Navigation – Plan du site
Affaires judiciaires à l’époque moderne

Politique de la grâce et approche quantitative de l’homicide en Brabant, xvie-xviie siècles

The Policy of Pardon and a Quantitative Approach to Homicide in Brabant (16th–17th Centuries)
Bernard Dauven
p. 71-105

Résumés

Dans l’étude de l’histoire de l’homicide, l’approche quantitative est un aspect fondamental. Pour l’Ancien Régime, la difficulté consiste à confectionner des séries chiffrées fiables. L’enregistrement, plus ou moins systématique selon les époques, des rémissions accordées dans le duché de Brabant entre 1501 et 1633 dans les comptes du droit du sceau permet, moyennant une lecture critique, d’approcher le nombre des homicides commis durant la période étudiée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Pourquoi quantifier ?
2. Les rémissions
Les comptes du droit du sceau
La représentativité des données chiffrées
Les rémissions du Vendredi saint et de joyeuse entrée
Les rémissions des comptes du droit du sceau : un minimum
Le saut quantitatif de 1540
L’estimation du volume de l’octroi des rémissions
3. Les homicides, 1540-1571
Méthode, sources et interprétation
Les sources
La méthode
L’interprétation générale
Le rapport entre les rémissions et l’homicide : le cas du Brabant
L’indétermination des cas remis, les rémissions du Limbourg et les moments particuliers de l’octroi de la grâce
Les homicides inconnus des comptes du droit du sceau
Le taux d’homicide en Brabant
Conclusion

Aperçu du début du texte

1. Pourquoi quantifier ?

L’intérêt de la rémission pour l’histoire n’est plus à démontrer. Les lettres de grâce, particulièrement les rémissions, sont des sources d’une richesse inouïe. Elles ont donné lieu à une production bibliographique qu’il est vain de vouloir résumer, même s’il existe des bilans historiographiques, pour le cas des Pays-Bas notamment. La rémission a acquis ses lettres de noblesse avec les thèses de Robert Muchembled et de Claude Gauvard, même si ces auteurs présentent une interprétation différente des raisons de son développement. La rémission est un acte de grâce accordé par le souverain ou un seigneur afin de pardonner un crime. Aux débuts de l’époque moderne, elle est délivrée en majorité pour des homicides.

Le duché de Brabant est une principauté des Pays-Bas bourguignons puis espagnols, importante tant par son étendue que par sa position centrale, tant par la richesse de son économie que par sa population. S’y trouvent la ville de Bruxelles, où réside de pré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Dauven, « Politique de la grâce et approche quantitative de l’homicide en Brabant, xvie-xviie siècles », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-2 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5442

Haut de page

Auteur

Bernard Dauven

Bénéficiaire d’une bourse spéciale de doctorat du Fonds de la recherche scientifique de Belgique (F.R.S.-FNRS), attaché au Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) de l’Université catholique de Louvain et associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP)

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page