Navigation – Plan du site
Varia

1827 : la mode de la statistique en France

Origine, extension, personnages
1827: The Trend for Statistics in France. Origin, Extension, Characters
Bernard Ycart
p. 161-194

Résumés

De manière largement indépendante du développement scientifique de la discipline, une mode de la statistique s’est développée en France, à partir de 1827. L’événement déclencheur a probablement été la « Carte figurative de l’instruction populaire » de Charles Dupin, avec sa fameuse ligne Saint-Malo Genève, censée séparer le Nord instruit du Sud ignorant. Produire, sous le nom de « statistique », des descriptions plus ou moins chiffrées sur des sujets les plus variés, est devenu un vecteur d’ambition, un moyen privilégié d’accès à la notoriété. Au-delà des traces littéraires, le phénomène peut être mesuré par sa pénétration sémantique dans la presse. Alors que l’ambition de la plupart des statisticiens amateurs restait strictement descriptive, certains ont su poser la question de la démonstration par les chiffres. C’est d’autant plus remarquable que, au sein de la science institutionnelle, les techniques d’inférence statistique, introduites par Laplace dès la fin du siècle précédent, ont longtemps été largement ignorées.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. La carte de Dupin et ses conséquences
La ligne Saint-Malo Genève
La statistique morale d’Andraud
2. Un développement exubérant
Occurrences dans le Journal des Débats
Personnages de théâtre et de roman
Perceptions de la discipline
3. Vers une certaine rigueur
Laplace et ses héritiers
Deux amateurs scrupuleux
4. L’extension du phénomène

Aperçu du début du texte

Passé l’« âge d’or de la statistique régionale » sous Napoléon, la Restauration avait amené à la discipline, son lot de difficultés politiques et de mutations idéologiques-. Au début du règne de Charles X, quelle ambition pouvaient avoir les héritiers de ces érudits de province qui avaient si activement contribué aux statistiques de leurs départements sous le consulat ? Combien parmi eux auraient parié sur l’essor de la discipline ? Lesquels auraient pu deviner qu’ils préféreraient bientôt se déclarer « statisticien » plutôt que savant, ou bien qu’ils publieraient leurs observations archéologiques ou botaniques sous le nom de « statistiques ». Pourtant, en 1830, Balzac dans un article intitulé « De la mode en littérature » écrivait :

« Enfin, le moindre cacographe est membre d’une société savante, et ceux qui ne savent rien ou ne peuvent pas écrire comptent les fontaines de Paris, examinent les couleurs des numéros que le préfet impose aux maisons, et se prétendent occupés de statist...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Ycart, « 1827 : la mode de la statistique en France », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-1 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 27 mars 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5333

Haut de page

Auteur

Bernard Ycart

Laboratoire Jean Kuntzmann, Université Grenoble Alpes, 51 rue des mathématiques, 38041 Grenoble cedex. E-mail : bernard.ycart@imag.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page