Navigation – Plan du site
Les familles et la mort, entre salut et distinction sociale

Les fondations pieuses de la noblesse auvergnate à la Renaissance. Entre exaltation du pouvoir seigneurial et charge financière pour les vivants

The Pious Foundations of the Auvergne Nobility in the Renaissance. Exaltation of Seigniorial Power or Financial Burden?
Anne-Valérie Solignat
p. 133-160

Résumés

Loin de marquer une rupture, la mort contribuait à rapprocher les vivants et les morts comme le montrent les fondations pieuses. Quelques exemples au sein de la noblesse auvergnate permettent d’approcher la question des consommations funéraires et de leur transcription en termes de gains pour les parents vivants. Nécessaire à l’affirmation d’une identité nobiliaire forgée autour de la légitimation de la seigneurie, le coût des fondations pieuses affectait les revenus de ceux qui étaient tenus de les honorer. Peut-on alors parler d’un paradoxe des fondations pieuses ? Si elles jouaient à plein dans la constitution d’un héritage immatériel, en orchestrant une partie des manifestations cérémonielles du pouvoir seigneurial, elles pouvaient aussi être perçues comme l’une des causes de l’incapacité de certaines familles à maintenir matériellement leur rang.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Le coût des fondations, un endettement réel ou supposé ?
Servir le roi ou payer les fondations pieuses
Entre respect des ancêtres et fidélité royale
2. La Renaissance, siècle d’or des fondations pieuses ?
Nature des fondations
Financer les fondations pieuses
Parents desservants et réinvestissement du financement des fondations
3. Coût des fondations et préservation de la maison
La mémoire aristocratique n’a pas de prix
Fidéicommis et fondations pieuses
Géographie des fondations pieuses et bénéfice symbolique

Aperçu du début du texte

L’angoisse ultime de la noblesse était de disparaître. La mort de la parenté aristocratique pouvait être multiforme. À l’extinction biologique des différentes lignées pouvaient se substituer des morts plus déshonorantes car elles attentaient à la renommée même du lignage : une mort patrimoniale qui, en morcelant durablement les biens lignagers, sapait les fondements de sa puissance économique ; une mort politique, mettant fin au pouvoir local de la maison jusqu’alors fondé sur la capacité de ses membres à maîtriser l’espace, et enfin, somme des précédentes, une mort sociale, se soldant par un retour sûrement honteux à la roture et par la disparition du souvenir de l’appartenance au second ordre. L’ensemble des mécanismes sociaux d’autorégulation du groupe nobiliaire et des politiques construites par la parenté visait à sa survie, même fictive, à tel point que la raison d’être de la maison noble reposait sur sa propre aptitude à mettre en place des stratégies de survie polymorphes, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Valérie Solignat, « Les fondations pieuses de la noblesse auvergnate à la Renaissance. Entre exaltation du pouvoir seigneurial et charge financière pour les vivants », Histoire & mesure [En ligne], XXVII-1 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://histoiremesure.revues.org/4389

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page