Navigation – Plan du site
Formes et usages anciens du crédit public

Estimer la valeur de marché des rentes d’État sous l’Ancien Régime

Une contribution aux méthodes de l’histoire sociale
Valuing Government Bonds Under the Ancien Régime. A Contribution to Social History Methods
Katia Béguin
p. 3-30

Résumés

Cette étude s’efforce d’expliquer pourquoi il est si difficile de connaître les prix de marché des principaux titres d’emprunt à long terme (rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris) émis par la monarchie française à l’époque moderne. Ces difficultés résultent pour une part de postulats historiographiques, mais aussi de lacunes documentaires. L’hétérogénéité des titres, les variations des taux d’intérêt des émissions constituaient des facteurs d’incertitude et la cause d’un déclin presque continu des prix marchands des rentes. Mais les prix de vente entre particuliers étaient souvent dissimulés dans les actes notariaux, soit parce que l’entreprise d’estimation était réellement complexe, soit pour préserver les apparences de richesse des propriétaires. Cette analyse encore partielle fournit cependant quelques exemples de variations significatives et des fourchettes des prisées au xviie siècle, afin de contribuer à l’estimation des patrimoines familiaux et à la compréhension des pratiques des détenteurs de titres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Un changement de perspective. La rente dans « le monde de l’échange et de l’incertitude »
Un actif patrimonial risqué
Le point aveugle : la circulation marchande des titres
Des marchés pluriels et interdépendants de la revente
2. Des rentes inévaluables ou soustraites aux prisées ?
L’éloquent mutisme des sources
L’immobilisation patrimoniale, antidote contre les pertes ?
3. Quelques repères pour l’estimation des fortunes de parchemin
Du constat de l’hétérogénéité et de la volatilité des prisées…
... à la définition d’une typologie et d’une conjoncture des « rentes d’occasion »

Aperçu du début du texte

L’estimation des titres de dette souveraine de la monarchie française d’Ancien Régime pose de redoutables problèmes aux historiens confrontés aux nombreux actes notariés qui en comportent, qu’il s’agisse de transferts marchands ou successoraux, de donations, de legs, de contrats de mariage, d’inventaires après décès ou de partages. Les inventaires et les partages des biens, devenus les supports classiques de l’évaluation des fortunes particulières en dépit de leur fiabilité toute relative, offrent des bilans patrimoniaux imparfaits qui permettent du moins d’obtenir des ordres de grandeur significatifs de la richesse. Il en va de même des dots, repères usuels de l’histoire sociale. Les rentes « perpétuelles » ou remboursables, toujours plus présentes dans ces actes notariés à mesure qu’elles sont devenues, avec les offices, les piliers des emprunts à long terme de l’État, pouvaient être créées par des émissions volontaires, par des emprunts forcés ou par consolidation de la dette flo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katia Béguin, « Estimer la valeur de marché des rentes d’État sous l’Ancien Régime », Histoire & mesure [En ligne], XXVI-2 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 21 avril 2014. URL : http://histoiremesure.revues.org/4216

Haut de page

Auteur

Katia Béguin

Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, EA 127 « Modernités et Révolutions », 1 rue Victor Cousin, 75 005 – Paris. E-Mail : katia.beguin@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page