Navigation – Plan du site
Les familles et la mort, entre salut et distinction sociale

Le dernier hommage. La comptabilité des frais funéraires et du deuil dans la société parisienne aux xviie et xviiie siècles

The Final Tribute: Accounting for Funeral and Mourning Expenses in Seventeenth and Eighteenth Century Parisian Society
Laurence Croq
p. 161-214

Résumés

En mobilisant des sources traditionnelles (testaments) et nouvelles (dépenses d’obsèques, frais et indemnités de deuil, etc.), cet article présente une étude des consommations funéraires des Parisiens des années 1680 à la Révolution. La hiérarchie des prix, d’une dizaine à quelques milliers de livres, suit grossièrement celle des rangs. Cette échelle est cependant troublée dans les années 1770 par une envolée des dépenses d’obsèques des petite et moyenne bourgeoisie enrichies, tandis que celles des notables (bourgeoisie politique) et des nobles restent stables. On observe par ailleurs une démocratisation de certaines consommations funéraires : au XVIIIe siècle, le maintien par les fabriques des tarifs planchers permet aux gens du peuple d’inhumer les leurs dans des cimetières paroissiaux sans avoir recours à la charité. Les dépenses de deuil, quant à elles, se diffusent dans l’ensemble de la société jusqu’au milieu du XVIIIe siècle quand la volonté des acteurs sociaux et judiciaires de borner les droits des femmes amène la codification de l’indemnité de deuil à une année du revenu du douaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Une pluralité de services funéraires
L’offre funéraire
Les demandes des défunts
Les choix des familles
2. Les pompes funèbres
Normes du « conformisme mortuaire » (Jean Nicolas)
Choix familiaux, choix personnels : la bourgeoisie et la famille, la noblesse et l’individu
Modalités du paiement des frais d’obsèques : mort à crédit
Une consommation peu coûteuse, mais symbolique, les billets d’enterrement
Sous-consommer, surconsommer
3. Le deuil de la famille
Deuil des parents et des domestiques
Le deuil de la veuve : des frais à l’indemnité
La gradation des indemnités suit grossièrement la hiérarchie sociale.

Aperçu du début du texte

En 1769, le curé de la paroisse Saint-Jean en Grève est mécontent.

« Le nombre […] des convois est diminué considérablement, […] et tout fastueux qu’on est, on ne rougit plus de faire à ses parents les plus proches des convois ou modiques ou même de charité auxquels on en est quitte pour ne pas paraître. Depuis le mois de janvier de cette année, il ne s’est peut-être fait douze convois au-dessus du chœur de la paroisse… ».

Cette plainte est relayée par les pratiques du clergé parisien : celui-ci incite les familles à renoncer aux convois de charité en mentionnant cette information sur les extraits mortuaires dont elles ont besoin pour le règlement des successions. Le laconisme des testaments, qui deviennent des textes profanes et juridiques, conforte cette impression d’une préférence des Parisiens catholiques pour des obsèques modestes et discrètes : le plus souvent, les testateurs s’en rapportent à leur exécuteur testamentaire ou bien ils désirent être inhumés « avec toute la simpli...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Croq, « Le dernier hommage. La comptabilité des frais funéraires et du deuil dans la société parisienne aux xviie et xviiie siècles », Histoire & mesure [En ligne], XXVII-1 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 avril 2014. URL : http://histoiremesure.revues.org/4391

Haut de page

Auteur

Laurence Croq

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page