Navigation – Plan du site
Provincial estates in composite polities

From Blind Obedience to Informed Consent

Financial and Administrative Knowledge as a Political Tool in some French Provincial Estates during the Ancien Régime, 1751-1789
De l’obéissance aveugle au consentement éclairé. Le savoir financier et administratif comme instrument politique dans quelques états provinciaux de la France d’Ancien Régime, 1751-1789
Jérôme Loiseau
p. 117-146

Résumés

La dernière décennie de l’Ancien Régime en France est marquée par l’émergence de la nécessité d’une transparence financière entrainant une évolution de la science administrative, et notamment de la comptabilité publique. Ces changements se produisirent aussi à l’échelle des États provinciaux. La pression fiscale les poussa à produire une science administrative fondée sur un inventaire notamment de leurs caractéristiques fiscales et financières afin de soutenir des politiques d’amélioration du bien public. Ainsi les états entendaient passer de l’obéissance aveugle au monarque à un consentement éclairé, ce qui leur était interdit depuis Louis XIV.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. The Monarchy and the estates: from coercive taxation to financial control
2. The birth of a provincial panoptical view
3. Towards a science of the provincial estates

Aperçu du début du texte

In 1751, the Roman printer Laurent Carabioni published the first opus of Victor Riqueti, marquis de Mirabeau, entitled Mémoire concernant l’utilité des États provinciaux. With this text the young deputy to the French court of the Assemblée des Communautés et des Procureurs du pays et comté de Provence staked out his position in the political debates that arose in France in the wake of War of the Austrian Succession. Indeed, on the 19th of May 1749, in order to deal with the mountain of debts incurred by the French involvement in this conflict, Jean-Baptiste de Machault d’Arnouville, contrôleur général des Finances, established a new direct tax, the Vingtième (or twentieth), a 5% fixed rate tax on all types of income in the kingdom, regardless of social status. This project encountered much opposition, in particular from the clergy and provincial estates. Opposition from the powerful États de Languedoc was particularly notable and earned them a suspension of their activities from Feb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Loiseau, « From Blind Obedience to Informed Consent », Histoire & mesure [En ligne], XXX-2 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5237

Haut de page

Auteur

Jérôme Loiseau

Université de Bourgogne - Franche-Comté, Laboratoire des Sciences Historiques, 30 rue Mégevand, 25000 Besançon. E-mail: jerome.loiseau@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page