Navigation – Plan du site
La pierre et la terre

Les effets pervers du contrôle des loyerssur la mobilité résidentielle : une fausse évidence ?

(Lyon 1900-1968)
The Adverse Effects of Rent Control on Residential Turnover: Not So Clear-Cut After All? (Lyon 1900-1968)
Loïc Bonneval
p. 61-83

Résumés

Cet article porte sur les effets du contrôle des loyers sur la mobilité résidentielle. On affirme fréquemment que le contrôle des loyers provoque une réduction de la rotation des locataires, au détriment des nouveaux ménages cherchant à se loger. En nous appuyant sur les registres de comptabilité d’un administrateur de biens lyonnais entre 1900 et 1968 (période marquée par plusieurs mesures d’encadrement des loyers), nous montrons que le lien entre contrôle des loyers et baisse de la mobilité résidentielle n’est réellement évident que dans les années 1960. Ce résultat invite à relativiser le poids de l’effet pervers, prégnant dans les travaux sur ce thème.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Contrôle des loyers et rhétorique de l’effet pervers
2. Un blocage de la mobilité ?
Une source pour l’étude des loyers
Une concomitance entre les loyers et la mobilité ?
Un effet propre du contrôle des loyers ?
3. La reprise de bail et la sous-location : importance des adaptations informelles aux contraintes du marché
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le contrôle des loyers, qui a marqué le marché du logement en France et dans d’autres pays tout au long du xxe siècle, est inséparable d’une catégorie d’analyse et de discours qui a constamment servi de prisme à son intelligibilité : l’effet pervers. Bien que ses différentes appellations (moratoire, blocage, encadrement, taxation, gel…) recouvrent des dispositifs distincts (aucune hausse permise ou hausses encadrées, contrôle en cours de bail ou à la relocation, etc.) et des configurations différentes, il a systématiquement suscité un discours de dénonciation et un argumentaire dont les grands traits varient assez peu et que l’on a pu retrouver autour de la mise en place de la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (loi ALUR votée en 2014), qui prévoyait un renforcement de l’encadrement des loyers. La dénonciation de l’encadrement des loyers réunit souvent des approches idéologiques, ou pour le moins politiquement marquées par leur adhésion à la « cause des propriétaire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Bonneval, « Les effets pervers du contrôle des loyerssur la mobilité résidentielle : une fausse évidence ? », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-1 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 23 mai 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5306

Haut de page

Auteur

Loïc Bonneval

Université Lyon 2, Centre Max Weber UMR 5283, Équipe Modes, espaces et processus de socialisation. E-mail : Loic.Bonneval@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page