Navigation – Plan du site
Formes et usages anciens du crédit public

Les bénéfices terrestres de la charité

Les rentes viagères des Hôpitaux parisiens, 1660-1690
The Earthly Profits of Charity: Life Annuities Issued By Parisian Hospitals, 1660-1690
Pierre-Charles Pradier
p. 31-76

Résumés

On considère généralement qu’il n’existe pas d’évaluation correcte des rentes viagères au dix-septième siècle. Les institutions qui ont vendu de tels actifs financiers l’auraient donc fait déraisonnablement. On attribue communément à ces désordres la faillite des institutions de charité parisiennes en 1689. En recoupant les sources, on montre que les prix des rentes sont compatibles avec la table de mortalité de Deparcieux actualisée au denier légal. Cela conduit à penser que les rentes sont correctement évaluées. En revanche, la gestion des réserves paraît problématique, même si l’absence d’actifs patrimoniaux fiables et les contraintes conjoncturelles ont facilité la sous-capitalisation des rentes et ont entraîné les hôpitaux parisiens vers des difficultés. Loin d’exercer une tutelle détachée, la monarchie a certainement contribué à l’illiquidité de l’Hôtel-Dieu en manipulant les rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris. Le plus étonnant est de voir l’État émettre immédiatement des emprunts à des conditions plus défavorables encore que celles qu’il a interdites, sans s’accorder ensuite les moyens de rembourser les moyens qu’il a consentis à l’Hôtel-Dieu (c’est-à-dire une augmentation des impôts).

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Katia Béguin, Pierre Hébrard et les rapporteurs pour leur lecture attentive des versions préliminaires de ce texte ; ils ont contribué par leurs remarques à l’améliorer grandement. Toutes les erreurs subsistantes sont évidemment de ma seule responsabilité.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Situation du problème
Les rentes viagères
La charité à Paris
Pourquoi les rentes viagères ?
2. Les données
Des sources résiduelles
Une première lecture : des rentes transactionnelles ?
Les saisons de la finance
3. Une table de prix empirique et fiable
Affirmation progressive de la table du Mss Fr. 34302
Comparaison avec les tables contemporaines
4. La gestion de l’Hôtel-Dieu
Soutenabilité des rentes
Scénarios de faillite
Des mauvaises passes
Les comptes fantastiques de l’Hôtel-Dieu
5. Une banqueroute exemplaire ?
La conjoncture financière
Une banqueroute annoncée
Abréviations
Sources

Aperçu du début du texte

En janvier 1690, un édit royal « portant défenses à l’Hôpital général & autres, de prendre des rentes » stigmatise la pratique « de prendre de l’argent à fonds perdu, pour constituer des rentes [viagères] à un denier plus fort qu’à l’ordinaire » puisqu’elle était à ces hôpitaux « de jour en jour tellement préjudiciable, que si elle leur étoit plus long-tems continuée, elle pourroit les mettre entièrement hors d’état… ». En résumé, l’émission de rentes viagères à des prix déraisonnables aurait conduit l’Hôtel-Dieu et l’hôpital des Incurables à la faillite. Rien d’étonnant à cette déconfiture : ne sait-on pas qu’en l’absence de connaissances actuarielles et de données statistiques relatives à la mortalité, il n’est pas possible d’évaluer correctement les rentes viagères ? Or « l’évaluation en fonction de l’âge commence à Amsterdam en 1672 » écrit Rothschild, qui pense à Johan de Witt et à Jan Hudde, et dit sans barguigner l’opinion commune. Clark se montre plus percutant encore lorsqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Charles Pradier, « Les bénéfices terrestres de la charité », Histoire & mesure [En ligne], XXVI-2 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://histoiremesure.revues.org/4224

Haut de page

Auteur

Pierre-Charles Pradier

Statistique, Analyse, Modélisation Multidisciplinaire (samm), Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 90, rue de Tolbiac, 75 634 — Paris cedex 13. E-Mail : Pierre-Charles.Pradier@univ-paris.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page