Navigation – Plan du site
Varia

Les mobilisations contre les « fléaux sociaux » dans l’entre-deux-guerres

Essai de cartographie sociale
The Mobilizations against ‘Social Scourges’ in the Interwar Period: An Essay of Social Cartography
Fabrice Cahen et Adrien Minard
p. 141-170

Résumés

Fondé sur les listes de membres de vingt-cinq organisations mobilisées contre les « fléaux » durant les années 1920 et 1930, cet article vise à cartographier un espace réformateur polarisé par trois préoccupations : la quantité, la qualité et la moralité de la population française. Il s’agit, grâce à une analyse de réseaux sociaux, d’en objectiver les différenciations majeures, les acteurs principaux et les connexions transversales afin d’évaluer la pertinence des distinctions doctrinales entre natalisme, hygiénisme, familialisme et eugénisme. Les résultats confirment l’existence d’un espace commun d’engagement et d’une polarisation relative opposant un pôle « familial-moral » et un sous-ensemble associatif fondé sur l’hygiène sociale. La méthode utilisée permet de repérer les acteurs les plus centraux ainsi que la division genrée de l’activisme, tout en invitant à des recherches complémentaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Vingt-cinq organisations au prisme de l’analyse de réseaux
2. L’hygiène sociale, trait d’union et projet structurant
Caractéristiques générales de la population étudiée
Liens entre organisations
Liens interindividuels
Conclusion

Aperçu du début du texte

La période de l’entre-deux-guerres se caractérise par une effervescence militante d’ampleur inédite à l’encontre des « fléaux sociaux ». Cette notion qui émerge dans le dernier tiers du xixe siècle enveloppe, de façon extensible, un ensemble de maux (tuberculose, cancer, mortalité infantile, « dépopulation », etc.) perçus comme autant de menaces pour la (sur)vie de la collectivité toute entière. Par ses implications et son pouvoir évocateur, une telle expression cristallise à elle seule un vaste programme d’assainissement de la société. « Les fléaux sociaux sont non seulement le résultat d’un agent pathogène, mais aussi de conditions de vie, de climat, d’habitation, de travail, de comportement, de possibilité ou d’habitude alimentaire... Ils se caractérisent par leur puissance d’extension et de multiplication », pourra écrire un hygiéniste en 1953.

Depuis les travaux de Michel Foucault, il est relativement clair, conceptuellement, qu’éradication des maladies, promotion de l’hygiène, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Cahen et Adrien Minard, « Les mobilisations contre les « fléaux sociaux » dans l’entre-deux-guerres », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-2 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5445

Haut de page

Auteurs

Fabrice Cahen

Institut national d’études démographiques (unité Histoire et populations, unité Démographie, genre et sociétés), Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales (équipe Esopp). E-mail : fabrice.cahen@ined.fr

Adrien Minard

Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy. E-mail : adrienminard@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page