Navigation – Plan du site
La mesure des changements institutionnels

Institutions historiques et développement économique en Afrique

Une revue sélective et critique de travaux récents
Historical Institutions and Economic Development in Africa. A Selective and Critical Survey of Recent Literature
Denis Cogneau et Yannick Dupraz
p. 103-134

Résumés

Cet article effectue une revue sélective de travaux récents d’économistes étudiant l’impact des institutions historiques sur le développement économique en Afrique. Nous discutons d’abord quelques questions conceptuelles impliquées par la mesure des institutions, puis présentons les données rassemblées par l’anthropologue G. P. Murdock et leurs principales critiques. Plusieurs travaux mobilisent à nouveau ces données pour montrer que certaines institutions « ethniques » précoloniales constituent des déterminants fondamentaux des différences de développement contemporaines. Nous commentons ces travaux puis les comparons avec d’autres qui relativisent plutôt les différences institutionnelles héritées de la période coloniale. Nous défendons en conclusion que des comparaisons d’études de cas sont plus fructueuses que des études transversales reposant sur des variations mal contrôlées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. La mesure directe des institutions. Questions de définition
2. Les données de Murdock sur l’Afrique précoloniale et leurs critiques
Ethnographic Atlas et « carte tribale » de l’Afrique
Les critiques faites à Murdock
Ce que les données de Murdock sont ; ce qu’elles ne sont pas
3. Les institutions précoloniales, l’ethnicité, et les données de Murdock
4. La colonisation et les États contemporains
5. La mesure de l’efficacité des institutions par variation comparative

Aperçu du début du texte

Dans le sillage tracé par l’œuvre de Douglass North, l’idée que l’explication ultime des différences de développement économique réside dans certaines institutions historiques, a aujourd’hui beaucoup d’influence, tant en histoire économique qu’en économie du développement. Elle est, en particulier, défendue avec autorité par des auteurs comme Daron Acemoglu et James Robinson. D’importantes contributions récentes n’en remettent pas moins en question cette prééminence des institutions dans les cas de la révolution industrielle en Angleterre, de la divergence entre Europe et Chine ou entre les Amériques. Le cas du continent africain est comme toujours moins étudié, même si la portée de la thèse néo-institutionnaliste dépend crucialement d’une mise à l’épreuve universelle.

La plupart des analystes du développement économique africain conviennent que les États contemporains ne correspondent pas, dans leur mode de fonctionnement comme dans leur action, à l’idéal-type d’un État-nation dével...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Cogneau et Yannick Dupraz, « Institutions historiques et développement économique en Afrique », Histoire & mesure [En ligne], XXX-1 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5189

Haut de page

Auteurs

Denis Cogneau

École d’Économie de Paris (PSE) et Institut de Recherche pour le Développement (IRD), 48 boulevard Jourdan 75014 Paris. E-mail : denis.cogneau@psemail.eu

Yannick Dupraz

École d’Économie de Paris (PSE) et École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris. E-mail : yannick.dupraz@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page