Navigation – Plan du site
La mesure des changements institutionnels

Dette usurière et mouvements sociaux dans le Japon moderne (1868-1937)

Vers une institutionnalisation de l’offre de crédit social ?
Usury and Social Movements in Modern Japan (1868-1937). Institutionalising a Social Credit System
Adrienne Sala
p. 43-68

Résumés

Durant la période de modernisation du Japon, le crédit bancaire est rationné pour financer l’industrie, et les institutions de crédit adressées aux paysans manquent cruellement. De ce fait, le recours au financement par le prêt sur gage et le prêt personnel demeure très courant. Cet article propose de retracer la genèse des institutions destinées à approvisionner le marché du crédit et à faire échapper à l’usure depuis l’ère Meiji à la Seconde Guerre mondiale. On s’intéresse à l’évolution du rapport de force entre les ruraux, les prêteurs et l’État dans un climat social et économique instable. L’établissement d’institutions de crédit public est le résultat d’un compromis sur lequel il importe de revenir pour comprendre la relation entre le progrès social et les conflits d’intérêt dans le Japon moderne.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Japon
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Dette rurale et avancées sociales de 1870 à 1910
Premières propositions de loi pour contrôler l’activité de crédit
Opposition à la loi d’encadrement de l’activité des Shichiya
2. Les premières formes de crédit social
Développer la « finance populaire »
Avancées sociales dans un climat de grande instabilité économique et sociale, 1910-1930
Crise de la dette des paysans
3. Vers une gestion de la dette rurale
Conflit interne et compromis fondé sur des intérêts communs
Développement de la finance populaire sous contrôle du ministère des Finances

Aperçu du début du texte

Le développement économique du Japon moderne a largement été analysé sous l’angle du « sacrifice » des campagnes pour financer l’industrialisation. L’étude de l’endettement des paysans a suscité l’intérêt des historiens de l’économie japonaise, et fait, à part entière, partie de l’histoire sociale du Japon, à l’origine notamment des mouvements de revendications (ikki) depuis la période du Moyen Âge (xive-xvie siècle).

À la fin du xixe siècle, pour répondre aux besoins de financement de l’industrie naissante, le gouvernement central a développé activement le secteur bancaire délaissant, par ailleurs, l’institution d’organismes de crédit chargés de soutenir l’économie rurale. Les paysans avaient par conséquent toujours recours à des formes traditionnelles de financement proposées par les prêteurs marchands, kashikingyôsha, et les prêteurs sur gage, shichiya.

Malgré une riche historiographie consacrée au problème de l’endettement des paysans dans la période moderne, la création d’institu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrienne Sala, « Dette usurière et mouvements sociaux dans le Japon moderne (1868-1937) », Histoire & mesure [En ligne], XXX-1 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5169

Haut de page

Auteur

Adrienne Sala

EHESS Inalco, 190-198 avenue de France, 75013 Paris. E-mail : adrienne.sala@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page