Navigation – Plan du site
Affaires judiciaires à l’époque moderne

Prendre la mesure de paroles insaisissables

Les faux témoins mentionnés dans les archives du parlement de Paris (xviie-xviiie siècles)
Capturing the Full Extent of Elusive Words: References to False Witnesses in the Archives of the Parliament of Paris (17th–18th Centuries)
Aurélien Peter
p. 107-140

Résumés

Le traitement sériel des procès de faux témoignage jugés au parlement de Paris aux xviie et xviiie siècles, croisé avec leur analyse qualitative, révèle les méthodes de travail des greffiers et des conseillers et la façon dont ceux-ci perçoivent le faux témoignage et les faux témoins. La prise en charge des accusés de faux témoignage souligne les enjeux qui entourent le pouvoir conféré aux paroles. Leur falsification est condamnée dès lors qu’elle apparaît à des périodes où l’équilibre social et l’autorité royale paraissent mis en danger ou qu’elle est suspectée chez des accusés dont la faiblesse sociale fragiliserait la droiture de la langue. Mais les conseillers restent souvent hésitants face un crime difficile à prouver.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Tous faux témoins, tous impunis ?
2. De l’étude quantifiée d’un crime dans les archives du parlement de Paris
Modes historiographiques
Dénombrer les accusés dans les archives criminelles du Parlement
3. Quelques résultats de la recherche
Logiques de dénombrement et de modélisation à la fin du xviiie siècle : le Répertoire des arrêts criminels
Face aux faux témoins, entre craintes et désarrois
Désigner des faux témoins
Conclusion

Aperçu du début du texte

Benoît Garnot écrit que les faux témoins en justice, ceux qui ont déposé faux lors d’un procès, « sont évidemment impossibles à quantifier. » On pourrait dire de même à propos des faux témoins « instrumentaires » (impliqués dans les contrats) dont la parole, donnée pour valider un accord et mobilisable en cas de contestation, s’avère incertaine. Dans les deux cas, comment les historiens pourraient-ils distinguer, à partir des archives, là le témoin véridique et ici le faux ; comment déterminer où est la vérité ? Ce faisant, ne courraient-ils pas le risque de juger trop vite les témoins en oubliant de les comprendre ? Si les paroles des périodes passées sont difficiles à percevoir pour nous qui sommes constamment en train d’« écouter les morts avec les yeux », dans le sens que Roger Chartier donne à cette expression de Quevedo, alors rechercher plus précisément les paroles faussées relève de la gageure ; elles paraissent insaisissables.

1. Tous faux témoins, tous impunis ?

Deux représe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Peter, « Prendre la mesure de paroles insaisissables », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-2 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5443

Haut de page

Auteur

Aurélien Peter

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. E-mail : aurelien.peter@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page