Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gérard Minaud, La comptabilité à Rome. Essai d’histoire économique sur la pensée comptable commerciale et privée dans le monde antique

Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2005, 384 p.
Georges Depeyrot
p. 255-256
Référence(s) :

Gérard Minaud, La comptabilité à Rome. Essai d’histoire économique sur la pensée comptable commerciale et privée dans le monde antique, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2005, 384 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

comptabilité

Géographie :

Europe

Chronologie :

Antiquité
Haut de page

Texte intégral

1L’horizon économique de la cité grecque se limitait au territoire de la ville, souvent augmenté des lointaines colonies, soumises à la mère patrie. Ainsi commença l’histoire de Rome : partant du Latium, la Ville soumit l’Italie, puis les régions de la Méditerranée occidentale, enfin l’ensemble du monde antique. Rome, maîtresse de l’Empire, devenait le gestionnaire du monde. Les provinces envoyaient les impôts à Rome, mais recevaient des subventions, supportaient les frais des légions, etc. Les propriétaires additionnaient les domaines dans les diverses régions et en retiraient de substantiels profits. Nul n’ignore l’importance de cette vie économique et financière, qui malheureusement reste le plus souvent insaisissable. Les remises d’impôts, les rémissions des dettes privées, la dette d’État, la destruction des livres consignant les sommes dues au fisc : ces faits que mentionnent les historiens antiques, tout comme la fameuse remise des arriérés d’impôts sous Hadrien (800 millions de sesterces, soit peut-être 60 tonnes d’or) sont des événements qui n’ont pu exister que si l’Empire, comme les particuliers, disposait de moyens comptables.

2Le grand intérêt du travail de G. Minaud est de se poser la question essentielle de la comptabilité commerciale et privée à Rome. Que peut-on savoir des modes de calcul et d’enregistrement des sommes et des biens ? C’est là la question primordiale.

3L’auteur envisage la période allant de 212 avant J.-C. à 550. Il divise son livre en deux parties s’attachant l’une aux « faits et gestes comptables », l’autre à « l’analyse qualitative et quantitative ».

4Dans la première partie, il présente et analyse l’ensemble des traces textuelles (entre autres) de cette comptabilité. Un corpus des allusions et des descriptions, un inventaire des représentations sculptées permettent de dresser l’état des lieux. Ces mentions sont rares et souvent difficiles à comprendre et à traduire. Grâce à sa connaissance de la comptabilité et des textes médiévaux auxquels il fait souvent allusion, l’auteur arrive à interpréter ces rares mentions, qui prennent alors tout leur sens.

5Dans la seconde partie, il s’attache à analyser les méthodes de calcul et d’enregistrement des faits et des flux financiers. Il passe à l’analyse des divers concepts comptables, puis il se penche sur les présentations globales des comptes d’une exploitation. Les témoignages de Cicéron, Caton, Columelle, Grégoire le Grand, Appien sont étudiés et commentés. Enfin, l’auteur se pose la question de la finalité de cette comptabilité, de la rationalité des comptes et de l’utilisation de la comptabilité comme outil décisionnel dans le monde romain.

6L’ensemble nous fait découvrir un système complexe d’enregistrement des faits économiques, des échéances des dettes et des rentrées d’argent, un système de crédit et de débit. Les Romains consignaient les débits et crédits, mais tenaient aussi des enregistrements par poste ou par créancier. Les opérations quotidiennes étaient récapitulées dans une sorte de grand livre. Désormais, nul ne peut ignorer l’existence des enregistrements comptables, ni leur importance dans la vie quotidienne. Ce travail ouvre la voie à l’étude de la comptabilité d’État. G. Minaud apporte une contribution majeure à la compréhension de la vie économique du monde romain. C’est une étude indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Depeyrot, « Gérard Minaud, La comptabilité à Rome. Essai d’histoire économique sur la pensée comptable commerciale et privée dans le monde antique », Histoire & mesure [En ligne], XXI - 1 | 2006, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 19 août 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/3468

Haut de page

Auteur

Georges Depeyrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page