Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Compoix et ses usages

Actes du colloque de Nîmes - 26 et 27 novembre 1999 recueillis par André Claveirole et Elie Pélaquier, Publications de l’université Paul-Valéry, Montpellier III, Montpellier, 2001, 303 p.
Gilbert Larguier
p. 203-206

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

1Vrais cadastres avant la lettre, les compoix sont une des richesses documen­taires des régions méridionales. L'origine du terme – coumpes signifie équilibre en langue d'oc – renvoie on le sait à la répartition équitable des charges ainsi qu'à une forme d'imposition, directe, sur les biens des contribuables ; à tel point qu'on assi­mile confusément l'aire de confection des compoix à cel1e où avait cours la taille réel1e, ce qui n'est d'ail1eurs pas complètement erroné. La belle facture et l'extraor­dinaire précision des compoix du xviiie siècle ne doit pas faire oublier l'obscurité qui entoure encore leurs commencements liés à l'érection des consulats et à la mise en place de la fiscalité. On connaît les études pionnières de Philippe Wolff sur les estimes urbaines toulousaines ainsi que les travaux effectués à partir des compoix par les historiens modernistes par lesquels on a pu avoir une idée de l'évolution des types de culture et de la structure de la propriété, pour les xviie  et xviiie siècles prin­cipalement. Entre les deux : relativement peu de choses. La nature et la qualité des informations contenues dans les documents ont considérablement changé entre-temps cependant. Là est toute l'ambiguïté des travaux portant sur les compoix... et l'intérêt des douze études réunies dans Le Compoix et ses usages.

2Cet ouvrage, issu de la très intéressante rencontre organisée à Nîmes par le Lien des chercheurs cévenols en 1999, présente le grand mérite, c'est suffisamment rare pour le signaler, de donner comme exemple des compoix compris entre la fin du xive' et la fin du xviiie siècle. Les articles concernent aussi bien des petites com­munautés rurales que des bourgs ou des petites villes comme Castelnaudary, Saint-Pons-de-Thomières, Lodève, Uzès. Ils s'attachent à montrer l'évolution des terroirs, à restituer le parcellaire villageois ou urbain. Ils s'en tiennent aux méthodes des­criptives traditionnelles, utilisent l'outil informatique et des procédés statistiques complexes. Avec Antonin Marc et Castil1on-du-Gard, on est tout près des premiers compoix confectionnés par les communautés rurales (le premier conservé et proba­blement réalisé à Castillon est de 1396). Frustes, ils ne répondaient pas moins aux besoins pour lesquels ils avaient été entrepris : l'évaluation publique des biens déte­nus ; la répartition de l'impôt entre les contribuables en fonction de ce que chacun possédait devenant ensuite une simple règle de trois. La qualité des compoix s'amé­liore au xve siècle ; les confronts des parcelles sont notés avec davantage de soin par exemple. On pouvait dès lors décrire précisément les terroirs (Pierre Rol1and, Saint-Martin-de-Boubaux, 1604), suivre l'évolution de la répartition des cultures, de la propriété, de la valeur des terres (Michael Palatan, Vers, 1470-1791).

3Plus intéressante, ou au moins plus neuve, est l'utilisation des compoix pour reconstituer la trame de l'habitat vil1ageois en raison de l'existence de logiciels adé­quats. Portes, au nord d'Alès, avait disparu, rasé à la suite des dégâts causés par des galeries de mines trop proches de la surface et reconstruit ail1eurs (Claire Guiorgadzé), le castrum de Flaugnac (Lot) situé à une vingtaine de km au nord de Cahors, partiellement déserté aujourd'hui, devait faire l'objet d'une campagne de fouilles archéologiques. En employant une méthode rigoureuse et en faisant appel à tous les documents disponibles, parmi lesquels les compoix occupent une place pré­pondérante grâce à la mention du nom des propriétaires successifs, des superficies, des confronts, il est possible de retrouver le plan originel, les mutations de l'espace citadin, de prévoir les campagnes de fouille, de programmer leur financement (Florent Hautefeuille). La méthode, clairement exposée, appuyée sur une batterie de planches et de plans très suggestifs, fera des émules. Dans la même veine, les ten­tatives de reconstitution des espaces habités et du parcellaire retiendront l'attention. Michelle Chrédif-Nissels s'y est employée à Saint-Pons-de-Thomières avec la bonne vieille méthode manuelle en partant du cadastre napoléonien. Roger Maguer, Emmanuelle Demaille et Christian Brun ont employé l'outil informatique à Castelnaudary, Lodève, Uzès.

4Largement explicité – un des grands mérites de ce livre est d'avoir permis aux auteurs d'exposer leur démarche, de donner une idée des outils et des procédures employés –, chaque cas donnera à voir aux futurs chercheurs ce qu'il leur sera pos­sible de faire en fonction de leurs capacités techniques, temps de dépouillement et de traitement des données mis à part cependant (jamais signalé). Le résultat ne paraît pas moins probant par la méthode manuelle (une seule strate chronologique est envisagée il est vrai) que par l'informatique. Dans tous les cas, cependant, on ne peut produire un travail valable – tous les contributeurs insistent sur ce point – si l'on ne dispose pas au préalable d'un plan précis, le plan napoléonien étant sans égal à cet égard. Reconstituer un espace urbain, le morcellement ou la recomposition du foncier, n'est pas inaccessible. Les compoix se révèlent également très précieux pour restituer les paysages. Les difficultés surgissent lorsqu'on veut aller plus loin, étudier de près la société et ses mutations. En dépit des ressources offertes par les logiciels de traitement des données ou les méthodes d'analyse des correspondances simples et multiples, on est contraint encore d'en passer par une codification, par des regroupements, c'est-à-dire par l'établissement d'agrégats dont la pertinence n'est pas toujours avérée dans le temps. La démonstration de Christian Brun à pro­pos d'Uzès est plus spectaculaire que convaincante : la virtuosité statistique prend encore le pas sur la source.

5Il ne s'agit pas de ressusciter le débat récurrent sur les avantages et les incon­vénients de l'outil informatique. Le problème est ailleurs le plus souvent. Ici, surtout – parce que l'on utilise des compoix confectionnés avant le milieu du xvie siècle –, il est dans la compréhension fine de l'élaboration et du contenu de la source. Des détails d'abord: les arpenteurs n'attribuaient pas la valeur des terres (p. 135), l'opé­ration revenait à des estimateurs assermentés choisis hors des communautés. Le com­poix constitue-il une avancée significative dans la justice fiscale et permet-il au Trésor royal de ponctionner les communautés (p. 9) ? C'est inverser les choses. Les demandes de subsides engagent les communautés à définir un type de prélèvement et l'instrument qui garantira le coumpes – la répartition équitable. Plus important : les outils dont on dispose actuellement orientent vers la reconstitution des parcel­laires urbains et ruraux, des paysages, et avec eux des espaces sociaux auxquels les historiens prêtent une grande attention actuellement. Les compoix, qui contrairement à nombre de terriers, concernent un territoire communal entier s'y prêtent admirablement. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Des compoix terriens généralement, c'est-à-dire qui concernaient les biens fonciers et immeubles – dans la tenninologie médiévale les possessions –, non du cabal – l'estime des biens mobiliers – dont le montant figure dans nombre de compoixjusqu'au milieu du xvie siècle au moins. Or, ni dans le cas d'Uzès, ni dans celui de Lodève, la distinction n'est clairement éta­blie, d'où un flou nettement perceptible dans la manière d'utiliser les documents et d'en tirer parti. On ne sait pas toujours ce qui est pris en compte, ni si les grandeurs utilisées recouvrent exactement les mêmes choses. La mention du cabal ne figure plus dans les beaux compoix du xviiie siècle, majoritairement utilisés ; aussi a-t-on tendance à ne plus en tenir compte bien qu'il n'ait pas disparu dans nombre de com­munautés, comptabilisé à part, et qu'il continue à participer à l'assiette de l'impôt.

6On le voit, la réflexion sur la source, sur son contenu, doit être constamment remise sur le métier, être un préalable à tout projet de recherche, même, et à plus forte raison, s'il emploie les beaux outils que nous possédons, sans quoi, pour pré­cis et satisfaisants à l'œil qu'ils soient, ils se révéleront vite illusoires. Ces précau­tions rappelées, Le compoix et ses usages, accompagné de plus de 40 pages de cartes et de plans, d'un nombre équivalent de figures, graphiques, tableaux, photos, et même de la reproduction de fiches ou d'exemples de saisie sur ordinateur, rendra les plus grands services. Après la table ronde à l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud de 1985 d'où étaient issus Les cadastres anciens des villes et leur traitement par l'informatique (1989), saluons l'initiative du Lien des chercheurs cévenols et cette remarquable publication sur les compoix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Larguier, « Le Compoix et ses usages », Histoire & mesure [En ligne], XVIII - 1/2 | 2003, mis en ligne le 18 août 2006, consulté le 27 mars 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/1568

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page