Navigation – Plan du site
Des spécificités à l'analyse arborée

La poésie allitérative anglaise du xive siècle

Une analyse factorielle par domaine lexical
Aude Mairey
p. 263-288

Résumés

L’analyse factorielle portant sur un domaine lexical constitue le complément appréciable d’une analyse factorielle générale réalisée à partir des fréquences les plus importantes des textes d’un corpus. Appliquée aux poèmes anglais du xive siècle, dont les auteurs furent très préoccupés par le monde qui les entourait, elle permet de suggérer quelques-uns des apports, mais aussi des limites de cet outil statistique.
Sur le plan méthodologique, ses apports apparaissent en effet doubles. Elle conduit tout d’abord à affiner les tendances dégagées par l’analyse factorielle générale et à mettre en valeur des aspects non représentés par cette dernière mais néanmoins dignes d’intérêt. En outre, elle complète utilement une étude lexicologique (associations et concordances). Les limites se situent surtout dans le fait que tous les textes d’un corpus ne traitent pas des mêmes thèmes, alors qu’ils apparaissent dans les résultats. Elles peuvent néanmoins être surmontées par une interprétation attentive.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Iles britanniques

Chronologie :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1L’analyse factorielle portant sur un domaine (ou un ensemble de thèmes liés à un domaine) lexical, constitue un complément appréciable d’une analyse factorielle générale réalisée à partir des fréquences les plus importantes des textes d’un corpus. L’objet de cette étude est d’en suggérer quelques uns des apports, mais aussi ses limites. Ces analyses ont été réalisées pour un corpus de six poèmes allitératifs anglais du xive siècle et alliées à une étude lexicologique1.

2L’emploi de méthodes statistiques semble en effet un élément appréciable pour tenter de mieux cerner les textes littéraires en tant que sources historiques, même s’il doit être rigoureusement encadré. L’approche lexicologique permet d’étudier plusieurs aspects du vocabulaire utilisé dans un corpus donné2. L’analyse factorielle permet de comparer les différents textes entre eux et de définir des axes de recherche : ces deux types d’approches sont complémentaires. Elle autorise à rechercher les structures sous-jacentes du vocabulaire et à les représenter commodément, tandis que l’étude des contextes – élément principal de l’étude lexicologique – invite à une approche plus fine des attirances et des répulsions entre les mots.

3L’objectif du traitement statistique est donc d’analyser un vocabulaire précis, sa composition, son évolution, pour tenter, soit de confirmer certains aspects entrevus par la lecture des textes, soit de dégager certains éléments difficilement accessibles. Dans ce cadre, nous pouvons envisager spécifiquement les apports de l’analyse factorielle par domaine thématique.

1. Le corpus

4Le corpus mis en œuvre comprend six poèmes, à savoir The Simonie (version A), Wynnere and Wastoure, la version B de Piers Plowman (de William Langland), Pierce the Ploughman’s Crede, Richard the Redeless et Mum and the Sothsegger3.

5La version A de The Simonie date des années 13304. Ce poème explore méthodiquement les perversions de toutes les catégories (dominantes) de la société, et en particulier du clergé. Il se rattache assez clairement à la littérature des états, genre assez populaire dans l’Angleterre du xive siècle5.

6Wynnere and Wastoure, écrit aux environs de 1352, présente, dans le cadre d’un rêve du narrateur, un débat entre Wynnere (littéralement le gagneur, celui qui épargne) et Wastoure (le gaspilleur), arbitré par le roi (Edouard III)6. Ces deux personnages s’affrontent essentiellement sur l’usage qu’il convient de faire des terres et de l’argent. Le débat s’inscrit dans une économie centrée sur la maisonnée du seigneur, mais soulève également des problèmes d’ordre national, comme le suggère l’arbitrage royal7.

7Piers Plowman est le poème majeur du corpus dans tous les sens du terme. Il en reste au moins trois versions, A, B et C, écrites entre 1360 et 1390 environ par William Langland, personnage dont nous ne savons que très peu de choses8. Ce long texte, 7 176 vers pour la version B (ici la version de référence9), narre la quête d’un personnage nommé Will pour le salut de son âme. Il se penche, par le biais d’un système complexe de rêves, sur tous les aspects de la société de son temps, des plus mondains aux plus spirituels. Tout en critiquant vigoureusement certains aspects de cette société, il propose des éléments de réforme originaux, tant pour la collectivité que pour l’individu10. La diffusion de ce texte a été très importante, car il en subsiste plus de cinquante manuscrits, datant essentiellement de la fin du xive siècle et de la première moitié du xve siècle.

8Les trois poèmes suivants ont d’ailleurs tous été influencés par Piers Plowman. Pierce the Ploughman’s Crede est un texte de la toute fin du xive siècle. Il reprend certaines idées des Lollards, tenants de l’hérésie anglaise du même nom, héritière du théologien John Wyclif. Cette hérésie a profondément marqué notre période par les défis qu’elle a lancés au clergé institutionnel, notamment en matière d’éducation des laïcs11. Ce poème s’attaque avant tout aux ordres mendiants, en les opposant à un pauvre paysan capable d’enseigner au narrateur ce qu’il recherche, le véritable credo.

9Richard the Redeless (1399-1400) est un poème plus directement politique. Il critique vigoureusement Richard ii, il justifie sa déposition et l’accession au trône d’Henry Lancastre en 1399. Mum and the Sothsegger enfin (sans doute écrit en 1409) est une réflexion importante sur la société politique de la fin du xive siècle et du début du xve siècle12.

10Le choix de ces textes est issu de deux grandes convergences. La première est d’ordre formel. Les auteurs emploient tous une technique poétique identique, celle de l’allitération, très utilisée de la fin du xiiie siècle environ au début du xive siècle13. La seconde est d’ordre thématique. Les poètes s’intéressent tous directement à la société dans laquelle ils évoluent, de manière plus ou moins critique. Leurs œuvres constituent des sources extrêmement riches pour l’étude de la société anglaise du xive siècle, pas seulement en tant qu’illustration. Ils s’inscrivent, en effet, dans un système de communication en pleine évolution, caractérisé par le développement de la literacy, c’est-à-dire l’aptitude à lire et à écrire, et l’expansion de l’anglais, dans un contexte de mise en place d’un dialogue politique.

11Malgré les points communs à ces poèmes, les facteurs de différenciation ne manquent pas. Sur le plan thématique, les derniers poèmes sont incontestablement les plus riches, en particulier Piers Plowman et Mum and the Sothsegger. Sur le plan strictement statistique, les différences de taille sont très importantes, comme le montre le tableau suivant.

Tableau 1. Taille des poèmes (en nombre de mots)

Tableau 1. Taille des poèmes (en nombre de mots)

2. Les apports de l’analyse factorielle générale

12Dans ces conditions, quels sont les principaux apports de l’analyse factorielle pour l’étude de ce corpus ? Elle permet de dégager des axes de recherche intéressants en insistant autant sur les points communs que sur les différences et sur les dynamiques qui parcourent le corpus. Il nous faut d’abord évoquer les résultats de l’analyse factorielle générale, dans la mesure où les apports d’une analyse par domaine ne se conçoivent qu’en termes comparatifs.

13Elle a été réalisée à partir des 50 premières fréquences lemmatisées14, à l’exception de Mum (60 premières fréquences) et de Piers Plowman (70 premières fréquences). Quelques termes spécifiques à un poème ont été exclus pour éviter un effet de distorsion : beryn et lede dans Wynnere (ils signifient tous deux « homme » ou « serviteur »), hertis (« cerfs ») dans Richard, mum (nom de l’allégorie principale de Mum qui représente le silence, l’hypocrisie et la flatterie) et enfin piers, plow et dowel dans Piers. Les principaux résultats sont présentés à la fin de cette étude15. Les Graphiques 1 et 2 indiquent les facteurs par pairs (les titres abrégés des poèmes apparaissent en minuscules).

Graphique 1. AFC générale : Facteurs 1 et 2

Graphique 1. AFC générale : Facteurs 1 et 2

Graphique 2. AFC générale : Facteurs 3 et 4

Graphique 2. AFC générale : Facteurs 3 et 4

14Le premier facteur (Graphique 1) contribue pour 35,26 % à la variance, ce qui est un pourcentage important. L’opposition est entre Piers Plowman d’une part, Mum and the Sothsegger, Wynnere and Wastoure et Richard the Redeless d’autre part. Elle est avant tout thématique.

15Du côté de Piers, se trouve tout d’abord un vocabulaire spirituel assez classique : soule, grace, mercy, holy, synne, bileven, saven…16. C’est un élément majeur du poème et tous ces termes ont des fréquences très élevées. Les thèmes de la grâce et de la miséricorde, ainsi que de la résignation (patience, suffren) apparaissent fortement mis en valeur. Nous sommes donc très nettement dans une thématique du salut, élément confirmé par la présence des personnes divines, Crist, Jesus, God. Deux autres aspects sont peut-être plus intéressants, parce que moins directement visibles. Nous constatons d’une part la présence d’un vocabulaire de l’échange, gyve (qui regroupe gyven et yift/es), taken, mede, et d’autre part, de façon plus nette encore, celle d’un vocabulaire abondant de la communication, avec des termes comme sayen, witnesse, word, callen. La parole, la transmission et le témoignage sont des éléments très importants du poème et il y a un lien fort entre ces deux aspects, échange et communication. La dynamique du poème apparaît bien constituée par cette volonté de transmission.

16De l’autre côté de l’axe, celui de Mum and the sothsegger, plusieurs éléments peuvent être dégagés. Nous trouvons d’abord de nombreux termes liés à l’action, tels que dede, et surtout des verbes, leden, casten, fallen, striken. Par ailleurs, nous relevons également un vocabulaire lié au temps (ende, yer) et à l’espace (kythe, lond, reaume, dwellen). Il semble donc que les trois poèmes cités ci-dessus soient profondément inscrits dans la réalité et le monde matériel, qu’ils fassent preuve d’une vision pragmatique de ce dernier. En outre, un vocabulaire spécifique est associé au poème Mum and the Sothsegger, marqué par l’opposition la plus forte : sothe, grounde, mater, mais aussi point, construen, wise, tournen. Cela marque l’importance de la vérité qui est au cœur du poème, mais aussi de manière plus précise, de ses fondements (grounde) et de ses interprétations possibles (point, mater, construen). S’il rejoint les autres poèmes sur les points précédents, celui-ci possède une forte spécificité, qui rappelle certaines thématiques de l’hérésie lollarde (grounde notamment, a une forte connotation lollarde).

17Ces oppositions, qui sont les plus importantes mettent en lumière des éléments facilement perceptibles dans les poèmes (le vocabulaire du salut pour Piers, celui de la vérité pour Mum) ; elles permettent également de dégager des thématiques moins directement repérables. La dialectique entre communication et action apparaît à cet égard riche de potentialités.

18Le second facteur (Graphique 1) participe pour 22,37 % de la variance, ce qui est encore important. Là encore, il n’y a pas vraiment d’opposition chronologique, puisque Wynnere and Wastoure et Pierce the Ploughman’s Crede s’opposent tous deux à Mum and The Sothsegger, Richard the Redeless et, dans une moindre mesure, Piers Plowman. Pour les trois derniers, le vocabulaire associé apparaît assez nettement politique. Trois éléments semblent importants. Tout d’abord, le cadre est celui du royaume (reaume, croune), qu’il faut garder (kepen). Dans ce cadre, l’accent est mis sur le dialogue et ses acteurs (avec des termes comme reden, counseil, commune, clerk), mais aussi sur le droit et la loi (lawe, wrong). Les principes ne sont pas absents. Nous retrouvons la question de la vérité et de son interprétation (sothe, right, construen, wit) ainsi que des concepts essentiels comme reson, conscience et grace. La présence de ces termes suggère que les oppositions dégagées dans le premier facteur – le pragmatisme de Richard et Mum d’un côté, l’accent sur le salut de Piers de l’autre – n’empêchent pas les auteurs de ces textes de tous se pencher sur les questions fondamentales du gouvernement, celui du royaume.

19De l’autre côté de l’axe se trouvent Wynnere and Wastoure, et surtout le Crede. L’association est un peu surprenante à première vue. Mais, d’une part, ils sont associés dans leur opposition aux autres textes, bien que l’objet de cette opposition diffère, et, d’autre part, ils se retrouvent sur un point, celui de l’argent et de l’orgueil (gold, moneie, pride). Pour le reste, le vocabulaire est spécifique à chaque texte. Les associations les plus nettes se situent du côté du Crede : il s’agit d’une terminologie fortement liée aux frères mendiants, très présents dans le poème (frere, house, ordre, preche, founde), mais surtout d’un vocabulaire lollard (blisse, pure, clene, ful). Enfin, nous trouvons bien sûr le terme crede, objet de la quête du narrateur. À Wynnere est associé davantage un vocabulaire économique (house, waste, wynne). Globalement donc, ces textes s’opposent à la vision politique dégagée de l’autre côté de l’axe, mais pour des raisons différentes.

20Le troisième facteur (Graphique 2) contribue encore pour 21,5 % de la variance. Cette fois, ce sont Wynnere d’une part, Mum et surtout le Crede de l’autre, qui s’opposent, ce qui confirme les hypothèses effectuées pour le deuxième facteur. L’association du Crede et de Mum est moins étonnante. Nous retrouvons essentiellement le vocabulaire du Crede (frere, crede, use, moneie, blisse…), mais les deux poèmes se rejoignent sur certains points, en particulier sur l’importance de la vérité et de son interprétation (pointe, truthe, preven). Couplée au contexte des poèmes, cette importance attire notre attention sur de possibles liens entre ce dernier thème et des connexions lollardes qui, de fait, sont bien réels. Du côté de Wynnere figure un vocabulaire déjà rencontré dans le facteur précédent, mais peut-être plus précis. Plusieurs termes, waste et wynne, déjà rencontrés, mais aussi delen et sellen, pointent vers une économie d’échanges. Un autre aspect est par ailleurs mis en valeur : le vocabulaire guerrier du poème (fighte, striken). Enfin, la notion de territoire est à nouveau présente (englissh17, lond mais aussi kythe, terme spécifique). L’opposition est plus chronologique que pour les facteurs précédents : Wynnere and Wastoure fait face à tous les autres, plus tardifs.

21Les deux derniers facteurs affichent des contributions plus faibles. Le quatrième (Graphique 2) participe pour 13,2 % à la variance totale. The Simonie apparaît ici pour la première fois et s’oppose chronologiquement à tous les autres. Le vocabulaire le plus marqué est celui du clergé : clerk, bisshop, preest, religion18, ordre. Ces acteurs sont associés à la richesse ou à la pauvreté (silver, pover) et à l’orgueil (pride). De plus, tout comme dans Wynnere, l’importance du territoire est évidente, avec lond ou englissh. L’auteur semble donc s’inquiéter avant tout du clergé anglais. Enfin, plusieurs termes indiquent que l’accent est mis sur les hommes plus que sur les concepts (man, wif, knight et les membres du clergé déjà nommés). En opposition, nous retrouvons des termes spécifiques à chaque poème et, plus généralement, un vocabulaire spirituel (hevene, mercy, grace…) ainsi que des mots évoquant la communication et de la transmission. Une rupture importante s’observe, nous semble-t-il, entre les poèmes datés du début de la période, représentés ici par Simonie et les autres plus tardifs. Le premier se contente surtout de dénoncer les abus. Les seconds se soucient également des remèdes possibles, au moins dans une certaine mesure.

22Le dernier facteur, enfin, ne contribue que pour 8,2 % de la variance (il n’est pas représenté dans les graphiques proposés). L’opposition est entre Mum et Richard, alors que ces deux poèmes étaient auparavant fréquemment associés. Du côté de Richard, le vocabulaire de l’action est très marqué avec de nombreux verbes (bryngen, leden, letten, listen…). Un autre ensemble important est celui du jugement et de la justice (doom, wrong). Le vocabulaire associé à Mum est à nouveau celui de la vérité (sothe), mais aussi celui de la transmission (wite, say, see, loke, preve, word, lettre). On notera également la présence de hede et de herte.

23L’analyse factorielle générale révèle des contrastes d’ordre chronologique mais aussi thématique. Certains thèmes structurants apparaissent, par exemple le salut et la communication pour Piers, la vérité pour Mum, la place du vocabulaire politique pour de nombreux poèmes. Mais elle ne révèle que des grandes tendances. C’est dans ce cadre que la réalisation d’analyses par domaine peut se révéler utile.

3. Les analyses par domaine lexical

24Les analyses factorielles par domaine lexical sont au nombre de quatre. Elles portent sur l’argent et la richesse, sur le gouvernement, sur la connaissance et sur l’institution ecclésiastique. Nous prendrons cette dernière comme exemple, mais toutes ont été effectuées selon le même principe. Les listes ont été constituées à partir de l’environnement thématique des principaux termes ayant fait l’objet d’une étude spécifique des associations (par le biais des concordances et des contextes). Les analyses factorielles par domaine ne peuvent donc être réalisées qu’après une étude déjà approfondie des textes, car elles supposent que les domaines lexicaux sont bien définis.

25La recherche de l’environnement thématique d’un terme est « un calcul particulier, puisqu’on ne recherche plus une accointance entre un mot et un texte, mais une relation privilégiée entre les mots eux-mêmes… la procédure ne se réduit pas ici à deux mots confrontés, mais à l’ensemble indéfini de tous les mots qui peuvent se trouver dans l’entourage d’un mot (ou d’un groupe de mots) qu’on définit comme étant le pôle »19. Le seuil retenu pour cet environnement est de 300 caractères. Les substantifs, les adjectifs et les vers apparaissant dans les environnements des différents termes ont ensuite été retenus, à l’exception des fréquences totales (additionnant celles des six textes du corpus) inférieures à 10 occurrences. Cette méthode a semblé la plus objective pour la constitution d’une liste par domaine, davantage que l’utilisation des concordances. En effet, si pour ces dernières la recherche est en partie manuelle, ce n’est pas le cas pour l’environnement thématique. Sa constitution est une opération effectuée automatiquement par le logiciel. En outre, cet environnement est quantitativement identique pour tous les termes, 300 caractères, soit environ 3 vers, ce qui n’est pas le cas pour les concordances.

26Cependant, une limite importante apparaît d’emblée : tous les poèmes ne traitent pas de tous les thèmes. Il y a donc souvent dans ces analyses des poèmes qui apparaissent, car ils font partie du corpus, mais dans lesquels le domaine traité est très faible. Cela provoque une distorsion dans les résultats qu’il ne faut pas négliger. Elle est inévitable, car ne mettre que les poèmes concernés, chaque fois différents, nuirait à la comparaison et provoquerait une distorsion plus grande encore. En fait, de manière générale, nous verrons que les résultats en sont moins affectés qu’il n’y paraît au premier abord.

27Nous avons retenu comme exemple l’analyse factorielle portant sur l’institution ecclésiastique (la plus importante en volume sur les quatre effectuées). Elle comporte en fait deux domaines : les membres du clergé d’une part, les notions et les pratiques d’autre part20. Le second groupe comporte des notions générales (chirche, charite) et des pratiques essentiellement sacramentelles (penaunce, masse…). Ces dernières sont surtout présentes dans Piers Plowman et dans le Crede, mais il nous a paru nécessaire de les retenir, dans la mesure où le thème étudié est l’institution ecclésiastique dans son ensemble. La limite précédemment évoquée est ici à l’œuvre, car deux des six poèmes du corpus ne traitent (presque) pas du clergé ou de l’institution : Richard the Redeless et Wynnere and Wastoure.

28Les termes employés pour construire l’analyse sont les suivants : bileve (substantif et verbe), bisshop/es, chirche, clerk/es, feith, frere/s, masse, monk, ordre, pardon, penaunce, persone, pope/s, preest/es, prelate/s, religion et shrift/es. Seuls les trois premiers facteurs sont présentés ici ; ce sont les plus significatifs.

29Le premier facteur (Graphique 3) contribue pour plus du tiers (36,4 %) à la variance totale du système, ce qui est considérable. Nous retrouvons la même tendance que dans l’analyse factorielle générale, c’est-à-dire l’opposition entre Piers Plowman d’une part, Mum and the Sothsegger et Richard the Redeless d’autre part. La grande différence est que l’opposition de Piers avec Wynnere and Wastoure a disparu. Cela résulte largement du fait que ce dernier poème ne traite pas du thème de l’Église. Du côté de Piers, il y a – et c’est peu surprenant – le même type de vocabulaire que celui qui a été repéré dans l’analyse générale : un ensemble de termes lié à la foi (God, Crist, synne, helle, hevene…). Mais plusieurs notions sont également représentées, comme le sacrement de pénitence (shrift) ou le pélerinage (pylgrim). La fréquence des termes est insuffisante pour apparaître dans l’analyse générale, mais de fait, l’insistance sur ces thèmes est une caractéristique de ce poème21. De même, le vocabulaire que nous avons défini comme celui de la communication (calle, witnesse, word) est très présent. La place du vocabulaire de l’échange est moins accentuée (seul taken se dégage). L’analyse thématique ne fait donc, dans le cas de Piers, que confirmer des tendances plus générales, tout en les affinant de manière assez significative.

Graphique 3. AFC institution : Facteurs 1 et 2

Graphique 3. AFC institution : Facteurs 1 et 2

30Du côté de Mum and the Sothsegger et de Richard, il y a aussi quelques nuances. Si le vocabulaire politique est encore très présent, nous trouvons moins de termes liés à l’action, alors que le thème de la connaissance et de son interprétation ressort davantage (sothe et grounde sont plus marqués, mais aussi preve, shewe…). La plupart de ces mots sont surtout associés à Mum, ce qui est là encore logique, dans la mesure où Richard ne traite pas, tout comme Wynnere, de ce sujet. Un autre élément notable est la mise en relief du vocabulaire juridique (apeire, doom, pleinte…). En fait, il n’est pas suffisamment fréquent pour figurer dans l’analyse générale, mais il est présent dans toutes les analyses par domaine lexical et sa variété est grande. La place de ce vocabulaire est fondamentale. L’auteur de Mum suggère que le clergé constitue une partie intégrante de la société politique et qu’il doit avant tout remplir son rôle dans une perspective sociale. Enfin, il y a un vocabulaire de l’échec de l’institution assez prononcé (falle, mais aussi peril, faute…). Dans Mum and the Sothsegger, la critique du clergé est effectivement très virulente. Ce poème a probablement des accents lollards, même si cela apparaît de manière plus subtile que dans Pierce the Ploughman’s Crede22. De ce côté de l’axe donc, les apports informatifs sont sans doute plus nombreux que du côté de Piers Plowman.

31Le second facteur (Graphique 3), qui contribue pour 25,1 % à la variance totale, peut être comparé au troisième facteur de l’analyse générale, puisqu’il oppose le Crede aux autres poèmes, de manière beaucoup plus accentuée, sauf pour Piers qui comporte un vocabulaire politique plus abondant que dans l’analyse générale (commune, croune, kyng, reaume…). On note également un pôle plus abstrait, très important dans ce dernier poème (lawe, kynde, conscience). Du côté du Crede, le vocabulaire est précis. Il est, plus encore que dans l’analyse générale, essentiellement orienté vers les frères (frere, house, ordre, preche…). Leurs principaux défauts apparaissent bien (moneie, wilne, pride, bitraye, glose). Certains termes insistent sur leur apparence (clothe, cope). Il faut aussi s’arrêter sur des verbes qui ont trait à la question de l’existence même des frères (founde, holde, use, faren). Dans le même temps, un vocabulaire plus spirituel est bien mis en valeur (soule, blisse, bileve, crist, crede), un peu différent de celui de Piers. Les termes présents dans le poème lollard concernent surtout l’âme et son bonheur spirituel. Cet aspect est certes fondamental dans Piers Plowman, mais celui-ci s’intéresse également aux pratiques ; elles y sont soumises à examen et profondément intériorisées. Dans le Crede, en revanche, elles semblent parfois à la limite du rejet. Cela reflète une opposition de fond, qui transparaît en plusieurs occurrences et cela constitue probablement l’apport le plus intéressant de cette analyse.

Graphique 4. AFC institution : Facteurs 3 et 4

Graphique 4. AFC institution : Facteurs 3 et 4

32Le troisième facteur (Graphique 4), qui ne représente plus que 17 % de la contribution totale, est assez délicat à interpréter. The Simonie et, dans une moindre mesure, Wynnere and Wastoure, s’opposent aux autres poèmes. Du côté de Simonie se trouvent tous les membres du clergé, mais aussi d’autres catégories sociales (knyghtes, povere). Pour le reste, le vocabulaire d’une critique traditionnelle des états (pride, symonye, shame) est assez développé. De l’autre côté, aucun poème ne ressort véritablement ; nous observons d’une part un vocabulaire de la foi assez marqué (bileve, feith, preie, cristen, crist) ainsi que de nombreux termes marquant une volonté de réforme (amende, hele, blame, lette…). Enfin, apparaissent des termes liés à la connaissance et à la communication (konnen, reden, preve, write, mais aussi clergie23). Il semble donc que l’opposition soit encore une fois d’ordre chronologique, et, de fait, le contraste est grand entre Simonie et les autres poèmes.
   

33Pour la compréhension des textes du corpus, les apports essentiels de l’analyse factorielle portant sur l’institution ecclésiastique sont au nombre de deux.

34D’une part, cette analyse met bien en valeur l’opposition chronologique entre The Simonie et les poèmes plus tardifs. Le premier se caractérise par la domination écrasante d’un vocabulaire axé sur la dénonciation des catégories cléricales. La lecture des autres poèmes révèle certes que cette critique est présente ailleurs dans le corpus et que bien des thèmes sont communs mais l’analyse permet de cerner les oppositions de fond entre ces critiques. Elle révèle que les poèmes plus tardifs s’intéressent davantage aux missions du clergé.

35D’autre part, les différences thématiques ressortent clairement. The Simonie s’intéresse surtout aux individus et à leur rapport avec l’argent. Piers Plowman met l’accent sur le vocabulaire spirituel et sur celui de la communication, deux thèmes au centre de toutes les préoccupations de Langland. L’opposition de ce dernier texte avec les autres poèmes est essentielle puisqu’elle se manifeste dans les deux premiers facteurs. Dans Mum, les conclusions sont également similaires à celle de l’analyse générale, avec peut-être une insistance plus grande encore sur les thèmes de la connaissance et de son interprétation. Le Crede, enfin, est davantage mis en valeur que dans l’analyse générale, et, au-delà de l’orientation vers les frères, sa dimension spirituelle est plus apparente, ce qui autorise une approche spécifique de ses accents réformateurs.

36De manière générale, l’apport d’une analyse spécifique par domaine lexical paraît double. Premièrement, elle permet d’affiner les grandes tendances dégagées par l’analyse factorielle générale et de mettre en évidence des caractéristiques qui, du fait de leurs fréquences plus faibles, n’apparaîtraient pas. La limite représentée par l’absence de certains termes dans tel ou tel poème doit être relativisée. C’est surtout la combinaison des différents termes entre eux et par rapport aux poèmes qui doit être envisagée ; or, cette combinaison n’est pas fondamentalement transformée par la présence de poèmes « neutres ». Deuxièmement, une analyse par domaine constitue un complément de l’étude lexicologique des associations de termes spécifiques. En effet, celle-ci permet davantage d’apprécier les points communs entre les différents poèmes, ainsi que les oppositions internes de ces derniers. Le croisement de ces différents outils statistiques permet donc d’appréhender le vocabulaire des textes de manière assez globale, même si chacun des outils a ses limites propres. L’exemple développé a suggéré, nous l’espérons, les potentialités de l’un d’entre eux.

Haut de page

Bibliographie

Barr, Helen, « The Treatment of Natural Law in Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger », Leeds Studies in English, 23, 1992, pp. 49-80.

Barr, Helen (ed.), The Piers Plowman tradition, Londres, 1993 (Pierce the Ploughman’s Crede, Richard the Redeless et Mum and the Sothsegger).

Benzécri, Jean-Paul & alii, Pratique de l’analyse des données, III, Paris, Dunod, 1981.

Brunet, Étienne, Manuel de référence pour Hyperbase, version 4.0, Paris, Cnrs, 1999.

Cibois, Philippe, L’analyse factorielle, Paris, Puf, Que-sais-je, 1983.

Embree, Dan & Urqhart, Elisabeth, (ed.), The Simonie, A Parallel Text Edition, Heidelberg, 1991.

Grady, Franck, « The Generation of 1399 », in E. Steiner & C. Barrington, (ed.), The Letter of the Law. Legal Practice and Literary Production in Medieval England, Ithaca et Londres, 2002, pp. 202-229.

Hanna, Ralph, William Langland, Aldershot, 1993.

Hudson, Anne, The Premature Reformation, Oxford, 1988.

Lawton, David, « Lollardy and the Piers Plowman tradition », MLR 76, 1981, pp. 780-793.

Mairey, Aude, La vision du monde dans la poésie allitérative du xive siècle anglais, Université Paris I, Thèse, 2002.

Mann, Jill, Chaucer and medieval estates satire, Cambridge, 1973.

Mohl, Ruth, The Three Estates in Medieval and Renaissance Literature, Londres, 1933.

Nolan, M. B., « ‘With tresone withinn’ : Wynnere and Wastoure, Chivalric Serf-Representation, and the Law », MEMS 26, 1996, pp. 1-28.

Robin, Régine, Histoire et linguistique, Paris, Larousse, 1973.

Schmidt, A. V.C., (ed.), The vision of Piers Plowman, Version B, Londres, 1978, 1987.

Simpson, James, Piers Plowman : An Introduction to the B-Text, Londres, 1990.

Trigg, Stéphanie, (ed.), Wynnere and Wastoure, EETS, Oxford, 1990.

Haut de page

Annexe

Tableau 2. Analyse factorielle générale. Les données24

   

Tableau 3. Les résultats de l’analyse

   

Tableau 4. Analyse factorielle portant sur l’institution ecclésiastique. Les données25

   

Tableau 5. Les résultats

Haut de page

Notes

1Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat A. Mairey, 2002. Les études lexicologiques générales (fréquences, concordances…) ont été effectuées avec la version 4 du logiciel Hyperbase d’Étienne Brunet (CNRS) sur Macintosh. Les analyses factorielles ont été réalisées à partir de la macro sous Excel composée par Alain Dallo (Université Paris i). Qu’il en soit remercié. Sur les principes de l’analyse factorielle, voir J.-P. Benzécri & alii, 1981 ; P. Cibois, 1983. Les applications dans le domaine historique sont à présent de plus en plus nombreuses.
2Pour une claire présentation d’ensemble, voir R. Robin, 1973. Cet ouvrage est encore très pertinent.
3Les éditions utilisées pour la saisie sont les suivantes : The Simonie, A Parallel Text Edition, 1991 ; Wynnere and Wastoure, 1990 ; The vision of Piers Plowman, Version B, 1978, 1987 ; The Piers Plowman tradition, 1993 (Pierce the Ploughman’s Crede, Richard the Redeless et Mum and the Sothsegger).
4Il en existe trois versions au total. Embree, D. & Urqhart, E.,1990, pp. 22-23.
5Mohl, R., 1933 ; Mann, J., 1973. Je me permets également de renvoyer à ma thèse, A. Mairey, 2002, pp. 119-121.
6Le poème est incomplet. Nous n’avons pas le fin mot de cet arbitrage.
7Nolan, M. B., 1996, pp. 1-28.
8L’hypothèse la plus plausible est qu’il était un clerc n’ayant reçu que les ordres mineurs (cf. R. Hanna, 1993).
9La tradition textuelle de ce poème est extrêmement complexe. Le schéma des trois versions est en grande partie une simplification, mais il reste pratique.
10Ce texte très riche est impossible à résumer dans le cadre de cet article. Je me permets de renvoyer à la traduction que j’en ai effectué (Publications de la Sorbonne, 1999). Une bonne introduction en anglais est l’ouvrage de J. Simpson, 1990.
11Sur cette hérésie, l’ouvrage de référence est celui d’A. Hudson, 1988.
12Sur ces deux derniers poèmes, Barr, H., 1992, pp. 49-80 et F. Grady, 2002, pp. 202-229.
13L’allitération est une technique fondée sur la répétition des consonnes dans une suite de mots rapprochés, comme le montrent les vers suivants, issus de Piers Plowman, (version B, prol. 1-4) : « In a somer seson, whan softe was the sonneI shoop me into shroudes as I a sheep wereIn habite as an heremite unholy of werkesWent wide in this world wondres to here ».
14Ces listes de fréquences comprennent les substantifs, les adjectifs et les verbes à l’exception des auxiliaires. La lemmatisation – uniformisation de l’orthographe – est indispensable, quoique longue, car l’orthographe de l’anglais n’est alors pas encore fixée.
15Tous les termes analysés n’apparaissent pas dans les graphiques et dans les tableaux statistiques donnés en annexe pour des raisons de lisibilité. Pour les tableaux, seuls ont été retenus les termes évoqués dans cet article. Pour les graphiques, un plus grand nombre de termes a été retenu afin de donner une image plus complète de ces analyses. J’ai cependant, à terme, le projet de mettre tous les résultats en ligne.
16Les significations (souvent multiples de ces termes) sont développées dans le glossaire en annexe de ma thèse. Il serait trop long de les mentionner dans le cadre de cet article.
17Ce mot renvoie à la langue autant qu’au peuple, mais couplé aux autres termes, il peut être englobé dans la thématique du territoire.
18Ce terme signifie avant tout ordre religieux.
19Brunet, E., 1999, p. 38.
20Mairey, A., 2002, pp. 292 sq.
21La deuxième vision du poème est structurée autour du sacrement de pénitence (sermon, confession, satisfaction), et plus généralement, c’est un des thèmes majeurs du poème.
22Lawton, D., 1981, pp. 780-93.
23Ce dernier terme est extrêmement ambigu, car il signifie aussi bien le clergé que la connaissance. En fait, il est davantage utilisé par les poètes, en particulier par Langland et par l’auteur de Mum, dans ce second sens. Nous l’avons donc exclu de la liste employée pour constituer cette analyse, et retenu pour celle qui porte sur la connaissance.
24Rappel : seuls les termes évoqués dans les pages précédentes sont mentionnés dans les tableaux.
25Les termes en gras sont ceux qui ont servi à construire l’analyse factorielle.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Taille des poèmes (en nombre de mots)
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 1. AFC générale : Facteurs 1 et 2
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 2. AFC générale : Facteurs 3 et 4
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 3. AFC institution : Facteurs 1 et 2
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 4. AFC institution : Facteurs 3 et 4
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/824/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Mairey, « La poésie allitérative anglaise du xive siècle », Histoire & mesure [En ligne], XVIII - 3/4 | 2003, mis en ligne le 15 avril 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/824

Haut de page

Auteur

Aude Mairey

35 bis rue des Septs Arpents, 93500 Pantin.
maireyaude@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page