Navigation – Plan du site
Guerre et statistiques

Introduction

Guerres, après-guerre et statistiques
Claire Lemercier
p. 3-4

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Mutisme ou propagande : tels sont souvent les écueils auxquels les sources liées aux guerres confrontent l’historien. Armées, autorités occupantes ou gouvernements de guerre ne sont certes pas avares en productions écrites : les impératifs de mobilisation propres aux guerres totales du xxe siècle semblent même avoir fortement influencé l’intensification et la rationalisation des efforts statistiques étatiques. Mais l’après-guerre est souvent le temps de la fermeture des archives, de la censure des chiffres ou au contraire de la mise en avant de ceux qui correspondent aux impératifs des vainqueurs : répression ou minimisation de la collaboration, relativisation des destructions…

2L’historien doit de ce fait réfléchir à ce que la guerre, mais aussi la libération ou les débats d’après-guerre font aux séries qu’il étudie, que ce soit pour enrichir une histoire plus large de la statistique, judiciaire ou économique, en lui restituant ses scansions événementielles, ou pour contribuer à notre connaissance de la guerre elle-même, de ses effets à court terme sur la délinquance ou à long terme sur le cadre de vie des populations. Les trois articles de ce dossier, avec des méthodologies très diverses, reviennent ainsi sur les statistiques produites pendant ou juste après les guerres, pour les déconstruire mais aussi pour en tirer des connaissances positives nouvelles. Rendant compte d’un ensemble de recherches en cours, Béatrice Touchelay souligne à quel point ces questionnements nouveaux permettent de faire converger histoire économique et histoire de l’État.

3C’est ici des guerres mondiales du xxe siècle qu’il est question. Histoire & Mesure avait déjà abordé la Première Guerre mondiale grâce à un article de Philippe Dautrey démontrant l’intérêt d’une lexicométrie simple et contrôlée pour l’analyse d’un texte aussi intime qu’un carnet de guerre. Avec une tout autre ambition généralisatrice, Cesare Marchetti s’était emparé de ces guerres pour en tirer un exemple de modélisation d’événements macro-sociaux. Mais les guerres de la période moderne avaient aussi été abordées, pour leur influence économique et technique avec un article de Jacques Gay sur les contructions navales, puis dans leur dimension humaine et violente grâce à Alain Guéry. Ce dernier posait explicitement la question de l’après « histoire-bataille » : la quantification a-t-elle, en la matière, autre chose à dire que le roman ou le témoignage ? La question reste ouverte.

Haut de page

Bibliographie

Dautrey, Philippe, « Écrire sa guerre. Analyse d'un carnet de guerre », Histoire & Mesure, vii-3/4, 1992, pp. 249-280.

Gay, Jacques, « Le fer dans la marine en bois : l'exemple de la flotte de guerre française (1665-1815) », Histoire & Mesure, iii-1, 1988, pp. 53-86.

Guéry, Alain, « Les comptes de la mort vague après la guerre. Pertes de guerre et conjoncture du phénomène guerre, XVIIe-XIXe siècles », Histoire & Mesure, vi-3/4, 1991, pp. 289-312.

Marchetti, Cesare, « A Simple Mathematical Model of War Events », Histoire & Mesure, vii-3/4, 1992, pp. 297-312.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lemercier, « Introduction », Histoire & mesure [En ligne], XXII - 1 | 2007, mis en ligne le 31 octobre 2007, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/2233

Haut de page

Auteur

Claire Lemercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page