport aux registres de population belges ou à l’anagraphè de Milan. Le dimotologion constitue donc une source particulièrement intéressante pour qui veut étudier la citoyenneté. En revanche, toute étude de démographie historique doit être conduite avec une très grande prudence et à condition de la coupler aux recensements de la population, à l’état civil et aux listes électorales, si l’on entend constituer une base de données qui conduise à explorer des thèmes aussi divers que le cycle de vie des familles, la mobilité spatiale ou encore la mobilité professionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Alivizatos, Nikolaos, Introduction à l’histoire constitutionnelle grecque. 1821-1941, Athènes, Sakoulas, 1981 (en grec).

Anderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 (édition anglaise de 1983).

Argyropoulos, Petros, L’administration municipale en Grèce, Athènes, 1843, Tome 1 (en grec).

Babiniotis, Giorgos, Dictionnaire de la nouvelle langue grecque, Athènes, Centre de lexicologie, 1998 (en grec).

Bafounis, Giannis, La formation d’une ville nouvelle. Le Pirée au xixe siècle (1835-1879), Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris iv, 1985.

Bournova, Eugenia, Démographie historique et histoire de la vie quotidienne à Rapsani de 1900 à 1950, Athènes, Plethron, 1995 (en grec).
– Rapsani dans la première moitié du xxe siècle, essai d’histoire sociale d’un village grec, Thèse de doctorat, Université de Lyon, 1986.

Brulé, Pierre, La cité grecque antique à l’époque classique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1995.

Courgeau, Daniel (dir.), Biographies d’enquêtes. Bilan de 14 collectes biographiques, Paris, Ined-Puf, 1999.

Courgeau, Daniel & Lelièvre, Eva, Analyse démographique des biographies, Paris, Ined-Puf, 1989.
– « L’analyse démographique des biographies », in G. Caselli (dir.), Démographie : Analyse et synthèse, Paris, Ined-Puf, 2001, pp. 503-517.

Démosthène, Contre Euboulidès, in Louis Gernet (Ed.), Plaidoyers civils, Livre iv, Les Belles Lettres, Paris, 1960.

Dilighiannis, Theodoros, & Zinopoulos, Giannis, Législation grecque de 1833 à 1876, Athènes, 1860-1876, 7 volumes (en grec).

Dimakis, Ioannis, La transformation politique de 1843 et la question des autochtones et des hétérotochtones, Athènes, Themelio, 1991 (en grec).

Evangelos, Petros, Archive du Pirée, Le Pirée, vol. 3, 1986 (en grec).

Faron, Olivier, La ville des destins croisés. Recherches sur la société milanaise au xixe siècle, Rome, École française de Rome, 1997.

Gardika, Kristina, Protection et garanties : étapes et mythes de l’unification nationale grecque 1821-1920, Thessalonique, Vanias, 1999 (en grec).

Gellner, Ernest, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 (édition anglaise de 1983).

Gerakas, Kostantinos, Histoire administrative, Athènes, 1947 (en grec).

Giannaras, Chistos, L’identité néo-grecque, Athènes, 1978 (en grec).

Giannitsiotis, Giannis, La formation de la classe bourgeoise au Pirée, 1860-1909, Thèse de doctorat, Université d’Athènes, 2001 (en grec).

Grammaticaki-Alexiou, Alexandra, « Greek nationality law », in Bruno Nascimbene (dir.), Le droit de la nationalité dans l’Union européenne, Milan, Giuffrè Editore, 1996, pp. 50-74.

Hahn, François-Joseph & Pinol, Jean-Luc, « La mobilité d’une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 (Présentation de l’enquête et premiers résultats) », Annales de Démographie Historique, 1995, pp. 197-210.

Haussoulier, Bernard, La vie municipale en Attique : essai sur l’organisation des dèmes au quatrième siècle, Paris, 1884.
– (éd.), La Constitution d’Athènes d’Aristote, Paris, Les Belles-Lettres, 1930.

Hobsbawn, Éric, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992 (édition anglaise de 1990).

Kaftantzoglou, Roxani, « L’histoire de la famille grecque : des problèmes méthodologiques », Epitheorisi Kinonikon Erevnon, 69, 1988, 5, pp. 225-242 (en grec).
– « L’étude du champ de la parenté d’une société historique : sources et problèmes », Histor, 8, 1995, pp. 113-129 (en grec).
– (dir.), Familles du Passé. Formes d’organisation familiale en Europe et dans les Balkans, Athènes, Alexandreia, 1996 (en grec).
– Parenté et organisation de l’espace familial, Syrrako 1898-1930, Athènes, EKKE, 1997 (en grec).

Kalamitsis, Nikolaos, L’industrie du Pirée de 1840 à 1860, Le Pirée, 1960 (en grec).

Kallivretakis, Leonidas, « Géographie et démographie historiques de la Grèce : le problème des sources », Histoire & Mesure, x-1/2, 1995, pp. 9-23.

Karpoutzi, Eva, « La formation de la famille grecque », Diabazo, 323, 1993, pp.14-20 (en grec).
– Espace familial : relations parentales et échanges stratégiques, Thèse de doctorat, Université de Pantion, 1995 (en grec).

Katsiardi-Hering, Olga, « Historische Familienforschung in Südosteuropa. Pluralität der Forschungstendenzen im internationalen Kontext », in R. van Dülmen & M. Mitterauer, Historische Anthropologie. Kultur, Gesellschaft, Vienne, Alltag, 1997, pp. 60-74.

Kitromilides, Pascalis, « Imagined Communities and the Origins of the National Question in the Balkans », in Martin Blinkhorn & Thanos Veremis (eds), Modern Greece : Nationalism and Nationality, Athènes, Sage-Eliamep, 1990, pp. 23-66.
– Enlightenment, Nationalism, Orthodoxy. Studies in the culture and political thought of south-eastern Europe, Aldershot, Variorum, 1994.

Kotea, Marianthi, La zone industrielle du Pirée 1860-1900, Athènes, Éditions universitaires de Pantion, 1997 (en grec).
– « La zone industrielle du Pirée, 1860-1900 », Actes du iie colloque international, La ville à l’époque moderne. Dimensions méditerranéennes et balkaniques (19e-20e siècle, Athènes 27-30 novembre 1997, Athènes, Association des Études Néo-helléniques, 2000, pp. 115-123 (en grec).

Lekas, Pantelis, L’idéologie nationaliste. Cinq hypothèses de travail en sociologie historique, Athènes, Katarti, 1992 (en grec).

Lelièvre, Eva, « Construire les principes d’une analyse biographique du groupe familial », in A.I.D.E.L.F. (éd.), Ménages, familles, parentèles et solidarités dans les populations méditerranéennes, Paris, Puf, 1996, pp. 103-116.

Lelièvre, Eva & Bringé, Arnaud, Manuel pratique pour l’analyse statistique des biographies, Paris, Ined-Puf, 1998.

Loukos, Christos & Polemi, Popi, Guide des archives municipales d’Hermoupolis 1821-1949, Athènes, 1987 (en grec).

Lorenceau, René, Bâle de 1860 à 1920 : croissance et mobilités urbaines, Thèse de doctorat, Université de Tours, 2001.

Mansolas, Alexandre, Rapport sur l’étude de la statistique officielle en Grèce, Athènes, 1876.

Marre, Sébastien, Les enfants du Pirée. Mobilités urbaines, trajectoires individuelles et identité nationale dans la Grèce du xixe siècle, Thèse en cours, Université Michel de Montaigne-Bordeaux iii sous la direction de Pierre Guillaume.

Mavroidis, Constantin, La construction de la nation grecque (1780-1922), Thèse de doctorat, Université de Montpellier, 1997.

Mitrou, Litsa, « L’accès aux archives en Grèce : possibilités, déontologie, confidentialité », Ta Historika, 14, n° 27, décembre 1997, pp. 409-418 (en grec).

Pinol, Jean-Luc, Les mobilités de la grande ville. Lyon fin xixe-début xxe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991.

Rondonneau, Louis, Les lois administratives et municipales de la France ou Manuel théorique et pratique des Préfets et des Sous-Préfets et des Maires…, Paris, tome iv, 1826.

Rontiri, Antonis, Sur la nationalité, Athènes, 1888 (en grec).

Roussopoulos, A. Archéologie grecque, 1843 (en allemand), Patras, 1855 (en grec).

Skiadas, Eleftherios, Aperçu historique sur les dèmes de la Grèce 1833-1912, Athènes, 1993 (en grec).

Sklavenitis, Triantafillos, Répertoire des archives municipales de Nauplie 1828-1899, Athènes, MIET, 1985 (en grec).

Skopetea, Efi, Le royaume modèle et la Grande Idée. Aspects du problème national en Grèce 1830-1880, Athènes, 1992 (en grec).

Sotirelis, Giorgos, Constitution et élections en Grèce. 1864-1909. Idéologie et réalité du suffrage universel, Athènes, Themelio, 1991 (en grec).

Svolos, Alexandros, Les Constitutions grecques 1822-1952, Athènes, 1972 (en grec).

Thernstrom, Stephan, The Other Bostonians. Poverty and Progress in the American Metropolis 1880-1970, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1973.

Toundassakis, Irini, Parenté, mariage et succession dans le village de Vourkoti, Thèse de doctorat, Paris, Ehess, 1995.

Tsaousis, Dimitrios, Hellénisme, Grécité, règles idéologiques et de la vie de la société grecque, Athènes, 1983 (en grec).

Tsapogas, Michael, Staatsrationalisierung und Verfassungsbewegung in Griechenland 1832-1843, Athènes, 1992.

Tsokopoulos, Vassias, Le Pirée 1835-1870. Introduction à l’histoire du Manchester grec, Athènes, Kastaniotis, 1984 (en grec).

Van de Walle, Ernest & Blanc, Olivier, « Registres de la population et démographie », Population et famille, 36, 1975, pp. 113-128.

Veïkos, Theodoros, Nationalisme et identité nationale, Athènes, 1993, (en grec).

Veremis, Theodoros (dir.), Identité nationale et nationalisme dans la Grèce moderne, Athènes, MIET, 1999 (en grec).

Vernier, Bernard, Rapports de parenté et rapports de domination : étude de 1-Représentation mythique du monde et domination masculine chez les Pomaques. 2-L’ordre social des aînés canares à Carpathos et sa reproduction, Thèse de doctorat, Paris v, 1977.
– Les Karpathiotes. Système de parenté, échanges intra-familiaux et fonctionnement du marché matrimonial dans une île grecque, Thèse de Doctorat d’État, Université de Strasbourg ii, 1987.
– La genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos, Paris, Ehess, 1991.
– Le visage et le nom. Contribution à l’étude des systèmes de parenté, Paris, Puf, 1999.

Vellioti-Georgopoulos, Maria, L’aspect dynamique de la Grèce rurale. Changement économique, identité culturelle et liens de parenté à Didima, village du Péloponnèse, Thèse de doctorat, Ehess, 1996.

Whitehead, David, The Demes of Attica. 508/7-250 B. C. A Political and Social Study, Princeton, PrincetonUniversity Press, 1986.

Wunsch, Guillaume, « L’observation démographique longitudinale », in Graziella Caselli, (dir.), Démographie : Analyse et synthèse, Paris, Ined-Puf, 2001, pp. 149-163.

Haut de page

Notes

1Le dème est l’unité administrative de base qui correspond à la commune française.
2Sur l’accès aux archives en Grèce, cf. L. Mitrou, 1997. Sur les sources en Grèce, cf. L. Kallivretakis, 1995.
3Sur l’histoire du Pirée, on peut se reporter aux ouvrages suivants : N. Kalamitsis, 1960 ; V. Tsokopoulos, 1984 ; G. Bafounis, 1985 ; P. Evangelos, 1997 ; M. Kotea, 2000 ; G. Giannitsiotis, 2001.
4On connaît à l’heure actuelle au moins deux dimotologia antérieurs à 1912 : à Syros et à Nauplie. Cf. C. Loukos & P. Polemi, 1987, pp. 28-29 et 104-107 et T. Sklavenitis, 1985, pp. 46-47 .
5Cf. pour la Belgique, E. Van de Walle & O. Blanc, 1975 et pour Milan, O. Faron, 1997.
6Mansolas, A., 1876, pp. 4-5.
7Décret du 27-12-1833 (8-01-1834)/Journal Officiel 3/10-01-1834. En Grèce, les lois et les décrets sont publiés dans le Journal Officiel alors que les circulaires du ministère de l’Intérieur le sont dans des brochures spéciales. La première date correspond au calendrier julien et la seconde au calendrier grégorien. La Grèce n’a adopté ce dernier calendrier qu’en 1923.
8Le classement concerne l’inscription d’enfants trouvés et le rétablissement le cas où le dèmote demande à être inscrit dans un dème autre que celui où il est né.
9Cf. P. Argyropoulos, 1843, Tome 1, pp. 164-165 et A. Roussopoulos, 1855.
10Cf. Démosthène, Contre Euboulidès, Livre iv, édité par L. Gernet, 1960.
11Sur ce point, cf. P. Brulé, 1995, pp. 34-35 et, en particulier, B. Haussoulier, 1884 ; D. Whitehead, 1986.
12Le texte de la Constitution d’Athènes d’Aristote a, en effet, été publié pour la première fois par Blass en 1880 et identifié par Bergk en 1881 puis par F. Kenyon, le 30-01-1891. Cf. M. & B. Haussoulier, 1930.
13Sur ce point, Skiadas, E., 1993, pp. 3-4 ; Gerakas, K., 1947, p. 4 ; Tsapogas, M., 1992.
14Rondonneau, L., 1826, p. 236.
15Sur ces définitions, on peut consulter G. Babiniotis, 1998.
16La nationalité grecque est régie par la loi du 23-02-1835/Journal officiel 7/7-03-1835 sur le code civil, loi qui a été modifiée par le nouveau code civil grec du 29-10-1856/Journal officiel 75/15-11-1856. La loi sur la nationalité grecque est gouvernée par certains principes. C’est le droit du sang qui commande l’obtention de la nationalité. Cette dernière est transmise par les parents. Dans certains cas, il est prévu que la nationalité soit régie par le droit du sol. Ainsi la loi grecque permet à un individu né sur le territoire grec d’acquérir la nationalité grecque s’il n’a pas une autre nationalité. Enfin, il existe le principe que tous les membres d’une même famille doivent avoir la nationalité grecque.
17Sur la citoyenneté et la nationalité en Grèce on peut se reporter à A. Rontiri, 1888 ; A. Grammaticaki-Alexiou, 1996. On peut tirer également profit de la lecture de l’ouvrage de Th. Dilighiannis & G. Zinopoulos, 1860-1876.
18En 1830, la Grèce devient indépendante. Il faut trouver un roi pour le nouveau royaume. Les grandes puissances (l’Angleterre, la France et la Russie), imposent un prince de la dynastie de Bavière qui devient roi en 1833 sous le nom d’Othon Ier. Mineur pendant les premières années de son règne, Othon est entouré par un Conseil de régence exclusivement composé de Bavarois. Les plus hauts postes de la nouvelle administration grecque sont occupés par des Bavarois. Othon règne jusqu’en 1862 puis est remplacé, après une période de troubles politiques, par un nouveau roi, Georges Ier (1863-1913), issu de la dynastie régnante du Danemark.
19Sur les autochtones et les hétérotochtones, on peut se reporter à I. Dimakis, 1991.
20Sur l’histoire constitutionnelle de la Grèce, on peut consulter avec profit l’étude de A. Svolos, 1972 et celle de N. Alivizatos, 1981. Sur le droit de vote et l’histoire du suffrage universel, on peut se reporter à G. Sotirelis, 1991.
21Sur la construction de l’État-nation en Grèce, on dispose de plusieurs ouvrages : Giannaras, Ch., 1978 ; Tsaousis, D., 1983 ; Lekas, P., 1992 ; Skopetea, E., 1992 ; Veïkos, Th., 1993 ; Veremis, Th., 1999 ; Gardika, K., 1999.
22Les deux premiers dimotologia couvrant la période 1835-1869 sont conservés aux Archives historiques du Pirée alors que le fichier et les dimotologia postérieurs à 1869 le sont aux Archives générales du dème.
23C’est le cas de l’étude tout à fait remarquable de R. Kaftantzoglou, 1997. L’auteur utilise les dimotologia de Syrrako, une communauté villageoise d’Épire des années 1898, 1905 et 1929 et en tire des conclusions sur la structure des ménages comme s’il s’agissait de simples recensements de la population (pp. 69-70). C’est le cas également dans I. Toundassakis, 1995. Une autre étude se sert du dimotologion. Il s’agit de l’ouvrage de E. Bournova, 1995 qui reprend en partie sa thèse (Bournova, E., 1986). L’un des dimotologia utilisé a été rédigé en 1935. Dans ce cas, le dimotologion peut être utilisé comme un recensement de la population dans la mesure où nous avons une photographie de la population du village en 1935.
24Sur l’approche longitudinale en démographie, on peut se reporter à l’article suivant : Wunsch, G., 2001.
25En ce qui concerne la méthodologie, il est tout à fait possible d’adapter celle de l’analyse démographique des biographies mise au point par D. Courgeau et E. Lelièvre (Courgeau, D. & Lelièvre, E., 1989 ; Lelièvre, E., 1996 ; Lelièvre, E. & Bringé, A., 1998 ; Courgeau, D., 1999 ; Courgeau, D. & Lelièvre, E., 2001.
26Cette enquête sur les mobilités est l’objet d’une thèse de doctorat en cours, S. Marre, Les enfants du Pirée. Mobilités urbaines, trajectoires individuelles et identité nationale dans la Grèce du xixe siècle. Elle s’appuie sur le dimotologion, l’état civil, les recensements de la population et les listes électorales.
27On peut avoir des exemples sur l’étude des mobilités et sur la méthodologie qui peut être mise en œuvre : Thernstrom, S., 1973 ; Pinol, J.-L., 1991 ; Hahn, F.-J. & Pinol, J.-L., 1995 ; Lorenceau, R., 2001.
28Courgeau, D., 2001, p. 480.
29Sur l’histoire de la famille et de la parenté en Grèce moderne, on peut consulter les études suivantes : Vernier, B., 1977, 1987, 1991, 1999 ; Kaftanzoglou, R., 1988, 1995 ; Karpoutzi, E., 1993, 1995, 1996, 1997 ; Toundassakis, I., 1995 ; Vellioti-Georgopoulos, M., 1996 ; Katsiardi-Hering, O., 1997.
30On peut ainsi savoir de quel dème sont originaires les individus nouvellement inscrits dans le dimotologion et le nouveau dème où ils s’inscrivent s’ils sont radiés de celui du Pirée.
31Sur la construction de l’État-nation en Grèce, cf. Kitromilides, P., 1990, 1994 ; Mavroidis, C., 1997.
32Gellner, E., 1989 ; Hobsbawn, E., 1992 ; Anderson, B., 1996.
33Par exemple, le dimotologion de l’île de Syros, dans les Cyclades, ne présente pas du tout le même visage : seuls les individus de sexe masculin sont enregistrés. Les registres sont imprimés et non pas manuscrits comme c’est le cas au Pirée. Le plus ancien a été imprimé en 1852. Les registres antérieurs ont tous disparu. De plus, il n’existe pas de fichier, cf. C. Loukos & P. Polemi, 1987, pp. 28-29 et 104-107. Il existe également un dimotologion à Nauplie (Sklavenitis, T., 1985, pp. 46-47). À Athènes, il ne reste plus que la couverture de deux registres du dimotologion. Syros, Nauplie et le Pirée ne sont, sans doute pas, des cas isolés et il doit exister des dimotologia ailleurs en Grèce. Quel aspect présentent-ils ?
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les colonnes du dimotologion d’après la circulaire de 1851
Légende Source : Circulaire 39 du 27-04-1851 (ministère de l’Intérieur).
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 2. Les colonnes du dimotologion d’après la circulaire de 1866
Légende Source : Circulaire 158 du 30-04-1866 (ministère de l’Intérieur)
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 3. Les colonnes du premier dimotologion du Pirée (1835-1863). Registre de l’enregistrement des dèmotes du Pirée
Légende Source : Dimotologion 1 du dème du Pirée (1835-1863). Archives historiques du Pirée.
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 4. Les colonnes du deuxième dimotologion du Pirée (1863-1869). Dème du Pirée
Légende Source : Dimotologion 2 du dème du Pirée (1863-1869). Archives historiques du Pirée.
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 5. Les dimotologia postérieurs à 1869. Dimotologion du Pirée
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 6. Les lacunes du dimotologion
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 7. Population de fait et population de droit du Pirée (1836-1853)
Légende Source : Recensements de la population et dimotologia du Pirée.
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Marre, « Le dimotologion : une source originale en Grèce », Histoire & mesure [En ligne], XIX - 1/2 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 24 avril 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/814

Haut de page

Auteur

Sébastien Marre

Centre aquitain d’histoire moderne et contemporaine, Université Michel de Montaigne–Bordeaux iii, Domaine universitaire, 33600 Pessac.
sebastienbx@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page