Navigation – Plan du site
Trajectoires d’épuration-réintégration

Servir la République après avoir juré fidélité à Napoléon III

Les réintégrations sans épuration des commissaires de police
Serving the Republic After Swearing Allegiance to Napoleon III: Reinstatements Without Purge of Police Superintendants
Laurent López
p. 107-134

Résumés

Si les épurations et les réintégrations suscitées par la transition du Second Empire à la Troisième République sont désormais mieux connues pour certaines catégories de fonctionnaires et pour la gendarmerie, les convulsions vécues par le corps des commissaires de police demeurent largement hypothétiques. Or, au soir du 4 septembre 1870, le sort de la Sûreté générale et de ses policiers au ministère de l’Intérieur – symboles du régime impérial honni – est explicitement mis en question par les nouveaux gouvernants. Néanmoins, le régime qui s’implante a besoin d’une force publique. Avant d’éventuelles réintégrations, l’épuration annoncée a-t-elle eu lieu ? Qui sont les hommes conservés ? Le processus est-il égal à l’échelle nationale ou des considérations locales s’imposent-elles ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Des milliers de commissaires de police en fiches
2. Les répliques administratives de séismes politiques : 1870, 1877
3. Des carrières interrompues, des carrières poursuivies : des mutations qui ne sont pas synonymes d’épuration
4. « Dayre montrera autant de zèle pour servir la République qu’il en a déployé naguère pour la combattre »

Aperçu du début du texte

John Merriman avance de façon convaincante que « durant la Restauration, la compétence professionnelle devint prépondérante dans les évaluations systématiques des policiers ». Après la révolution de 1848, Marc Caussidière est nommé à la tête de la préfecture de police ; Louis Canler, qui devint chef du service de la Sûreté en mars 1851, après l’éviction de ce dernier, estime que « sous son administration personne ne fut révoqué à la préfecture ». À en croire l’historien et le mémorialiste, les commissaires de police n’auraient finalement pas souffert outre mesure des changements de régime politique avant la Troisième République. En revanche, selon Vincent Wright, les commissaires de police – comme les préfets – démissionnèrent en masse en septembre 1870 et en 1877 car « parfaitement conscients du sort qui leur était réservé », ils s’infligèrent une « auto-épuration ». L’appréciation est accréditée par ce commissaire contemporain des événements évoqués suggérant que les effectifs pol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « Servir la République après avoir juré fidélité à Napoléon III », Histoire & mesure [En ligne], XXIX-2 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5102

Haut de page

Auteur

Laurent López

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au CESDIP (CNRS/UMR 8183) et au Centre d’Histoire du xixe siècle (universités Paris I-Paris IV). E-mail : laurent.lopez8@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page