Navigation – Plan du site
Dispositifs et logiques de réintégration

La réintégration des fonctionnaires des États napoléoniens par les États allemands : l’exemple de la Prusse

The Reinstatement of Napoleon’s Civil Servants by the German States: The Prussian Example
Nicola Peter Todorov
p. 23-46

Résumés

Après la période napoléonienne, les agents des États créés par Napoléon furent intégrés plus ou moins facilement par les vainqueurs de 1814. Le cas hanovrien d’une « épuration » suivie d’une réhabilitation massive a été opposé au cas prussien d’une réinsertion facile suivie d’une politique de recrutement plus stricte, fondée sur les critères de la confession protestante et de la fidélité durant les années napoléoniennes. Une enquête menée en 1820 par le gouvernement prussien sur les fonctionnaires sans emploi dans les provinces conquises ou touchant un salaire moindre que sous Napoléon sera utilisée pour tester la pertinence de cette hypothèse et pour voir dans quelle mesure l’expérience napoléonienne a réellement dicté la politique prussienne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Une épuration apparemment limitée
2. Une épuration cachée par la réorganisation ?
3. Les principes de la réintégration : fidélité, compétence ou pitié ?

Aperçu du début du texte

La conquête napoléonienne a conduit à l’extension de l’organisation administrative française à d’autres territoires européens, comme le royaume de Westphalie, le grand-duché de Berg, les départements hanséatiques, le grand-duché de Varsovie ou encore la République de Danzig, recrutant massivement dans le groupe des serviteurs des anciens princes. Après la défaite française de Leipzig en octobre 1813, le roi du Hanovre (l’ancien électeur), celui de Prusse, le landgrave de Hesse ou le duc de Brunswick recouvrèrent leurs possessions. De nombreux agents des anciens princes, entrés au service de Napoléon ou de son frère Jérôme Bonaparte, se trouvaient donc dans l’attente d’être repris par leurs anciens maîtres, mais aussi, comme dans le cas du Hanovre, confrontés avec l’accusation « d’avoir pris du service chez l’ennemi ».

L’historiographie a plus ou moins utilisé la dichotomie terminologique « collaboration/résistance » provenant d’autres périodes historiques pour l’ère napoléonienne, af...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicola Peter Todorov, « La réintégration des fonctionnaires des États napoléoniens par les États allemands : l’exemple de la Prusse », Histoire & mesure [En ligne], XXIX-2 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/5056

Haut de page

Auteur

Nicola Peter Todorov

Centre d’histoire du xixe siècle, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris, France. E-mail : nicola.todorov@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page