Navigation – Plan du site
Art et mesure (2)

Sociabilités et réseaux littéraires au sein du sous-champ belge francophone de l’entre-deux-guerres

Sociability and Literary Networks within the Subfield of the Belgian French Interwar Period
Björn-Olav Dozo
p. 43-72

Résumés

Les écrivains actifs durant l’entre-deux-guerres en Belgique francophone fréquentaient de nombreux lieux de sociabilité, que cet article propose d’étudier dans une perspective réticulaire. L’analyse met en avant une catégorie particulière souvent ignorée du personnel littéraire, les animateurs de la vie littéraire, dont les principaux profils sont examinés qualitativement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Pour une introduction aux francophonies littéraires, voir M. Beniamino, 1999.
  • 2 . La relation de la production littéraire belge francophone avec la production française sert de f (...)
  • 3 . Meylaerts, R., 2004.
  • 4 . Verbruggen, C., 2006.

1La littérature francophone belge a toujours posé un problème de définition : comment qualifier une production écrite en français mais qui n’est pas produite en France ? Si cette interrogation trouve des échos dans toutes les littératures de la francophonie1, le cas belge ajoute à la dimension linguistique une dimension géographique. La proximité de la France et de la Belgique soulève ainsi une autre question : une frontière politique suffit-elle à différencier une littérature ? Ce problème est au fondement de l’historiographie littéraire belge francophone, à tel point que la périodisation la plus communément admise pour l’histoire de la littérature belge renvoie aux rapports de la littérature belge avec la France. De ce point de vue, l’entre-deux-guerres marque le début de la « phase centripète »2, caractérisée par des interconnexions entre Flandre et Wallonie3 moins nombreuses qu’à la Belle Époque4 et par une volonté d’assimilation à la littérature française.

2L’histoire de la littérature belge, on le sait, a longtemps été prisonnière de l’opposition entre arguments nationaux et arguments linguistiques. D’un côté, l’accent était mis sur l’unité nationale, sur la spécificité d’une littérature qui mobilise des thématiques germaniques dans une langue latine ; d’un autre côté, le français, langue littéraire par excellence, servait de dénominateur commun entre la littérature belge et la française. Tout cela n’est pas neuf.

  • 5 . Bourdieu, P., 1985, p. 5.
  • 6 . Denis, B., 2005, p. 179.

3En vue de faire la synthèse de ces deux positions, Denis propose de recourir à la notion de sous-champ, inspirée de l’idée de « marché protégé » évoquée par Bourdieu5 pour parler du littéraire belge. Le concept laisse la possibilité de tenir compte du rassemblement géographique des littérateurs belges et de pointer la plus ou moins grande dépendance qu’entretient l’espace littéraire belge avec le champ littéraire français. Par sous-champ, l’auteur entend un espace littéraire inclus dans un espace plus vaste et placé sous la domination de celui-ci, mais qui, à certains égards et sous certaines conditions, parvient à se soustraire partiellement à son pouvoir d’imposition, ce qui se manifeste notamment par la capacité de ce sous-champ à générer une structure interne et des logiques de fonctionnement qui lui sont propres6.

  • 7 . En première approximation, je laisserai de côté les conséquences de l’import de normes externes (...)

4La plasticité du concept offre la possibilité d’un découpage fin de l’objet, nécessaire pour étudier les rapports complexes qu’entretiennent la Belgique et la France : d’un côté, on repère la domination en Belgique francophone du « modèle littéraire français », c’est-à-dire l’incorporation de normes littéraires importées (et souvent datées) ; de l’autre, on peut isoler, pour des besoins heuristiques, la vie littéraire belge francophone, au sein de laquelle est produite une littérature spécifique. On retrouve ainsi l’idée de Denis : cette littérature est le fruit tant des normes externes intégrées que des contraintes propres au sous-champ7 :

  • 8 . Denis, B., 2005, p. 181-182.

5« Du point de vue de l’organisation interne du champ, on constatera que la logique des ruptures distinctives et de la succession des écoles n’est guère présente en Belgique et que l’activité littéraire s’y développe davantage à travers la constitution de réseaux de connivences et d’alliances, qui induisent de la sorte une grande plasticité dans la distribution des positions à l’intérieur du sous-champ ».8

  • 9 . Institution étant à entendre dans le sens que lui donne J. Dubois, 2005.

6Cette idée de spécificité organisationnelle de l’espace littéraire belge est reprise dans l’introduction au volume Les Réseaux littéraires, cosignée par Paul Aron et Benoît Denis. Les auteurs soutiennent l’hypothèse d’une logique réticulaire du fonctionnement des « institutions littéraires faibles »9, telles que la littérature belge.

  • 10 . Aron, P. & Denis, B., 2006, p. 15.

7On pourrait avancer l’idée que le réseau s’avère un instrument particulièrement bien adapté à la description et à l’analyse des « formes » littéraires dominées (par exemple, les littératures périphériques, régionalistes, ou les paralittératures) : il ne s’agit pas ici de postuler que le réseau est le mode d’organisation et de fonctionnement spontanément choisi par les agents dominés pour faire pièce à la domination du centre, mais que la faiblesse en capital symbolique peut éventuellement se traduire par une difficulté à s’organiser sur les modèles du groupe ou de l’école, laissant la place à des formes plus souples et plus floues d’apparentement ou de structuration10.

  • 11 . Fréché, B., 2005 & de Marneffe, D., 2007.

8Pour examiner les effets de cette organisation interne et évaluer la cohésion effective du sous-champ littéraire belge, l’étude des lieux de sociabilité menée ici repose sur la rencontre de deux conceptions du réseau que les spécialistes tendent généralement à différencier : le réseau comme métaphore heuristique des formes de sociabilité et le réseau comme outil d’analyse structurale des données relationnelles, outil mobilisé lui aussi dans une perspective heuristique. Concernant un objet pour lequel la métaphore des formes de sociabilité a donné lieu à des travaux novateurs11, il semble pertinent d’interroger les apports d’une approche réticulaire quantitative appliquée aux relations entre les lieux de sociabilité des littérateurs belges durant l’entre-deux-guerres. Pour ce faire, je mobiliserai une analyse structurale des relations sociales, fondée sur l’appartenance des agents à un ou plusieurs de ces lieux, afin de mettre en évidence le rôle particulier que certains littérateurs ont joué au sein de ce sous-champ.

1. Prosopographie des écrivains du corpus

  • 12 . Le ciel (Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire) est une collaboration entre l’Unive (...)
  • 13 . Une version publique de la base, qui est toujours en développement, est déjà accessible à l’adr (...)
  • 14 . Elle reprend en particulier les informations recueillies dans les travaux antérieurs existants, (...)
  • 15 . Cette définition du Belge permet de tenir compte de cas limites comme Henri Michaux, qui prend l (...)
  • 16 . L’activité littéraire est définie en creux, dans un but pratique de constitution de la base de d (...)
  • 17 . Le corpus actuel est un corpus de départ. La base sera ouverte aux auteurs belges de toutes les (...)
  • 18 . Chaque écrivain a une fiche d’identification principale, reliée à une série de tables secondaire (...)
  • 19 . Denis et Klinkenberg situent les prémisses de l’esthétique néo-classique durant l’entre-deux-gue (...)

9La base de données relationnelle constituée par le ciel12 sur les auteurs, les œuvres et les revues belges francophones entre 1920 et 196013 recense toutes les données prosopographiques disponibles sur le personnel littéraire belge francophone14, défini de façon très large comme toute personne physique qui a eu la nationalité belge à un moment de sa vie15 et qui a eu une activité littéraire16 en langue française entre 1920 et 196017. Elle permet de reconstituer les profils sociaux et littéraires de 210 écrivains belges18 participant à au moins un lieu de sociabilité littéraire durant l’entre-deux-guerres. Cette période, qui marque, nous l’avons vu, le début de la deuxième grande période littéraire en Belgique, constitue un moment de rencontre entre plusieurs esthétiques naissantes et finissantes19, particulièrement intéressant à étudier sur le plan des sociabilités littéraires.

  • 20 . Les informations relatives aux dernières études entamées distinguent sept catégories : études pr (...)
  • 21 . Dozo, B.-O., 2007b.
  • 22 . Dozo, B.-O., 2007c.
  • 23 . En l’absence d’une catégorisation socioprofessionnelle similaire à celle proposée par l’insee en (...)
  • 24 . Pour le lieu d’origine comme pour le lieu des études secondaires et des études supérieures, 4 ca (...)

10La base de données du ciel permet notamment de retracer la trajectoire scolaire et universitaire de ces auteurs20. La place occupée par les études de droit ou par les études de philosophie et lettres répond à une particularité des écrivains de l’entre-deux-guerres en Belgique, qui s’inscrivent majoritairement dans ces cursus. Un basculement générationnel est ainsi observable sur le corpus des académiciens : les deux premières générations ont fréquenté les cours de droit, là où les suivantes se sont tournées vers des études en philosophie et lettres21. Cette tendance existe aussi sur un corpus plus large (les écrivains belges francophones ayant publié une œuvre au moins durant l’entre-deux-guerres), mais de manière moins marquée, du fait de l’hétérogénéité sociale plus grande de la population22. Les professions exercées23 permettent également de rendre compte de la réalité spécifique des écrivains à cette époque. Quant aux catégories « géographiques »24 (origine et lieu d’étude), elles visent à mettre en évidence les logiques de déplacement au sein du pays.

  • 25 . Les prix obtenus sont distingués selon leur origine, belge ou française.
  • 26 . Le type d’éditeur est ainsi défini selon l’origine géographique et littéraire (belge, franco-bel (...)
  • 27 . Cette variable comporte 10 modalités : anthologie ; conférence et discours ; conte ; essai y com (...)
  • 28 . Piron, S., 1998.

11Trois critères permettent également de définir un profil littéraire rapide : les genres pratiqués, les éditeurs et la reconnaissance que confère l’obtention d’un prix littéraire25. Ces informations sont d’autant plus intéressantes que l’édition littéraire en Belgique francophone durant l’entre-deux-guerres constitue une sorte de trou noir pour la discipline. Pour une première approche, les stratégies des éditeurs peuvent être saisies par l’analyse des lieux de publication et par la forme d’édition26 : on sait en effet que la période – et en particulier l’après-Première Guerre – est propice à l’apparition de revues littéraires, dont certaines se développent pour donner naissance à de petites maisons d’édition. Quant à la liste des genres pratiqués27, elle est volontairement diversifiée, afin de rendre compte de la grande polygraphie28 des auteurs belges francophones. Les cantonner à un genre, arbitrairement sélectionné comme étant le plus représentatif d’un écrivain, n’aurait que peu de sens dans ce contexte.

12Enfin, est également mentionnée la participation à six lieux de sociabilité à forte fréquentation (Groupe Moderne d’Art de Liège, Groupe du Lundi, Groupe de la Renaissance d’Occident, Scriptores Catholici, Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique, pen Club  et mouvance surréaliste). Ces principaux lieux de sociabilité ont participé à la description des profils sociolittéraires. Ils offriront un point de comparaison avec la deuxième partie de l’article. Parmi eux, les différents lieux surréalistes ont été regroupés par un hyperonyme, « mouvance surréaliste ».

  • 29 . Dans l’analyse factorielle, cette variable a été projetée en modalité supplémentaire et non util (...)

13Pour rendre compte de l’évolution générale du personnel littéraire et réintroduire une forme de dynamisme dans cette « coupe synchronique longue », l’appartenance générationnelle, en six générations socio-littéraires, a également été prise en compte dans l’analyse29. Il ne s’agit pas de classes d’âge au sens strict, mais plutôt de générations sociolittéraires : pour chaque écrivain, l’appartenance à une classe d’âge, objective, a été corrigée par l’âge moyen des écrivains avec qui il entretient une relation au sein des lieux de sociabilité repérés. Ce critère, falsifiable lui aussi, pondère en quelque sorte l’aspect abrupt de la coupe synchronique dans la trajectoire sociolittéraire des écrivains. Il donne la possibilité de situer un écrivain au sein des groupes qu’il a fréquentés, qui peuvent être plus jeunes ou plus vieux que lui, ce qui a des conséquences sur sa pratique littéraire (adoption ou non d’un genre – le vers libre par exemple , défense de conceptions littéraires en décalage par rapport à sa classe d’âge, etc.).

14Soumises à une analyse factorielle des correspondances multiples, ces caractéristiques permettent de se faire une idée générale des oppositions entre profils (Fig. 1). Le premier plan factoriel met en évidence un premier quadrant (en haut à gauche), qui regroupe les modalités décrivant les écrivains les plus légitimes à l’époque. Héritiers de la grande génération symboliste de 1880 (Verhaeren, Rodenbach, etc.), ils ont tendanciellement fait du droit, exercent une profession libérale, sont de confession catholique (ils appartiennent aux Scriptores Catholici), sont régulièrement édités et reconnus en France et sont élus à l’Académie. Ils pratiquent généralement la poésie, quoique cette particularité apparaisse mal sur le graphique, dans la mesure où les modalités génériques classiques (poésie, roman, essai) sont partagées par bien plus d’écrivains que ceux du premier quadrant. En revanche, ceux-ci semblent avoir davantage investi le genre des discours et des conférences, ce qui correspond bien au profil général qui se dessine : l’homme de lettres, héritier du xixe siècle bourgeois.

Figure 1. Premier plan factoriel des modalités décrivant 210 écrivains.

Figure 1. Premier plan factoriel des modalités décrivant 210 écrivains.

15Ces écrivains sont aussi les plus âgés : ils appartiennent aux deux premières générations du corpus. Si la corrélation entre l’âge et la consécration peut sembler une évidence, il faut se garder de généraliser le profil de l’écrivain consacré de l’entre-deux-guerres à celui des périodes postérieures. En effet, comme on le constate à l’examen des autres quadrants, ce profil homogène est plus une question de génération que de consécration.

  • 30 . On le constate même dans leurs lieux de sociabilité : on retrouve dans ce quadrant le Groupe Mo (...)

16À l’opposé du profil, on trouve, dans le quatrième quadrant (en bas à droite), la petite bourgeoisie du commerce, du secteur privé ou des employés de la fonction publique. Décentrés géographiquement30 (certains sont nés hors de Belgique ou en sont partis pour leurs études), ils n’ont pas fait les études menant traditionnellement au monde des lettres. Certains se sont arrêtés à l’école primaire ou secondaire ; pour la quatrième génération, cela s’explique parce qu’elle a connu la Première Guerre au moment d’entamer des études supérieures.

17Dans le deuxième quadrant (en haut à droite) se regroupent les modalités décrivant le gros de la vie littéraire belge durant l’entre-deux-guerres : actifs au Brabant et en Wallonie, publiés en Belgique, ils travaillent principalement dans la fonction publique ou (et cela n’est pas spécifique à ce profil) comme instituteurs ou journalistes. La modalité « études en philosophie et lettres » est à la frontière entre le premier et le deuxième quadrant : le basculement entre « études de droit » et celles-ci est donc moins marqué qu’on ne pourrait le penser. Si le droit caractérise bien le premier profil, les écrivains de ce corpus, par rapport à celui des écrivains actifs durant l’entre-deux-guerres, semblent partager davantage une formation lettrée.

18Les quadrants de droite rassemblent ainsi les générations montantes, recentrées sur la Belgique francophone telle qu’on la connaît aujourd’hui. Le quadrant en bas à gauche regroupe les écrivains flamands s’exprimant en langue française, derniers représentants d’une tendance dominante au xixe siècle. Avec le premier quadrant, ils dessinent des profils sociolittéraires en voie de disparition.

  • 31 . Denis, B. & Klinkenberg, J.-M., 2005.

19Cet examen à grands traits des profils d’écrivains permet de situer les enjeux liés à l’époque et au sous-champ : on repère une évolution nette des profils sociolittéraires corrélés aux générations en coprésence durant l’entre-deux-guerres. Cette évolution confirme le basculement d’ordre esthétique mis en lumière pour cette période par Denis et Klinkenberg31. Après cette brève analyse des profils d’écrivains constituant le corpus, je voudrais m’intéresser aux sociabilités littéraires de ceux-ci et, plus précisément, à la structure que l’on peut dégager des relations qu’ils entretiennent par l’entremise de ces lieux de sociabilités.

2. Analyse du réseau des écrivains et des lieux de sociabilité

  • 32 . Les lieux de sociabilité français sont ici exclus de l’étude, dans la mesure où l’analyse de ces (...)
  • 33 .Seuls ont été pris en compte les lieux où les écrivains se rencontrent effectivement, afin d’avoi (...)

20La base du ciel permet de recenser 79 lieux de sociabilité situés en Belgique, auxquels participent des littérateurs belges de l’entre-deux-guerres32. Ces lieux, qui comprennent les comités de revues belges, permettent de reconstituer un large réseau de relations interpersonnelles directes entre écrivains, fondé sur leurs fréquentations communes33.

21Notons toutefois que le lien établi entre deux individus par le biais d’un lieu de sociabilité commun ne renseigne pas l’intensité de cette relation. De plus, étant donné l’étendue chronologique du corpus (l’entre-deux-guerres), on ne peut parler non plus de « transitivité » des relations. Rien ne garantit en effet qu’un écrivain puisse rencontrer un autre écrivain par l’intermédiaire d’un troisième qui connaîtrait les deux. Il est possible qu’une des deux relations ait pris fin avant l’autre. Enfin, pour certains lieux peu institutionnalisés, l’absence de procès-verbaux, d’invitations formelles ou de témoignages écrits consignant la composition du groupe oblige à recourir aux manifestes signés par le collectif. C’est notamment le cas pour le Manifeste du Lundi, émanation directe du Groupe du Lundi, ou encore des différents manifestes surréalistes, traces sûres de la sociabilité surréaliste belge. Cependant, selon le principe énoncé plus haut, tous les manifestes de la période ne sont pas retenus, étant donné qu’ils n’apportent pas la preuve d’une rencontre effective. Une fois ces précautions méthodologiques posées, ce réseau de relations reste un objet original à explorer.

22Pour étudier le réseau formé par ces lieux de sociabilité, j’ai construit deux matrices d’adjacence : l’une croisant les agents (267 individus), et l’autre les lieux (79 lieux). La fréquentation d’un lieu par un agent entraîne l’existence d’une relation avec tous les autres agents fréquentant ce lieu et le partage d’un agent par deux lieux forme une relation entre ces lieux. La matrice agent/agent tient compte, pour les institutions, du décalage chronologique entre certains agents : à l’Académie, sur la période considérée, certains meurent avant que d’autres n’aient été élus. Commençons par observer le réseau des lieux de sociabilité, pour en venir ensuite au réseau des écrivains eux-mêmes.

23Si la lisibilité du graphique (Fig. 2) n’est pas satisfaisante pour une lecture détaillée, ce dernier permet déjà néanmoins de repérer deux ensembles. À gauche, avec des connexions très denses, on observe les modes de sociabilité de l’avant-garde, avec les manifestes et certains comités de revues. À droite prennent place les lieux de sociabilité et les comités de revue plus traditionnels, représentatifs d’une littérature établie, légitime à l’époque, lieux institutionnalisés ou en voie d’institutionnalisation.

Figure 2. Relations entre les lieux de sociabilité

Figure 2. Relations entre les lieux de sociabilité
  • 34 .L’ARLLF, créée en 1920, est le résultat d’une volonté de consacrer les survivants de la grande gé (...)

24À partir de cette première matrice, il est déjà possible d’effectuer quelques calculs de centralité. La centralité de degré (le nombre de liens par lieu, c’est-à-dire le nombre d’agents que ce lieu partage avec d’autres lieux) sur la matrice non dichotomisée indique que les lieux les plus centraux sont, d’un côté, tous les manifestes et groupes surréalistes et, de l’autre, le Groupe Moderne d’Art de Liège (dont on peut faire l’hypothèse que ses membres compensent leur décentrement géographique par une multiplication des connexions avec d’autres lieux de sociabilité), le pen Club (apolitique, le club se veut un rassemblement le plus large possible d’écrivains de tous horizons), le groupe du Journal des Poètes, le groupe de La Renaissance d’Occident (deux revues importantes dans l’entre-deux-guerres soutenues chacune par des groupes fort actifs), et le groupe du Manifeste du Lundi (le foyer des revendications esthétiques néo-classiques, point de cristallisation en fin de période – 1937 – de la dynamique centripète). L’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique (arllf) et, plus encore, les Scriptores Catholici, deux institutions que l’on aurait pu penser plus centrales, partagent finalement peu de membres avec les autres lieux. Cela implique un relatif isolement par rapport aux autres lieux de sociabilité, qui s’explique pour la première par un écart générationnel important34 et pour la seconde par le fort marquage idéologique de ce groupe. On constate d’ailleurs que le graphique isole assez nettement les lieux de sociabilité à tendance catholique : on retrouve ainsi dans la partie supérieure droite notamment les Scriptores Catholici, le comité de direction de La Revue Sincère, les Amis de la Nouvelle Équipe et le Groupe des Poètes catholiques. L’arllf est à la frontière, maintenant des liens tant avec la mouvance catholique qu’avec les mouvements socialistes (Front littéraire de Gauche).

  • 35 .Dozo, B.-O., 2008.
  • 36 . Sur le pilier catholique, voir C. Vanderpelen-Diagre, 2004.
  • 37 . Cinq surréalistes ont le plus grand nombre de participations, du fait de la sociabilité particul (...)

25L’isolement partiel du réseau catholique est à mettre en relation avec celui du réseau des préfaciers catholiques, déjà constaté ailleurs35. Ce constat relativise surtout l’influence du pilier catholique sur la littérature belge : loin de toucher toute la sphère littéraire, il est certes présent, sans toutefois y jouer le rôle principal36. Quant aux écrivains eux-mêmes, certains participent à un grand nombre de lieux37, d’autres pas. Un réseau fondé sur les appartenances crée une série de cliques d’individus, attachées aux différents lieux et liées entre elles par un ou plusieurs individus. Cette série de  littérateurs est particulièrement intéressante. On peut en effet se demander ce que signifie le fait de multiplier les appartenances à différents lieux de sociabilité. Quels avantages concrets ces littérateurs tiraient-ils de ces contacts ?

26Comme la multiplication des lieux permet la multiplication des contacts, il peut s’agir d’une stratégie de reconnaissance dans le sous-champ littéraire. Deux logiques peuvent être envisagées concernant les écrivains et les ressources du réseau : soit le littérateur tire parti de ses liens multiples pour accéder aux ressources, soit il occupe la position d’une personne ressource lui-même, c’est-à-dire une personne vers laquelle d’autres écrivains se tournent pour accéder à certains services. Concrètement, si l’écrivain veut se faire publier, ou encore obtenir un subside pour ses projets, le fait de connaître des personnes bien placées dans une maison d’édition ou au ministère des sciences et des arts sera bénéfique et l’aidera dans son entreprise. D’un autre côté, si l’écrivain a accès à une ressource spécifique – il est directeur de collection et a le pouvoir d’accueillir de jeunes auteurs, il est critique dans un journal influent, il est juré d’un prix littéraire –, il devient alors une personne ressource qu’il est utile de connaître.

Figure 3. Structure du réseau de relations des écrivains

Figure 3. Structure du réseau de relations des écrivains

27L’analyse des relations individuelles permet ainsi de mettre en évidence des écrivains dont la configuration des liens laisse supposer qu’ils occupent une position particulière dans le sous-champ littéraire belge : impliqués dans plusieurs groupes, ils remplissent une position stratégique qu’il faut interroger. À partir du réseau des relations individuelles ainsi reconstitué, il est donc possible de mettre en évidence des positions charnières, particulièrement intéressantes pour l’analyse. L’étude de ces positions doit alors être complétée par le recours à des données contextuelles, qui permettent de rendre compte de la position remarquable de ces écrivains.

3. Interprétation qualitative des positions quantitativement remarquables dans le réseau des écrivains

  • 38 . Ont été utilisées pour l’analyse les centralités de degré, d’intermédiarité et de proximité, ain (...)
  • 39 . Voir par exemple R. S. Burt, 1995a ou 1995b.

28Plusieurs outils de mesure de l’analyse structurale des relations sociales permettent de souligner la position exceptionnelle d’individus pris dans un réseau. J’utiliserai dans cette section différentes mesures de centralité38. Chacune renseigne sur la position structurale qu’occupe un agent particulier. Des centralités élevées isolent des agents qui sont en capacité de tirer un avantage de leur position structurale. Cet avantage, quelle que soit sa forme, peut être défini comme une forme de « capital relationnel ». À la différence du capital social, qui serait plutôt une description des ressources d’un réseau (en vue d’un usage individuel ou collectif), le capital relationnel, dans ce sens, est avant tout un coup de projecteur sur un avantage individuel structurel. Cette acception renvoie donc à la manière dont Burt conçoit le capital social39.

29À partir des résultats de ces différents indices, l’analyse structurale des relations sociales dégage en quelque sorte un terrain en friche : celui d’une catégorie de littérateurs dont on soupçonnait l’existence sans pouvoir appréhender leur activité de manière globale. Cette catégorie rassemble des agents dont les observateurs les plus fins soulignent souvent le rôle : il s’agit de ceux qu’on appellera ici « les animateurs de la vie littéraire », c’est-à-dire les littérateurs qui disposent d’un capital relationnel important. Pour les définir, on indiquera en première approche que leur contribution tient moins dans l’œuvre qu’ils produisent – laquelle peut cependant ne pas être négligeable – que dans la fonction d’organisateur ou de contact entre agents qu’ils assument. L’histoire littéraire n’ignore pas cette catégorie d’agents, qu’elle construit intuitivement à partir d’une série d’observations telles que la fonction occupée au sein de maisons d’édition à fort capital symbolique ou de comité de rédaction de revues prestigieuses, l’importance de leur activité d’épistolier ou leur apparition récurrente dans des événements littéraires enregistrés par l’histoire du champ, etc. Par le calcul des différents indices, l’analyse structurale donne une base objectivante à la description de cette « espèce » des animateurs de la vie littéraire.

30Toutefois, si l’analyse structurale autorise cette appréhension générale et systématique, elle ne dit pas tout — loin de là — de cette catégorie. Elle fonctionne plutôt comme un marqueur des endroits où creuser ou un indicateur des routes à suivre. Il me semble donc utile d’établir qualitativement, en examinant rapidement le profil sociolittéraire des quelques littérateurs mis en avant par chaque indice, une petite typologie des résultats obtenus à partir de la méthode.

31Si l’on prend les indicateurs numériques au sérieux (en ayant conscience des limites de ceux-ci, comme l’hypothèse de la « synchronie longue » de l’entre-deux-guerres, comme le choix du lien « effectif » ou comme l’exhaustivité relative des lieux de sociabilité et de leur composition, dépendant de l’état des sources), ils permettent de confirmer ou d’infirmer des « intuitions » de l’histoire de la littérature, mais aussi de découvrir des rôles et des positions méconnus, voire insoupçonnés.

  • 40 . Dozo, B.-O., 2008.
  • 41 . Cette notion, empruntée à Weber, est à entendre au sens de J.-P. Bertrand & al., 1983. Jean-Pie (...)
  • 42 . Les lettres enflammées que Gauchez envoie aux collaborateurs qui ne jouent pas le jeu dont il f (...)

32Au niveau des confirmations, on retrouve par exemple Franz Hellens, animateur de la revue Le Disque vert, cas paradigmatique du porteur de projet. Hellens, que l’on pourrait qualifier de victime de l’évolution sociopolitique de la Belgique, avait le profil parfait pour devenir l’héritier de la génération de 1880. Le changement des conditions structurelles de production littéraire l’a obligé à adapter sa stratégie : il s’est fait le porteur d’une conception moderniste et internationale de la littérature, illustrée par sa revue, et en relation avec d’autres conceptions littéraires émergentes à l’époque. Il devient ainsi le point de jonction de plusieurs groupes, ce que montre très bien sa centralité d’intermédiarité très élevée. En misant sur une stratégie réticulaire, il a acquis, on va le voir, un capital symbolique important provenant de la Belgique francophone. Cette conversion d’un capital relationnel fort en capital symbolique belge fort est à retenir : elle explicite en effet un mode de fonctionnement spécifique du champ littéraire belge. Hellens n’est ainsi pas le seul à avoir adopté cette stratégie : Maurice Gauchez, directeur de La Renaissance d’Occident, a un profil sociolittéraire comparable à celui d’Hellens. Pourtant, son capital relationnel est moins important. On sait en outre l’importance de l’activité de préfacier40. Or la préface n’est pas le seul type de lien fort que Gauchez mobilise : le groupe de La Renaissance d’Occident a une structure assez rigide, avec des responsables de rubriques fixes, des collaborateurs réguliers, etc. Ce groupe constitue une forme de « communauté émotionnelle41 », rassemblée autour d’un leader qu’est Gauchez42. Ce dernier privilégiera en quelque sorte les liens forts, là où Hellens multiplie les liens faibles : collaborations ponctuelles à une grande quantité de revues, présence dans différents mouvements, etc. Il est intéressant de constater que cette stratégie, à terme, est celle qui fonctionne le mieux : le groupe de La Renaissance d’Occident, s’il joue un rôle important dans la vie littéraire de l’époque, ne domine pas suffisamment pour imposer Gauchez au centre des lettres belges. En revanche, Hellens, dont le projet personnel consiste moins en la défense d’un groupe qu’en une ouverture à différentes tendances et en un syncrétisme esthétique assumé, multiplie les contacts et jouit d’une reconnaissance unanime, même s’il n’obtiendra jamais une consécration comparable à celle des grandes figures de la génération symboliste, faute sans doute justement d’un projet esthétique suffisamment lisible. Ce flou dans le positionnement littéraire d’Hellens peut d’ailleurs être interprété comme la contrepartie de sa plasticité relationnelle : la capacité à fréquenter simultanément des groupes faiblement connectés entre eux et qui ne partagent donc que peu de positions communes, ne favorise pas la formulation d’une ligne esthétique clairement identifiable. Mais c’était peut-être pour Hellens la meilleure (voire la seule) manière d’exister dans un sous-champ belge dont la structure a largement évolué depuis la génération symboliste.

33L’examen des relations de tous les écrivains permet également de prendre ses distances avec certaines représentations classiques enregistrées à leur propos. Le cas de Michel de Ghelderode est de ce point de vue particulièrement exemplaire. Durant l’entre-deux-guerres, Ghelderode jouit, d’après mes indicateurs, d’un capital relationnel fort. Or, selon sa posture d’après-guerre, il incarne une sorte de paria des lettres belges. Entre ces deux périodes, il y a l’Occupation et les émissions que l’auteur réalisera pour Radio-Bruxelles : elles lui vaudront à la Libération sa révocation de l’administration communale de Schaerbeek et une traversée du désert qui prendra fin à partir de 1949 et de son succès sur les scènes parisiennes. Il reste de cet épisode une représentation de Ghelderode comme un auteur ayant obtenu sa reconnaissance à l’étranger avant de bénéficier des lauriers belges. Et l’image d’un misanthrope : rejeté par l’institution du fait de son attitude pendant l’Occupation, Ghelderode transforme son exclusion relative en un choix radical (et sanctifiant) de solitude, propre aux auteurs que leur génie voue à rester incompris. Cependant, une étude attentive des relations de Ghelderode au sein du sous-champ littéraire belge de l’entre-deux-guerres incite à rectifier cette image, qui s’est imposée pour toute la trajectoire de l’auteur et occulte en partie l’époque qui a précédé sa reconnaissance. Il est en effet partie prenante de deux lieux de sociabilité majeurs dès cette période, l’un dans les années 1920 (le groupe de La Renaissance d’Occident, où il rencontre Marcel Wyseur et Camille Poupeye) et l’autre dans les années 1930 (le groupe du Manifeste du Lundi, qui cristallise et met en lumière les changements sociaux et littéraires intervenus après la Grande Guerre). L’appartenance à ces deux lieux (ainsi qu’au groupe de l’Avant-Poste et à la Libre Académie Picard) suffit à le placer au cœur du monde littéraire belge durant l’entre-deux-guerres. Il est donc utile de ne pas se contenter d’une représentation entérinée par l’histoire littéraire traditionnelle et de ne pas figer les auteurs dans un profil unique : leur trajectoire est une succession de profils, qui dépendent grandement de la coupe synchronique retenue.

34On le voit, le capital relationnel, comme les autres capitaux des écrivains, n’est pas une mesure absolue. Il ne serait par exemple pas possible de comparer des capitaux d’agents de périodes différentes : ces mesures sont incommensurables, car elles renvoient à des contextes et à des découpages chronologiques différents, qui les conditionnent et conditionnent surtout leur interprétation. En outre, les profils d’agents peuvent évoluer : des coupes chronologiques successives peuvent voir varier le capital relationnel d’un même agent (on l’a vu avec le cas de Ghelderode). À mon sens, reconstituer la trajectoire d’un agent dans un champ doit consister à isoler des synchronies successives qui prennent en compte à chaque étape une configuration particulière du champ.

35Enfin, les différentes mesures mobilisées, en particulier celle d’intermédiarité (avec toutes les précautions nécessaires sur ces données « longues » chronologiquement), attirent l’attention sur le rôle ou la position de certains écrivains, en particulier sur certains absents du panthéon historiographique littéraire. L’existence littéraire de ces « animateurs » tient uniquement dans leur capital relationnel : Gaston Pulings et Pierre Fontaine sont de ceux-là. Les indicateurs mettent en valeur ce type d’agents essentiellement à cause de la convergence de deux facteurs : l’inscription dans un réseau politique et l’appartenance à plusieurs groupes littéraires quantitativement importants. Gaston Pulings est ainsi d’obédience catholique (il appartient au groupe des poètes catholiques), travaille à la questure du Sénat, dont il deviendra directeur, et participe aux activités du Groupe du Lundi et du groupe du Journal des Poètes. Cette participation combinée à des lieux littéraires et sociaux importants le place en position privilégiée dans la vie littéraire de l’époque : il n’est pas à l’initiative de ces activités, mais en devient une sorte de témoin privilégié, présent aux moments et aux endroits clés.

36Pierre Fontaine est le pendant socialiste de Pulings. Journaliste à l’Institut national de Radiodiffusion, il participe en littérature au Front littéraire de Gauche et au Groupe moderne d’Art de Liège et affiche des sympathies socialistes. Il dirige le journal parlé de Radio Belgique de 1928 à 1930. On constate, avec ce profil, que la combinaison du politique et du littéraire est donc porteuse pour accéder à la vie littéraire en Belgique francophone. Toute la question est cependant ici de savoir ce que l’identification de ce type d’agents apporte à la connaissance de l’histoire de la littérature belge francophone : l’approche statistique qui les fait émerger n’est pas ici en mesure de répondre à cette interrogation, qui ne pourra être traitée que par une étude détaillée des trajectoires des nombreux Pulings ou Fontaine que compte l’institution ; en pointant leur existence et leur présence active au sein du sous-champ littéraire belge francophone, elle incite cependant à s’y pencher de plus près et à se poser des questions dont l’historiographie littéraire traditionnelle fait parfois l’économie.

37On mesure ainsi avec ces deux cas qu’il ne faut pas négliger les contraintes et déterminations plus sociales que littéraires qui pèsent sur les agents : comme pour les relations entre préfacés et préfaciers, la logique confessionnelle joue également un rôle important dans ce cas-ci, notamment pour des personnages comme Carton de Wiart du côté des catholiques ou Pierre Bourgeois du côté des socialistes. Chacun leader de leur tendance, ils mobilisent tous deux un grand capital relationnel, composé tant de liens forts que de liens faibles. Leur position structurale leur permet d’exister et de faire exister d’autres agents au sein du sous-champ littéraire belge francophone à partir de réseaux tissés en dehors de ce sous-champ, mais qui s’actualisent en son sein sous la forme d’homologies structurales – au sens où certains groupes littéraires contiennent en eux-mêmes une orientation politique ou idéologique. Étant donnée la faiblesse institutionnelle spécifique du sous-champ littéraire belge, il est évident que des groupes littéraires politiquement marqués (Scriptores catholici, Front littéraire de Gauche, etc.) trouvent leur place et prennent part activement à la structuration de la vie littéraire. Cependant, la logique belge des piliers politiques est court-circuitée par des logiques proprement littéraires : des personnes d’obédience différentes appartiennent aussi à des groupes littéraires sans implication politique. Le personnel du pen Club en est un bon exemple : le Club des écrivains belges avait précisément pour objectif de dépasser les clivages en y interdisant la politique. Conception utopique, comme l’histoire du pen Club international l’illustre à maintes reprises (ne serait-ce qu’avec le refus de Piérard de participer au même banquet que le représentant du pen Club  allemand, Gerhart Hauptmann), mais volonté qui a permis, en Belgique, de rassembler une large part des écrivains belges sous la seule bannière de la littérature pure (Bourgeois et Pulings participent tous deux au banquet organisé à Bruxelles en 1927). L’approche réticulaire permet ainsi de mieux comprendre le rôle des déterminations politiques dans la structure du sous-champ littéraire belge francophone, en évitant tant de nier ces déterminations que d’être, à propos de la description de ce sous-champ, dans le régime discursif du manque (d’autonomie, d’institutions, etc.) par rapport au modèle français.

  • 43 . Cette notion est développée pour l’histoire sociale du littéraire par Michel Lacroix à propos d (...)

38Outre ces intersections entre le littéraire et le politique, l’approche réticulaire permet aussi d’interroger d’autres processus de la vie littéraire. Pointons par exemple la consécration et l’une de ses modalités d’actualisation : Georges Eekhoud est l’exemple typique de l’écrivain consacré en fin de carrière qui bénéficie d’une reconnaissance mise en avant par l’approche réticulaire quantitative et interprétable selon la métaphore du réseau. Peu avant sa mort en 1927, il bénéficie du statut d’« éminence grise »43 auprès de la jeune génération (à l’instar de Gauchez, que j’ai évoqué plus haut, il est l’un des plus âgés parmi les participants à La Renaissance d’Occident). Il s’entoure d’un groupe informel de jeunes littérateurs qui se donne pour nom la « Synthèse » (comme on le découvre à la lecture des Documents secrets de Franz Hellens). Par ce type de posture, il assume pleinement la stratégie réticulaire. Mais il profite aussi de la reconnaissance de ses contemporains. Il est en effet l’un des membres fondateurs de l’arllf, dont il endossera la fonction de directeur en 1923. Pourtant, au sortir de la Grande Guerre, ses positions pacifistes auraient pu lui valoir une déchéance rapide. Néanmoins, toujours dans une logique de contacts de proches en proches, il sera réhabilité par un mouvement de solidarité nationale et internationale, auquel prennent part notamment Romain Rolland et Henri Barbusse. Eekhoud constitue donc une sorte d’idéal-type de l’écrivain consacré littérairement (il reçoit le prix quinquennal de littérature en 1893 pour La Nouvelle Carthage) qui bénéficie en outre d’un important réseau de relations sociales.


***

  • 44 . Sapiro, G., 2008.

39L’approche quantitative des réseaux sociaux est encore peu utilisée en littérature, malgré le profit qui pourrait en être tiré, comme le souligne Gisèle Sapiro, dans son bilan des recherches quantitatives en littérature44. En appliquant, à titre exploratoire, l’analyse réticulaire à un vaste corpus d’écrivains, cet article s’est attaché à montrer le potentiel de l’alliance du quantitatif et du qualitatif. L’analyse des réseaux permet en effet d’objectiver la construction des différents profils d’écrivains et de donner une assise plus stable aux interprétations proposées pour en rendre compte.

40La notion de capital relationnel, fondée davantage sur la structure des relations interpersonnelles qu’entretient chaque littérateur que sur les ressources auxquelles ces relations donnent accès, fait de cette structure un avantage potentiel pour l’écrivain. De ce point de vue, les liens peuvent être tant des atouts que des contraintes et seules certaines configurations relationnelles s’avèrent particulièrement profitables pour les agents du sous-champ littéraire belge francophone, ce qui illustre l’importance de ces structures de relations. L’analyse de ces structures montre combien elles déterminent, en complément d’autres dispositions de type catégoriel qui ont pu être mises en évidence ailleurs, la trajectoires sociolittéraire des écrivains et plus généralement le fonctionnement de la vie littéraire dans un sous-champ du champ littéraire francophone.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Biographie nationale, Bruxelles, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1866-1986, 44 vol.

Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 1988-2003, 7 vol.

Brucher, Roger puis Detemmerman, Jacques (dir.), Bibliographie des Écrivains Français de Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 1958-1988, 5 vol.

Nachtergaele, Vic & Trousson, Raymond (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres, i. Le roman, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1988.

Berg, Christian & Frickx, Robert (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres, ii. La poésie, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1988.

De Grève, Marcel, d’Heur, Jean Marie & Pouilliart, Raymond (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres, iii. Le Théâtre et l’Essai, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1989.

Frickx, Robert & al. (dir.), Lettres françaises de Belgique. Dictionnaire des œuvres, iv. 1981-1990, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994.

Bibliographie

Aron, Paul, « Questions académiques. 1920–1940 », Textyles, n° 15, 1998, p. 132-141.

Aron Paul & Denis Benoît, « Réseaux et institution faible », in Daphné de Marneffe & Benoît Denis (éd.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri / CIEL-ULB-ULG, 2006, p. 7-18.

Beniamino, Michel, La francophonie littéraire. Essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces francophones », 1999.

Bertrand Jean-Pierre, Durand Pascal & Dubois Jacques, « Approche institutionnelle du premier surréalisme (1919-1924) », Pratiques, n° 38, 1983, p. 27-53.

Bourdieu, Pierre, « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques », Études de Lettres, vol. iii, 1985, p. 3-6.

Burt, Ronald S., Structural holes: The Social Structure of Competition, Cambridge, Harvard University Press, 1995a.

Burt, Ronald S., « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », Revue française de sociologie, 36/4, 1995b, p. 599-628.

Denis, Benoît, « La littérature francophone de Belgique. Périphérie et autonomie », in Jacques Dubois, Pascal Durand & Yves Winkin (éd.), Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu, Actes du colloque de Cerisy, Liège, Éditions de l’Université de Liège, coll. « Sociopolis », 2005, p. 175-184.

Denis, Benoît & Klinkenberg, Jean-Marie, La littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord Références », 2005, p. 143-209.

Dozo, Björn-Olav, « À propos de la création d’un lieu de sociabilité littéraire institué. Analyse des débats et des enjeux qui ont précédé la création de l’Académie royale de Langue et Littérature française de Belgique », Tangence, n° 80, hiver 2006, p. 59-84. URL : http://www.erudit.org/revue/tce/2006/v/n80/013546ar.pdf (consulté le 10 février 2009).

Dozo, Björn-Olav, Mesures de l’écrivain. Étude socio-statistique du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Marie Klinkenberg, Université de Liège, 2007a.

—, « La sociologie quantitative au service de l’étude du personnel littéraire : le cas du personnel littéraire de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique », in Frank Wilhem, Raymond Baustert, Marion Colas-Blaise & Tonia Raus (éd.), Le Blé en herbe. Actes des Premières Journées des Jeunes Chercheuses/eurs en Littérature et Linguistique françaises, Luxembourg, 2007b, p. 85-102. http://hdl.handle.net/2268/3909

—, « La présence des juristes dans l’institution littéraire belge. Examen de l’évolution des trajectoires scolaires et professionnelles des écrivains dans l’entre-deux-guerres », Textyles, Droit et littérature, n° 31, 2007c, p. 28-46. http://hdl.handle.net/2268/10167 (consultée le 15 avril 2009).

—, « Structure de l’espace relationnel des auteurs francophones belges de l’entre-deux-guerres », in Marie-Pier Luneau & Josée Vincent, La fabrication de l’auteur, Québec, Nota Bene, 2009, p. 183-203. URL : http://hdl.handle.net/2268/3070 (consulté le 10 février 2009).

Dozo, Björn-Olav & Fréché, Bibiane, « Réseaux et bases de données », in Daphné de Marneffe & Benoît Denis (éd.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri – ulb – ULg, 2006, p. 39-50. URL : http://hdl.handle.net/2268/4048 (consultée le 10 février 2009).

Dozo, Björn-Olav & de Marneffe, Daphné, « Réseaux et souvenirs littéraires : le cas d’André Fontainas », Textyles, n° 26-27, 2005, p. 130-139. url : http://hdl.handle.net/2268/3924 (consulté le 10 février 2009).

Dubois, Jacques, L’institution de la littérature, Bruxelles, Labor, 2e éd. (1re éd. Paris – Bruxelles, Nathan – Labor, 1978), coll. « Espace Nord Références », 2005.

Fréché, Bibiane, Entre rupture et continuité. Le champ littéraire belge après la Seconde Guerre mondiale (3 septembre 1944–8 octobre 1960), thèse de doctorat, sous la direction de Paul Aron, Université Libre de Bruxelles, 2005.

Lacroix, Michel, « Une éclatante discrétion : Jean Paulhan et le pouvoir dans les lettres », Tangence, n° 80, 2006, p. 101-123.

Marneffe, Daphné de, Entre modernisme et avant-garde. Le réseau des revues littéraires de l’immédiat après-guerre en Belgique (1919-1922), thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Bertrand, Université de Liège, 2007. url : http://bictel.ulg.ac.be/ETD-db/collection/available/ULgetd-09292007-212823/ (consultée le 10 février 2009).

Meylaerts, Reine, L’aventure flamande de la Revue Belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, 2004.

Piron, Sophie, « La polygraphie chez les écrivains belges du début du 20e siècle », Textyles, n° 15, 1998, p. 87-101.

Sapiro, Gisèle, « Mesure du littéraire », Histoire & Mesure, vol. xxiii, n° 2, 2008, p. 35-68. (http://histoiremesure.revues.org/index3553.html, consulté le 10 février 2009).

Vanderpelen-Diagre, Cécile, Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe, coll. « Histoires contemporaines », 2004.

Verbruggen, Christophe, Een sociale geschiedenis van het schrijverschap tijdens de Belgische belle époque, thèse de doctorat, sous la direction de Jan Art, Universiteit Gent, 2006.

Weber, Max, Sociologie des religions, trad. Jean-Pierre Grossein, Paris, Gallimard, « Tel », 1996.

Haut de page

Notes

1 . Pour une introduction aux francophonies littéraires, voir M. Beniamino, 1999.

2 . La relation de la production littéraire belge francophone avec la production française sert de fondement à la périodisation la plus communément admise pour l’histoire de la littérature belge. Les différentes étiquettes de ces périodes – littérature belge de langue française, littérature française de Belgique, littérature francophone belge – sont autant de « phases » qui balisent la production littéraire belge : la phase « centrifuge » dénote une attitude nationaliste chez les auteurs belges, cherchant à se distinguer du centre français ; la phase « centripète », en revanche, renvoie à des auteurs visant l’assimilation à la littérature française. Enfin, lors de la phase « dialectique », les auteurs combinent les positions en fonction de leurs stratégies personnelles. Cette périodisation se fonde sur l’évolution esthétique d’un important corpus d’œuvres analysé qualitativement. Voir B. Denis & J.-M. Klinkenberg, 2005.

3 . Meylaerts, R., 2004.

4 . Verbruggen, C., 2006.

5 . Bourdieu, P., 1985, p. 5.

6 . Denis, B., 2005, p. 179.

7 . En première approximation, je laisserai de côté les conséquences de l’import de normes externes sur le fonctionnement et la configuration des institutions spécifiques de la vie littéraire locale, c’est-à-dire les effets du « modèle français » sur la morphologie sociolittéraire belge. Si cette perspective comparatiste n’est pas celle que je privilégie, cela ne m’empêche pas de m’intéresser à la configuration structurelle du sous-champ, sans m’interroger sur les causes de cette organisation.

8 . Denis, B., 2005, p. 181-182.

9 . Institution étant à entendre dans le sens que lui donne J. Dubois, 2005.

10 . Aron, P. & Denis, B., 2006, p. 15.

11 . Fréché, B., 2005 & de Marneffe, D., 2007.

12 . Le ciel (Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire) est une collaboration entre l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de Liège qui a été financée par la Communauté française de Belgique de 2002 à 2007.

13 . Une version publique de la base, qui est toujours en développement, est déjà accessible à l’adresse http://www.ciel-litterature.be

14 . Elle reprend en particulier les informations recueillies dans les travaux antérieurs existants, telles la Biographie nationale, la Nouvelle Biographie nationale, la Bibliographie des écrivains francophones belges ou le Dictionnaire des œuvres, ainsi que les informations consignées dans une série de thèses et de mémoires sur la littérature belge. Voir la bibliographie arrêtée fin 2006, qui a servi à l’élaboration de la base, à l’adresse : http://contextes.revues.org/docannexe2013.html (consultée le 10 février 2009).

15 . Cette définition du Belge permet de tenir compte de cas limites comme Henri Michaux, qui prend la nationalité française en 1955, mais était introduit dans différents lieux de sociabilité en Belgique au début de sa carrière littéraire.

16 . L’activité littéraire est définie en creux, dans un but pratique de constitution de la base de données : par activité littéraire, on entend la publication en volume d’au moins une œuvre littéraire, c’est-à-dire qui n’est ni scientifique, ni technique, ni juridique, ou la publication d’une contribution dans une revue à dominance littéraire (c’est-à-dire pas purement informative, ni spécialisée dans d’autres domaines que la littérature), voire seulement la participation à la vie littéraire de l’époque, que cela soit par l’animation ou la direction d’une revue littéraire, ou la direction d’une maison d’édition belge, etc.

17 . Le corpus actuel est un corpus de départ. La base sera ouverte aux auteurs belges de toutes les périodes par la suite.

18 . Chaque écrivain a une fiche d’identification principale, reliée à une série de tables secondaires thématiques : les résidences, la famille, les études, les professions, les sociabilités littéraires, les activités littéraires et culturelles, etc. permettent de reconstituer la trajectoire de l’écrivain grâce aux étapes successives enregistrées (chaque enregistrement de la base décrivant une étape). Une table « œuvres » reprend la bibliographie de l’écrivain, détaillant chaque édition de chacune de ses œuvres. Enfin, une partie « revues » vise à décrire les revues littéraires belges en énumérant les contributions d’écrivains, les illustrations et les annonces (publicitaires ou autres). Pour une description détaillée de la base de données du ciel, voir B.-O. Dozo & B. Fréché, 2006.

19 . Denis et Klinkenberg situent les prémisses de l’esthétique néo-classique durant l’entre-deux-guerres, puis son imposition massive après la Seconde Guerre mondiale. Dans l’entre-deux-guerres, de nombreux héritiers des écrivains du xixe siècle sont également toujours en activité (Denis, B. & Klinkenberg, J. M., 2005).

20 . Les informations relatives aux dernières études entamées distinguent sept catégories : études primaires et secondaires, artistiques, école normale, autres études supérieures non universitaires, droit, philosophie et lettres, autres études universitaires. La construction de l’ensemble de ces variables a été discutée longuement dans ma thèse (Dozo, B.-O., 2007a, p. 176-194 ; p. 206-239.

21 . Dozo, B.-O., 2007b.

22 . Dozo, B.-O., 2007c.

23 . En l’absence d’une catégorisation socioprofessionnelle similaire à celle proposée par l’insee en France, nous avons recouru ici à une catégorisation proche de la terminologie employée dans les notices de la base de données, sans pour autant être complètement ad hoc. 15 catégories ont ainsi été distinguées : agriculteurs, artisans commerçants, cadres de la fonction publique, cadres d’entreprise, clergé, employés d’entreprise, employés de la fonction publique, instituteurs, professions intermédiaires en entreprise, professions intermédiaires de la fonction publique, professeurs et scientifiques, professions libérales, rentiers, professions du spectacle et de l’information, ouvriers. Les instituteurs auraient pu être incorporé dans une catégorie plus large (comme « enseignants », avec les « professeurs et scientifiques », ou au sein des « employés de la fonction publique »). Cependant, du fait de leur place dans les lettres belges, il m’a semblé utile de les différencier.

24 . Pour le lieu d’origine comme pour le lieu des études secondaires et des études supérieures, 4 catégories (Flandre, Wallonie, Brabant, hors de Belgique) ont été distinguées.

25 . Les prix obtenus sont distingués selon leur origine, belge ou française.

26 . Le type d’éditeur est ainsi défini selon l’origine géographique et littéraire (belge, franco-belge, français, belge issu de revue littéraire).

27 . Cette variable comporte 10 modalités : anthologie ; conférence et discours ; conte ; essai y compris biographie et tract ; nouvelle ; poésie ; roman ; écrit non littéraire ; souvenirs, témoignages et récits de voyage ; théâtre, opéra et radio.

28 . Piron, S., 1998.

29 . Dans l’analyse factorielle, cette variable a été projetée en modalité supplémentaire et non utilisée comme variable active.

30 . On le constate même dans leurs lieux de sociabilité : on retrouve dans ce quadrant le Groupe Moderne d’Art de Liège, l’un des rares groupes explicitement situés hors de Bruxelles.

31 . Denis, B. & Klinkenberg, J.-M., 2005.

32 . Les lieux de sociabilité français sont ici exclus de l’étude, dans la mesure où l’analyse de ces lieux, peu nombreux, éloignerait du projet de cet article, qui porte uniquement sur les facteurs internes d’organisation de la vie littéraire belge francophone. Sur la fonction de passeurs entre les deux pays que remplissent certains littérateurs, voir par exemple B.-O. Dozo & D. de Marneffe, 2005.

33 .Seuls ont été pris en compte les lieux où les écrivains se rencontrent effectivement, afin d’avoir une définition univoque de la relation entre écrivains.

34 .L’ARLLF, créée en 1920, est le résultat d’une volonté de consacrer les survivants de la grande génération des symbolistes belges (Maeterlinck surtout, et les épigones Giraud, Gilkin, Gille, etc.). À ce sujet, voir P. Aron, 1998 et B.-O. Dozo, 2006.

35 .Dozo, B.-O., 2008.

36 . Sur le pilier catholique, voir C. Vanderpelen-Diagre, 2004.

37 . Cinq surréalistes ont le plus grand nombre de participations, du fait de la sociabilité particulière retenue comme trace du surréalisme : les manifestes. Paul Nougé, Camille Goemans, René Magritte, E.L.T. Mesens et André Souris signent ainsi entre 11 et 18 manifestes retenus pour la période. Au-delà de cette sociabilité particulière, qui isole d’ailleurs les surréalistes à gauche du graphique du réseau des lieux de sociabilité, les autres écrivains appartiennent au minimum à un lieu et au maximum à sept.

38 . Ont été utilisées pour l’analyse les centralités de degré, d’intermédiarité et de proximité, ainsi que la mesure du « pouvoir » de Bonacich. La centralité de degré est l’indicateur le plus simple : elle consiste à mesurer le nombre de liens qui passent par un agent. La centralité d’intermédiarité est un indice fondé sur le nombre de fois qu’un noeud est présent dans une géodésique, c’est-à-dire le nombre de fois qu’un agent est le plus court chemin entre deux autres. La centralité de proximité permet quant à elle de mesurer la plus ou moins grande accessibilité des agents, au sein de réseaux fermés. Enfin, la mesure du pouvoir de Bonacich évalue le pouvoir d’influence d’un individu, au travers des liens qu’entretiennent ses connaissances : le pouvoir d’un individu sur son entourage est en effet d’autant plus fort que ce dernier est composé de personnes isolées. Les « scores » des différents écrivains sont disponibles en annexe.

39 . Voir par exemple R. S. Burt, 1995a ou 1995b.

40 . Dozo, B.-O., 2008.

41 . Cette notion, empruntée à Weber, est à entendre au sens de J.-P. Bertrand & al., 1983. Jean-Pierre Grossein propose une nouvelle traduction du concept weberien en « groupement communautaire » dans la « Présentation » de M. Weber, 1996.

42 . Les lettres enflammées que Gauchez envoie aux collaborateurs qui ne jouent pas le jeu dont il fixe les règles (retard dans les rubriques, textes bâclés, etc.) sont la preuve de sa volonté de contrôler son projet littéraire, qui s’incarne dans La Renaissance d’Occident.

43 . Cette notion est développée pour l’histoire sociale du littéraire par Michel Lacroix à propos du cas de Jean Paulhan (Lacroix, M., 2006).

44 . Sapiro, G., 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Premier plan factoriel des modalités décrivant 210 écrivains.
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 2. Relations entre les lieux de sociabilité
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 3. Structure du réseau de relations des écrivains
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://histoiremesure.revues.org/docannexe/image/3887/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Sociabilités et réseaux littéraires au sein du sous-champ belge francophone de l’entre-deux-guerres », Histoire & mesure [En ligne], XXIV - 1 | 2009, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/3887

Haut de page

Auteur

Björn-Olav Dozo

F.R.S. FNRS, Université de Liège CELIFRAB (Centre d’étude de la littérature francophone de Belgique), Place Cockerill 3-5, 4000, Liège – Belgique. E-mail : bo.dozo@ulg.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page