Navigation – Plan du site
La ville médiévale et ses bâtisseurs

Les ateliers de tailleurs de pierre du cloître de la cathédrale de Tolède (Espagne)

Analyse exploratoire
The Stonemasons’ Workshops of the Cloister of Toledo Cathedral (Spain): Exploratory Analysis
Amalia María Yuste Galán, Jean Passini et Françoise Pirot
p. 41-69

Résumés

Le relevé des signes lapidaires et leur classification ont fait l’objet de nombreuses études en Europe. Le cloître de la cathédrale de Tolède (Espagne), commencé en 1389 par l’archevêque Pedro Tenorio, compte, dans sa structure actuelle, plus de 3 500 pierres marquées de signes. Cet article a pour objectif d’analyser les signes lapidaires pour comprendre les étapes de la construction du cloître en appliquant, aux données géospatiales réunies, deux méthodes d’analyses spatiales de proximité : l’une multivariée (regroupements par agrégats), l’autre exploratoire (NEAR). Cette double analyse met en lumière l’existence d’ateliers de tailleurs de pierre et une chronistique des étapes de la construction du cloître entre 1389 et 1418, date de son achèvement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Un espace : le cloître de la cathédrale
2. Les signes lapidaires
3. Les ateliers de tailleurs
3.1. Découpage en quinze groupes
Les signes lapidaires à l’intérieur du groupe 3
Les signes lapidaires à l’intérieur des autres groupes (13, 11 et 5)
3.2. Découpage en soixante-douze groupes
4. Chronistique des étapes de la construction du cloître
5. Stratégie des tailleurs de pierre
6. Conclusion

Aperçu du début du texte

L’éperon rocheux de Tolède, qui domine le Tage à plus de 500 mètres d’altitude (Figure 1), au sud de l’étendue fertile de la Vega, a représenté, depuis l’Antiquité, un site privilégié favorable à l’implantation de diverses populations successives. La ville romaine devient la capitale du règne wisigothique au milieu du vie siècle, avant de devenir une ville islamique que le roi Alphonse VI occupe dans le dernier quart du xie siècle. Pendant deux siècles, Tolède continue à vivre sous l’influence de la culture musulmane. Il s’y superpose ou s’y juxtapose des églises, des synagogues, des mosquées, des rues commerçantes, des ruelles, etc., ce qui confère aujourd’hui à la ville de Tolède une structure et une physionomie très particulières.

Figure 1. Le site de la cathédrale de Tolède

Figure 1. Le site de la cathédrale de Tolède

En haut : Gravure du cartographe Franz Hogenberg, Civitates orbis terrarum, Cologne, 1572
Source. Université hébraïque de Jérusalem et Bibliothèque nationale d’IsraëlEn bas : Plan ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amalia María Yuste Galán, Jean Passini et Françoise Pirot, « Les ateliers de tailleurs de pierre du cloître de la cathédrale de Tolède (Espagne) », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-2 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5440

Haut de page

Auteurs

Amalia María Yuste Galán

Universidad Complutense de Madrid. E-mail : amaliayuste@gmail.com

Jean Passini

Laboratoire de démographie et d’histoire sociale (LaDéHiS, UMR 8558, CNRS et EHESS), 190 avenue de France, 75013 Paris. E-mail : jean.passini@ehess.fr

Françoise Pirot

Membre associée au Centre de recherches sur le Brésil colonial et contemporain (CRBC), laboratoire Mondes américains (UMR 8168, CNRS et EHESS). E-mail : pirot@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page