Navigation – Plan du site
Mesure des inégalités scolaires

Les inégalités ethniques et confessionnelles dans les performances scolaires des bacheliers en Hongrie (1851-1918)

Ethnic and Religious Inequalities in the Academic Performance of High School Graduates in Hungary (1851-1918)
Viktor Karady
p. 167-194

Résumés

Cet article montre l’impact des diversités confessionnelle et ethnico-culturelle dans la formation des élites cultivées modernes en Hongrie. La période permet d’analyser les effets de la politique de « nationalisation » des élites (1851-1918) et de s’interroger sur leurs transformations suite aux bouleversements postérieurs (révolution, occupations, etc.). Le système de formation, outre ses visées pédagogiques, y a joué une fonction assimilatrice, en promouvant l’homogénéité culturelle et la loyauté nationale. Les inégalités scolaires sont observées au moment de la préparation au baccalauréat. Le taux de scolarisation et les inégalités de performances des élèves sont rapportées à la religion et à l’ascendance ou à l’origine ethnique (méthode patronyme). Il en ressort que la hiérarchie des performances épouse celle des fréquentations scolaires et la religion et l’ethnicité jouent un rôle décisif comme facteurs d’excellence (notamment dans les classes moyennes et supérieures). De même, les trajectoires scolaires longues et « nobles » constituent la principale voie d’assimilation des minorités allogènes en mobilité ascendante (juifs et Allemands surtout). Des pistes d’interprétation de ces inégalités sont esquissées et croisent différentes rubriques : mobilité socio-culturelle, urbanisation distinctive, assimilation nationale et compensation des handicaps sociaux, structure socio-professionnelle de départ, capitaux culturels reçus en héritage historique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Le système éducatif élitaire dans la Hongrie postféodale
2. Une analyse des inégalités de scolarisation et des performances scolaires
Taux de scolarisation d’après les critères ethniques et religieux
Taux de performance d’après les notations
3. L’effet des variables complémentaires des performances scolaires
La variable religieuse dans le temps
La variable socio-professionnelle
La variable de l’origine géographique et régionale

Aperçu du début du texte

Le processus de formation des élites hongroises s’inscrit dans un grand mouvement de modernisation engagé depuis le Vormärz, « ère des réformes » (1825-1848), menée sous la houlette de la noblesse libérale. En 1843, la reconnaissance du hongrois comme langue d’État, remplaçant le latin dans la sphère judiciaire, législative et éducative, s’est accompagnée de la création d’une infrastructure culturelle « nationale » – académie des sciences, théâtres, bibliothèques, musées, etc. – ainsi que de la magyarisation progressive des élites allogènes. Cet effort de modernisation administrative et économique a soutenu les mouvements d’acculturation des minorités nationales (juifs, Allemands, Slovaques) et débouché sur une égalisation des conditions statutaires des citoyens. Ce processus repose sur la loi de semi-émancipation des juifs en 1840, puis sur celles successives d’émancipation définitive en 1849 et 1867, l’admission des roturiers scolarisés à la fonction publique en 1841, la suppressi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viktor Karady, « Les inégalités ethniques et confessionnelles dans les performances scolaires des bacheliers en Hongrie (1851-1918) », Histoire & mesure [En ligne], XXIX-1 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/4974

Haut de page

Auteur

Viktor Karady

Central European University, Department of History, Nador u. 9, 1051 Budapest, Hungary. E-mail : karadyv@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page