Navigation – Plan du site
Varia

Mesurer le coût de la prévoyance sociale

Les mutualistes grenoblois et la gestion des retraites (1850-1914)
Measuring the Cost of Social Security Provisions. The Mutual Benefit Societies of Grenoble and Pension Fund Management (1850-1914)
Julien Caranton
p. 165-200

Résumés

Au milieu du xixe siècle, une partie de l’élite politique et économique française, inspirée par le modèle anglais des friendly societies, encourage les mutualistes à adopter une organisation « scientifique et rationnelle ». La prise en charge des « vieux travailleurs » amène les mutualistes grenoblois à tenter d’approcher le juste coût de la prévoyance sociale. Ce phénomène induit une complexification du savoir-faire mutualiste qui se traduit par l’intégration partielle des techniques actuarielles dans certaines sociétés. Mais au cours des deux dernières décennies du siècle, ces ambitions se heurtent à des obstacles conjoncturels et structurels difficilement contournables.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. L’apprentissage du coût de la prévoyance sociale (1850-1883)
Sensibiliser les mutualistes
Le tournant des retraites mutualistes
Les enjeux sociaux de la retraite
Les bienfaiteurs et le financement des retraites
Maîtriser l’épargne sur la durée
Anticiper le coût de la prévoyance sociale
2. La gestion à l’épreuve de l’incertitude (1883-1914)
L’effondrement des revenus mutualistes
L’affaiblissement des rendements mutualistes
La multiplication des sociétés
Des outils techniques obsolètes
3. La gouvernance en question
Le coût de l’indépendance
Les mutualistes grenoblois et la « rationalisation scientifique » : une position médiane
Une mutualité indépendante
Le compromis grenoblois (début du xxe siècle)
L’Union Mutualiste de l’Isère et la question des retraites 

Aperçu du début du texte

Au début du xixe siècle, en raison de leur activité sociale, les sociétés de secours mutuels sont les seules associations professionnelles tolérées. Gérées bénévolement par des sociétaires élus en assemblées générales, elles prennent essentiellement en charge le secours maladie. Comme le souligne Henri Hatzfeld, la nature et le montant des prestations diffèrent localement et selon leur recrutement : professionnel/interprofessionnel, masculin/féminin. Soumises à une autorisation des pouvoirs publics, elles connaissent une forte expansion lorsque les mutualistes obtiennent le droit de s’associer librement en 1848. Cette liberté prend fin avec la loi du 15 juillet 1850, qui permet aux sociétés qui le souhaitent de se déclarer d’utilité publique. Celles-ci bénéficient d’un taux d’intérêt de 4,5 % à la Caisse des dépôts. Leurs prérogatives s’attachent à la distribution de secours temporaires aux sociétaires malades, blessés ou infirmes. En raison d’un cadre administratif contraignant, ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Caranton, « Mesurer le coût de la prévoyance sociale », Histoire & mesure [En ligne], XXX-1 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5139

Haut de page

Auteur

Julien Caranton

Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR CNRS 5190, UPMF Grenoble 2), MSH-Alpes, BP 47, 1221 avenue centrale, 38040 Grenoble cedex 9, France. E-mail : julien.caranton@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page