Navigation – Plan du site
La pierre et la terre

Un marché foncier « impersonnel » ?

L’exemple de Tourouvre-au-Perche (1560-1660)
An “Impersonal” Real Estate Market ? The Case of Tourouvre-au-Perche (1560-1660)
Jérôme Luther Viret
p. 3-41

Résumés

Cette étude du marché foncier percheron vise de façon académique à savoir qui achète et qui vend, quelle sorte de biens et à quelles conditions financières. L’étude, réalisée à partir de 2 465 contrats de vente, porte sur une période négligée par les historiens. Il s’agit de la première modernité, et plus précisément des années 1560 à 1660. Le travail vise encore à mesurer la part des opérations familiales, l’importance aussi du critère de proximité. Il montre l’importance de l’endettement, décrit les modalités de paiement. L’article cherche aussi à déterminer si le marché est plutôt dominé par l’offre ou par la demande, à l’aide notamment des ventes avec faculté de rachat. La durée de validité des clauses de rachat et le prix de vente invitent à regarder les ventes assorties de cette faculté comme d’authentiques ventes plutôt que comme des opérations de crédit. La prise en compte de l’origine des biens vendus montre enfin que le marché ne pouvait pas être « impersonnel ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Conjoncture, acteurs et volumes
Les vendeurs et les acheteurs
Les rassembleurs
2. Le marché : une question de proximité ?
La présence de la parenté
La participation féminine au marché foncier
3. Les ventes contraintes
Les modalités de règlement
Conclusion

Aperçu du début du texte

Quels paramètres étaient-ils, sous l’Ancien Régime, les plus susceptibles de stimuler le marché foncier ? La réponse des historiens a varié, selon qu’ils étudiaient le xviiie siècle – très favorisé par l’historiographie – ou bien des temps plus reculés, selon qu’il s’agissait d’un pays de monoculture ou de polyculture, de grande ou de petite propriété, selon qu’il y avait ou non en tel ou tel lieu des industries rurales dispersées, un crédit aisément accessible. Les historiens économistes mettent l’accent sur l’importance particulière de la conjoncture tandis que les spécialistes de la famille attirent plutôt l’attention sur le régime successoral et le cycle de vie. Toute la difficulté consiste à articuler et pondérer l’ensemble de ces facteurs, à établir le degré d’attractivité du foncier en tel lieu à telle époque. Pourquoi les uns s’acharnent-ils à devenir propriétaires fonciers quand d’autres se détournent de la terre ? Tandis que Gérard Béaur laisse ouverte la possibilité qu’il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Luther Viret, « Un marché foncier « impersonnel » ? », Histoire & mesure [En ligne], XXXI-1 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 24 février 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5291

Haut de page

Auteur

Jérôme Luther Viret

Histoire moderne, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH), Université de Metz, Île du Saulcy, BP 30309, 57006 Metz cedex 1. E-mail : jerome.viret@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page