Navigation – Plan du site
Valeurs coutumières et politiques de la mort

La tarification de l’homicide en Gascogne à la fin du Moyen Âge

Setting a Price for Homicide in Gascony in the Late Middle Ages
Pierre Prétou
p. 7-28

Résumés

À la fin du Moyen Âge, les coutumes pénales gasconnes maintiennent un mode de résolution de l’homicide fondé sur la composition pécuniaire. Une mesure quantitative, articulée autour d’un paiement de trois cents sous, y signale une recherche de la paix publique qui n’est pas sans rappeler les systèmes vindicatoires – par exemple le fameux wergeld – disposés par le droit barbare post-romain. La persévérance régionale d’une telle tarification pénale interroge. Si une filiation avec la loi des Wisigoths ne peut être totalement démontrée, son inspiration est incontestable. Liée initialement à un univers politique et social privilégiant la fidélité, ce système tend à disparaître au xve siècle, sous l’effet d’un transfert de la vengeance vers la puissance publique, d’une modification des identités personnelles, de la mise en sujétion souveraine et, in fine, de la transformation des hommes libres en justiciables.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Le prix coutumier de l’homme tué
2. Le tarif, outil de paix publique
3. La fidélité comme prix de l’homme

Aperçu du début du texte

 « Il est d’usage et de coutume que si un voisin de la ville tue un autre voisin, il paiera 360 sous ». Cette formule, issue de la coutume de Saint-Sever, rédigée en 1380, puis réitérée en 1480, heurte notre compréhension moderne de la justice de l’homicide à la fin du Moyen Âge. La mention serait folklorique, ou analysée comme telle, si elle ne se rencontrait pas également dans d’autres coutumiers gascons. Déclinée en deux montants bien différenciés et systématiquement évoqués par les textes statutaires – trois cents sous et soixante sous parfois confondus en une seule somme – cette évaluation du prix de la mort par homicide s’observe dans l’ensemble des pays coutumiers de la Gascogne et, ce, malgré le cloisonnement politique d’un espace régional fragmenté par la pulvérisation des autonomies municipales ou vicinales. Du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, les coutumiers gascons signalent donc la prégnance d’un système communautaire de tarification pénale associé à la résolution p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prétou, « La tarification de l’homicide en Gascogne à la fin du Moyen Âge », Histoire & mesure [En ligne], XXVII-1 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 avril 2014. URL : http://histoiremesure.revues.org/4368

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page