Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin xviiie-fin xxe siècle)

Paris, Créaphis, 2005, 750 pages.
Hélène Lemesle
p. 259-261
Référence(s) :

Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin xviiie-fin xxe siècle), Paris, Créaphis, 2005, 750 pages.

Entrées d’index

Géographie :

Europe
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication de communications présentées à un colloque d’histoire urbaine qui s’est tenu à Rouen en 2002. Ses dimensions peuvent faire peur : pas moins de 54 articles, en 750 pages, pour explorer, plus que des « villes en crises », des politiques municipales conduites aux xixe et xxe siècles. Politiques municipales qui vont de l’édification d’écoles à l’attribution de permis de construire, de la gestion des logements insalubres aux aides aux plus pauvres, du sport à la lutte contre la typhoïde. Les bureaux de bienfaisance, hôpitaux, écoles, associations caritatives, boulangeries ou laboratoires municipaux forment donc l’essentiel des institutions évoquées. L’espace français est privilégié, mais de riches études sur des villes italiennes (Turin, Bologne, Catane), espagnole (Cordoue) ou belge (Bruxelles) permettent de se détacher de chronologies ou d’analyses trop strictement nationales.

2Une relecture de l’œuvre de Louis Chevalier constitue le point de départ de cet ouvrage. Mais, plus que les liens entre villes et criminalité, c’est le poids des représentations des acteurs, notamment dans la prise de décision politique, qui est au centre de la grande majorité des communications.

3Ainsi, J. Aubrun évoque l’image changeante de la banlieue sud à la fin du xixe siècle, G. P. Navarte celle de la dignité des femmes sous le franquisme,

4D. Huchtker celle des pauvres dans le Berlin du début du xixe siècle. Ces représentations ne sont jamais isolées de leur contexte de production : les auteurs présentent clairement les différents acteurs impliqués dans la production et la diffusion de telles images (maires, élus locaux, préfets, notables, membres du clergé, propriétaires…). C’est bien dans le courant historiographique qui insiste sur la fonction performative des représentations que se placent la grande majorité des auteurs.

5Leur attention se porte également sur les pratiques de l’administration locale. Les conflits entre administrations sont soulignés, comme les situations de rivalité ou de complémentarité entre initiatives privées de bienfaisance et publiques d’assistance. Sont explorées des luttes de pouvoir entre nouvelles et anciennes élites, comme à Lyon à la fin du xixe siècle, alors que sont construites de nombreuses écoles (textes de B. Angleraud et M. Thivend). L’aide aux plus pauvres apparaît alors pour les notables comme un moyen de se placer, de renforcer leur influence dans la ville. Le rôle primordial des municipalités est abondamment détaillé, et ce particulièrement pour les années 1880-1890, pendant lesquelles Y. Marec, dans sa conclusion générale, voit, au-delà des seules mises en œuvre du socialisme municipal, « s’affirmer une municipalisation de l’action sociale ». Pour souligner le rôle des acteurs locaux, certains auteurs comparent les politiques d’assistance de plusieurs villes. C’est le cas de M.-C. Albert, pour les villes de la région de Poitiers pendant la Deuxième Guerre mondiale.

6Cette attention aux pratiques permet d’aller au-delà des évidences : on trouve ainsi des communistes qui refusent la destruction de logements insalubres (article de J.-M. Cipolat-Gotet sur Rouen dans les années 1950, p. 188), des distributions d’infusions à l’eucalyptus pour détourner les pêcheurs du cabaret (article de P. Toucas sur La Rochelle autour de 1900, p. 425), des caïds qui font le ménage eux-mêmes dans leur quartier pour éviter les descentes de police (article de L. Montel sur Marseille dans le premier xxe siècle, p. 70), des projets de création de barrages pour lutter tant contre la typhoïde ou le chômage que contre le pouvoir des grandes entreprises (article de J.  Lorcin sur Saint-Étienne autour de 1900, p. 452), ou encore des policiers qui se promènent de nuit par groupes de cinq en file indienne pour traquer les crimi­nels (article de A. Nugues-Bourchat sur Lyon au début du xixe siècle).

7On apprend également, grâce à A.-M. Chatelet et J.-N. Luc, qu’à Vincennes en 1923, des enfants « débiles et lymphatiques […] se rendent dans la salle des ultraviolets, où nus et protégés par des lunettes d’automobiliste, on joue au conducteur, on fait des pâtés de sable tout en recevant la caresse des bienfaisants rayons » (p. 306). L’étrangeté de certaines politiques permet ainsi de souligner le caractère historique et situé de l’objet étudié — et l’inefficacité d’une utilisation sans réflexion des méthodes anciennes dans la gestion des troubles urbains actuels.

8Au delà des dix-neuviémistes et vingtiémistes qui feront leur miel de ces travaux de première main d’histoire sociale, politique ou de l’État, ce livre est donc à conseiller à toute personne qui souhaite savoir ce qui se fait actuellement en histoire urbaine. Certains seront peut-être gênés par la succession de monographies, mais ils reconnaîtront avec plaisir que la grande majorité des communications est fondée sur un travail approfondi sur archives et que l’attention portée au local n’y empêche pas une réelle problématisation.

9On pourrait, en revanche, regretter le manque d’accord — ou de débat — sur ce qu’est précisément une « pathologie urbaine » ou une « crise urbaine » : si le crime est, certes, présent dans une ou deux communications, ce sont surtout les pauvres et les malades qui sont les cibles des politiques municipales étudiées. Le lecteur se demande parfois en quoi ces « maladies » sont spécifiquement urbaines, et si l’existence de politiques visant à les soigner ou les atténuer ne serait pas plutôt liée à la possibilité de disposer d’un budget suffisant pour cela. On aurait alors un effet de seuil qui distinguerait les villages des villes, les secondes seules ayant les moyens d’agir.

10De même, à propos de la mesure de ces différentes pathologies, le lecteur reste parfois sur sa faim. Comment les travaux de statistiques sociales s’intègrent-ils dans les prises de décision ? Quelles sont les pathologies — autres que le crime, que J.-C. Farcy évoque — qui sont réellement mesurées ? Comment les luttes des acteurs pour l’adoption de telle ou telle catégorisation sont-elles prises en compte ? Autant de questions pour souligner combien cet ouvrage invite à la réflexion plus qu’il ne clôt un champ de recherche extrêmement fertile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Lemesle, « Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin xviiie-fin xxe siècle) », Histoire & mesure [En ligne], XXI - 1 | 2006, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/3472

Haut de page

Auteur

Hélène Lemesle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page