Navigation – Plan du site
Statistiques et politiques éducatives

La statistique éducative, outil de gouvernement et de mobilisation des enseignants ? Le cas de l’enquête de l’an VII sur les écoles centrales

Educational Statistics, a Tool of Government and of Teacher Mobilization? The Year VII Survey of the Écoles Centrales
Caroline Ehrhardt et Renaud d’Enfert
p. 9-40

Résumés

Cet article considère l’enquête sur les écoles centrales lancée le 20 floréal an VII (9 mai 1799) par le ministre de l’Intérieur, N.-L. François de Neufchâteau, comme un objet statistique en soi, historiquement situé, ceci à partir des mathématiques. Il s’agit, d’une part, de comprendre la genèse et la logique de l’enquête en tant qu’outil de gouvernement, et d’autre part, de reconstituer les modalités de son exploitation, c’est-à-dire les pratiques statistiques mises en œuvre dans son traitement. Après s’être placé du côté des enquêteurs pour mettre au jour la grille selon laquelle ils cherchaient à interpréter l’enseignement secondaire de leur temps, on s’attachera à saisir, symétriquement, le sens qu’a pu prendre cette enquête pour les enquêtés eux-mêmes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Les enjeux de l’enquête
La statistique d’État : un outil intellectuel qui fonde une pratique ministérielle
Une enquête partie prenante d’une politique éducative globale
2. La fabrication de l’enquête de l’an VII et son traitement
Le Conseil d’instruction publique : un comité d’experts pour fabriquer l’enquête
Le traitement de l’enquête par le Conseil
3. Effets et usages
Usages politiques
Un objectif de gouvernement autre que statistique : mobiliser les enseignants
4. Les enquêtés : le cas des professeurs de mathématiques
L’art de répondre à un questionnaire
Répondre pour informer ?

Aperçu du début du texte

Bien qu’ayant fonctionné une dizaine d’années seulement à partir de 1795, les écoles centrales bénéficient d’une historiographie abondante. Les bilans de la Révolution française en matière d’éducation, qu’ils aient été dressés par les contemporains immédiats, pendant la Troisième République, ou plus tard, lors de la vague de travaux suscités par les célébrations du bicentenaire, ont en effet présenté les écoles centrales tantôt comme un modèle, tantôt comme un repoussoir, tantôt comme le symbole de la transition entre l’Ancien Régime et le système éducatif contemporain. Cette historiographie a pour première particularité de recouvrir les enjeux qu’a revêtus l’écriture de l’histoire de l’enseignement depuis presque 200 ans. Une seconde particularité est qu’elle reflète les intérêts et les prédilections méthodologiques des historiens. À l’imposante accumulation de données positives de la fin du xixe siècle – toujours utile pour peu que l’on prenne garde à son caractère orienté – s’est...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Ehrhardt et Renaud d’Enfert, « La statistique éducative, outil de gouvernement et de mobilisation des enseignants ? Le cas de l’enquête de l’an VII sur les écoles centrales », Histoire & mesure [En ligne], XXIX-1 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/4899

Haut de page

Auteurs

Caroline Ehrhardt

Université Paris 8, Département mathématique et histoire des sciences, 2 rue de la Liberté, 93 526 Saint-Denis, France. E-mail : caroline.ehrhardt@univ-paris8.fr

Renaud d’Enfert

Université de Cergy-Pontoise, Institut d’éducation, 5 rue Pasteur, 78 100 Saint-Germain-en-Laye, France. E-mail : renaud.denfert@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page