Navigation – Plan du site
Trajectoires d’épuration-réintégration

Les agents et dirigeants de la SNCF, épurés sous Vichy, épurés après Vichy. Regard croisé autour de la réintégration

Purges During Vichy, Purges After Vichy: A Comparative Analysis of the Reinstatement of SNCF Workers and Leaders
Charlotte Pouly
p. 135-154

Résumés

Cet article interroge le couple épuration-réintégration à travers la Société nationale des Chemins de fer français (SNCF), sur le temps moyen des césures politiques et de la conjoncture économique de 1936 aux années 1960, en optant pour une démarche comparative afin d’élaborer une typologie exploratoire. Il s’agit de mesurer les dispositions prises à l’égard des agents et dirigeants, épurés et réintégrés, pendant ou après Vichy, en insistant sur le chevauchement symptomatique d’après-guerre. Nous observons ainsi des écarts qualitatifs et quantitatifs entre le temps court de la réintégration massive des agents communistes dès 1944 et le temps moyen des réintégrations et conversions individuelles d’agents et de dirigeants à partir de 1947. Épurations et réintégrations semblent ici plurielles, à géométrie variable et les dernières ne sont pas toujours synonyme de désépuration.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

1936-1960
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Du Front populaire au GPRF : l’étrange destin politique et administratif des agents « communistes », des épurations à la réintégration
Du Front populaire à Vichy : les épurations
Réintégrer les communistes : restituer, réparer, désépurer (1944-1945)
Mesurer la séquence épuration-réintégration
2. Dirigeants et agents : épurer puis désépurer Vichy ? (1944-années 1960)
Des épurations à géométrie variable (1944-1948)
Amnistie et réintégration : désépurer Vichy ?

Aperçu du début du texte

« La République française rend témoignage à la Résistance dont le combat […] a sauvé la Nation. C’est dans la fidélité à l’esprit de la Résistance qu’elle entend que soit aujourd’hui dispensée la clémence. L’amnistie n’est pas une réhabilitation, ni une revanche. »

L’histoire des épurations autour de Vichy est récente dans l’historiographie. En 1985, Peter Novick offre une première synthèse mais il faut attendre le « tournant baruchien », et les années 2000, pour que le couple épuration-réintégration soit considéré comme un champ d’étude à part entière. Désormais, il convient de s’intéresser à toute « l’épaisseur sociale du phénomène » tel qu’il est « vécu et perçu » par les acteurs d’en haut et d’en bas. Les représentations sociales, et le « ressentiment », peuvent parfois expliquer des « revanches épuratrices ». En variant les temporalités et les échelles d’analyse, l’objet peut être élargi en « amont comme en aval » pour interroger l’impact des « ruptures, transitions et consolida...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Pouly, « Les agents et dirigeants de la SNCF, épurés sous Vichy, épurés après Vichy. Regard croisé autour de la réintégration », Histoire & mesure [En ligne], XXIX-2 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5115

Haut de page

Auteur

Charlotte Pouly

Doctorante en histoire économique et sociale, IDHE.S-IHES Paris 1 : Des hommes et des rails. Les échelles de la Collaboration économique ferroviaire franco-allemande à travers la SNCF, 1939-1945. Sous la direction de Michel Margairaz. E-mail : Charlotte.Pouly@ac-creteil.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page