Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie, Paris, La Découverte, 2009, 318 p.

Martine Mespoulet
p. 215-218

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Emmanuel Didier étudie la manière dont la conception des enquêtes par sondage et les manières de construire les échantillons ont évolué aux États-Unis de la fin du xixe siècle à la fin des années 1930. La période couverte n’est pas anodine. Elle correspond, dans les enquêtes statistiques, au passage de l’observation exhaustive des populations et des territoires, au moyen de recensements, à l’adoption des enquêtes sur échantillon. Elle a été jalonnée d’expérimentations relatives à la manière de réaliser des enquêtes partielles. Dans le même temps, l’outillage théorique s’est transformé avec l’introduction des probabilités dans la théorie statistique. Les premiers raisonnements des statisticiens de la fin du xixe siècle sur la manière d’observer et de compter les parties d’un tout ont laissé la place petit à petit à des questionnements qui ont conduit, à travers débats et controverses, à adopter une théorie des échantillons intégrant l’aléatoire.

2Dans les statistiques agricoles aux États-Unis, ce fut chose faite à la fin des années 1930. C’est cette histoire que nous relate Emmanuel Didier. L’étude de ce passage à l’aléatoire dans les enquêtes statistiques agricoles lui permet de bien mettre en lumière la manière dont a évolué la prise en compte du lien avec le territoire dans ce passage du local et du particulier à la généralisation et à de nouvelles méthodes pour compter le tout. Outre cela, il expose, de manière fort claire, comment chaque étape de cette évolution a constitué un mode de réponse nouveau aux questions posées par la mise en place de mesures et, plus largement, de politiques d’intervention publique, en particulier pendant le New Deal.

3En suivant pas à pas, très concrètement, la manière dont les statisticiens ont inventé ou ré-inventé une méthode de construction des échantillons d’enquête, l’auteur restitue l’ensemble des questionnements, des raisonnements et des inventions techniques et procédurales qui ont marqué l’histoire, aux États-Unis, du passage des enquêtes effectuées sur une partie d’un tout dans l’agriculture, fin xixe siècle, à l’adoption en 1939 de l’échantillon aléatoire. Il montre en particulier comment la Grande Dépression qui a frappé ce pays pendant les années 1930 a imposé au gouvernement la nécessité d’inventer de nouveaux outils d’observation statistique de la situation économique et sociale pour pouvoir élaborer des mesures de lutte contre les effets de la crise. L’évolution des techniques des enquêtes par sondage est étudiée en articulation avec les transformations des formes d’intervention publique. L’ouvrage se décompose en trois grandes parties qui correspondent à trois moments de cette histoire.

4La première partie présente le succès et les vicissitudes d’une méthode proche des sondages, celle du recours à des correspondants dans l’agriculture pour transmettre les informations sur les productions des fermiers à la Division statistique du ministère de l’Agriculture. La totalisation de celles-ci conduisait ensuite les statisticiens à estimer les volumes de la production agricole nationale. Le premier chapitre de cette partie guide le lecteur pas à pas en décrivant concrètement, avec beaucoup de précision, chaque étape du travail de construction de ces données chiffrées, de la collecte des informations par les correspondants jusqu’à la mise en forme finale des données dans les rapports du ministère, jusqu’à la constitution du chiffre final qui, écrit Emmanuel Didier, représentait l’ « Amérique comme un tout ». Ces belles pages d’anthropologie des sciences et des techniques font entrer le lecteur au cœur de la fabrique des chiffres en reconstituant très finement la chaîne statistique qui allait de l’agriculteur correspondant à la Division statistique du ministère de l’Agriculture qui agrégeait et traitait ces données.

5Si ces chiffres étaient utiles pour l’État, ils avaient pour but aussi de fournir des informations aux fermiers sur l’état global de l’agriculture afin de lutter contre les « informations fallacieuses » que les spéculateurs pouvaient publier pour fausser le marché. Bâti à partir des informations fournies par les fermiers aux correspondants pour les armer contre les effets dévastateurs de la spéculation, cet usage des chiffres agricoles par le ministère de l’Agriculture explique le rôle joué par les correspondants dans leur construction. Pour déjouer la spéculation, la collecte des informations sur la production agricole devait être effectuée par une personne de confiance, ce que représentait le correspondant aux yeux des statisticiens de la Division. Le mode de désignation de ce dernier évolua pour répondre à cette préoccupation. Dans un premier temps, il fut désigné parmi les élus locaux par les membres du congrès, ce qui suggère l’idée que « le bon représentant en statistique était un bon représentant au sens politique ». Ensuite, le groupe des correspondants fut élargi à des fermiers volontaires, censés représenter leurs semblables. Emmanuel Didier souligne, à ce sujet, que l’idée de représentativité statistique fut liée dans un premier temps à la représentativité politique.

6Le lien entre représentativité statistique, représentativité politique et démocratie aux États-Unis constitue un fil conducteur central de l’argumentation développée par l’auteur dans l’ensemble de l’ouvrage, en particulier dans la troisième et dernière partie sur « l’expression de l’Amérique aléatoire, du côté urbain ». La confiance dans les données, qualité essentielle pour estimer la possibilité de généraliser les résultats obtenus sur un échantillon, était au cœur des questions posées par la collecte des informations sur une partie du tout. Le correspondant fut la réponse apportée jusqu’à la fin des années 1920 pour assurer celle-ci. Au cours de cette décennie, la question de la confiance demeura au cœur des débats et controverses suscités par la méthode de l’échantillon aléatoire par comparaison avec celle du choix judicieux. La résolution de l’Institut international de statistique de 1925 validant l’usage au choix des deux méthodes contribua à alimenter ces débats aux États-Unis, comme dans les pays européens.

7La crise de 1929 ébranla le système de production de données statistiques tout autant que l’économie et la société. Pour Emmanuel Didier, le New Deal « fournit un terrain particulièrement clair pour étudier comment la politique et la statistique réarticulaient leurs liens lors d’une crise politique ». La difficulté à disposer rapidement d’informations précises pour élaborer les mesures d’ajustement dans la production agricole sonna le glas de la méthode des correspondants, il fallut trouver une autre façon de faire. La relation de confiance établie entre l’administration et les correspondants vola en éclats. Se situant délibérément dans l’approche proposée par Alain Desrosières visant à articuler l’histoire des instruments et des modes de description statistique à celle des formes d’intervention publique et des manières de raisonner, l’auteur dresse le constat suivant : « l’ancienne Amérique, caractéristique du laisser faire, composée de la population des correspondants, d’une méthode statistique et d’un certain type d’action publique, s’est délitée ». La voie était définitivement ouverte pour l’adoption de la méthode des sondages aléatoires dans l’observation de la production agricole, ce qui fait l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage.

8Dans celle-ci, l’auteur expose de manière fort démonstrative comment l’adoption du sondage aléatoire aux États-Unis pendant les années 1930 fut facilitée par le recours à la technique de la stratification. En raison de l’image de précision qui lui était attachée, l’échantillon aléatoire stratifié a contribué à faire céder les résistances des statisticiens du ministère de l’Agriculture par rapport à l’abandon de la méthode du choix judicieux et à leur faire accepter la théorie des sondages. Trois personnages jouèrent un rôle clé dans les différentes étapes de cette révolution cognitive entre 1935 et 1939 : Charles Sarle, statisticien de la Division du ministère de l’Agriculture qui avait démarré sa carrière dans l’État de l’Iowa, Henri Wallace, ministre de l’Agriculture qui venait de l’Iowa, et George Snedecor, alors directeur du Laboratoire de statistiques de l’université d’État de l’Iowa. La rencontre entre statisticiens du ministère de l’agriculture et statisticiens universitaires de l’Iowa fut décisive, un accord de coopération et de financement fut signé en 1935 entre le laboratoire et la Division du ministère. Le rôle joué par cette rencontre entre statisticiens praticiens et statisticiens académiques dans l’adoption du sondage aléatoire par la statistique administrative a été noté aussi pour d’autres pays, la Russie par exemple. Dans les pages consacrées à la diffusion de l’échantillon aléatoire stratifié au sein de la Division statistique du ministère de l’Agriculture, Emmanuel Didier souligne à juste titre que, si les statisticiens de cette Division connaissaient les travaux de Neyman et les ont cités, cela ne signifie pas pour autant que l’origine de leur démarche puisse lui être attribuée. Au contraire, écrit-il, « la question de l’aléatoire a été posée par eux de façon indépendante et différente de Neyman ». En cela il rejoint un constat similaire qui a pu être fait au sujet de l’adoption de l’échantillon aléatoire stratifié en URSS après sa formulation mathématique par Kovalevski en 1924. Le passage au sondage aléatoire dans l’entre-deux-guerres ne peut pas être étudié comme une simple évolution des techniques d’échantillonnage, de manière internaliste, mais au contraire, dans chaque pays, en articulation avec les transformations des modes d’intervention publique et des représentations cognitives, sociales et politiques à cette époque.

9Le chapitre 6 de cette deuxième partie, qui est consacré à l’Échantillon Maître (Master Sample), nouvelle représentation statistique consolidée et stabilisée de l’Amérique tout entière à la fin des années 1930, est aussi passionnant que celui de la première partie sur l’Amérique des correspondants. Le caractère très pédagogique des pages de cette deuxième partie est remarquable également. Celles-ci offrent au lecteur une leçon facile d’accès sur l’évolution des méthodes de construction des différents types d’échantillons aléatoires.

10La troisième partie de l’ouvrage, tout aussi riche que les deux autres, expose une autre forme d’enquête, celle qui fut initiée par la CWA, Civil Works Administration, administration des travaux civils créée par Roosevelt début novembre 1933 pour donner temporairement et en urgence du travail rémunéré aux plus nécessiteux. Des cols blancs bénéficiaires de cette aide se virent confier le soin d’effectuer des enquêtes statistiques sur les chômeurs. Le chapitre consacré à cette expérience d’enquête qui dura jusqu’en 1936 et à cette nouvelle figure d’enquêteur soulève avec pertinence la question de la confiance dans l’enquêteur, toujours centrale dans une enquête, puisque la précision des données chiffrées produites dépend dans un premier temps de la qualité de la collecte des informations. Emmanuel Didier note judicieusement que le renforcement de « l’aspect délocalisé des outils » fut une réponse aux doutes émis à cet égard par les statisticiens. Selon lui, le développement des sondages aléatoires après 1935 aux États-Unis devint une garantie de ce qui était désigné comme scientificité et objectivité en statistique.

11Replaçant de manière forte l’histoire des outils statistiques dans une sociologie politique de l’État, le dernier chapitre de l’ouvrage s’efforce de montrer comment l’évolution des enquêtes par sondage aux États-Unis a partie liée avec la construction de la démocratie dans ce pays. Ce faisant, il clôt une démonstration très riche et passionnante de sociologie de la quantification sur un cas précis, l’histoire de l’adoption des enquêtes par sondage aléatoire aux États-Unis, tout en ouvrant un chantier sur la place des instruments de quantification dans la construction de la démocratie qui mériterait d’être mené sur plusieurs pays, de manière comparative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Mespoulet, « Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie, Paris, La Découverte, 2009, 318 p. », Histoire & mesure [En ligne], XXVII-1 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/4395

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page