Navigation – Plan du site
Le chiffre et la carte. Pratiques statistiques et cartographiques en Amérique latine (xviiie-xxe siècles)

L’ingénieur, les capitaines et les planteurs

Le recensement de la Siempre Fiel Isla de Cuba (1825-1842) : entre savoirs locaux et préoccupations impériales
The Engineer, the Captains and the Planters: The Census of the Siempre fiel Isla of Cuba (1825–1842), between Local Knowledge and Imperial Preoccupations
Mathieu Aguilera
p. 9-52

Résumés

Le cas des Antilles espagnoles à l’heure de la redéfinition du pacte colonial entre métropole et outre-mer permet d’envisager les formes coloniales de la statistique démographique. Bien avant la tenue d’un recensement général de population en Péninsule en 1857 par l’État libéral espagnol, les colonies antillaises ont fait l’objet d’une mise en carte et en chiffres précoce. Deux opérations de dénombrement des habitants de la Siempre Fiel Isla de Cuba sont réalisées en 1827 et en 1841. L’article analyse les pratiques d’enquête et de catégorisation mobilisées par les autorités coloniales sous le contrôle de l’armée pour produire une information de nature démographique, en relation avec les réformes territoriales successives de l’administration coloniale, et la consolidation du district (partido). L’enjeu qui pèse sur la production et le contrôle des « chiffres de la couleur » officiels est grand à l’apogée de la traite clandestine, et alors que plane encore le « spectre d’Haïti », largement instrumentalisé par les autorités péninsulaires pour justifier leur domination auprès de l’élite créole.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Cuba

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Les commissions de statistique du capitaine général
Obtenir de « précieuses et indispensables » données « par tous les moyens possibles »
De la statistique locale des pedáneos aux tableaux du recensement
De la statistique générale au recensement de population
2. L’acquisition d’une « connaissance pratique du territoire »
Une statistique de « plein air »
« Toutes les Autorités, ainsi que nombre de personnes respectables du pays ont coopéré »
La « malice des occultations »
3. Retours de terrain
La publication des résultats
Des chiffres « arbitraires » ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

« La Population de l’Île de Cuba se compose de trois castes, qui forment cinq classes différentes dans la société ; elle est par conséquent hétérogène, et leurs intérêts sont si divers et opposés entre eux que les couleurs et états sous lesquels elles existent. »

« Pour accéder aux informations que j’ai acquises, je me dois de remercier tout le pays, qui a fait preuve de bonne volonté et de coopération pour me laisser accéder à tout ce que je désirais vérifier. »

Colonel Joaquin Miranda y Madariaga, chef de la commission de statistique du Département occidental (1825-1828)

En 1845, dans un article consacré à la « Statistique » des provinces d’outre-mer, l’auteur de la Bibliothèque de législation ultramarine écrivait :

« Sous notre ancien régime colonial, on compensait en partie l’absence d’un département de statistique au moyen des longs rapports et des mémoires détaillés que les vice-rois et les hauts officiers remettaient à l’issue de leur mandat à leurs successeurs, et dont ils renda...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Aguilera, « L’ingénieur, les capitaines et les planteurs », Histoire & mesure [En ligne], XXXII-1 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5747

Haut de page

Auteur

Mathieu Aguilera

Centre d’histoire de Sciences Po, Université autonome de Madrid, ATER en histoire à l’IEP de Toulouse et chercheur associé au LaSSP (EA 4175), ancien membre de la Casa de Velázquez. E-mail : mathieu.aguilera@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page