Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pierre Bayart, La méridienne de France...

Colette Le Lay
p. 212-213
Référence(s) :

Pierre Bayart, La méridienne de France et l’aventure de sa prolongation jusqu’aux Baléares, préface de Jean-Claude Pecker, Paris, L’Harmattan, 2007, 250 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

astronomie

Géographie :

Espagne et Portugal, France
Haut de page

Texte intégral

1L’objet annoncé par le titre et la quatrième de couverture du livre de Pierre Bayart est la relation des péripéties de la prolongation de la méridienne de France, de Barcelone aux Baléares, par les deux jeunes astronomes Jean-Baptiste Biot et François Arago, de 1806 à 1808. L’auteur nous conte le parcours semé d’embûches des deux scientifiques aux prises avec les difficultés inhérentes à ce type de mesure aux xviiie et xixe siècles (méfiance des populations, mauvaises conditions météo­rologiques), mais également avec une situation de crise politique (les troupes de Napoléon pénètrent en Espagne pendant l’opération).

2Conter est le terme approprié, car Pierre Bayart prend le parti du récit chrono­logique et ne cherche à aucun moment à problématiser son propos. Il décrit la vie quotidienne des deux protagonistes, les lieux dans lesquels ils résident, les notables qu’ils rencontrent, les navires qu’ils utilisent. Il privilégie les anecdotes auxquelles Arago lui-même avait réservé une large place dans son Histoire de ma jeunesse, publiée à titre posthume dans ses Œuvres complètes en 1854.

3Afin de mener à terme son entreprise, Pierre Bayart a consulté une importante documentation primaire dont les références sont fournies dans la bibliographie. Certaines pièces essentielles, dont des lettres de Biot et d’Arago, sont mêmes inté­gralement retranscrites en annexe.

4Malheureusement, l’auteur n’a pas pris la précaution de réunir une réelle in­formation scientifique sur la géodésie et l’astronomie du moment. Nous sommes étonnée d’affirmations aussi hasardeuses que : « Picard mesura l’arc Paris-Amiens en 1669 puis Lacaille et Cassini, par deux fois, l’arc Paris-Collioure en 1683 et 1737 » (p. 21). La simple consultation d’une encyclopédie aurait appris à Pierre Bayart que Lacaille est né en 1713 et que ce sont deux membres différents de la dynastie Cassini qui opèrent en 1683 et 1737. Que dire de « Comme tous les astro­nomes de son temps, on lui demandera surtout de confectionner l’almanach annuel et des horoscopes » (p. 208) ! Il semble que Pierre Bayart confonde l’astronomie pré-keplerienne et la mécanique céleste hautement mathématisée qui prévaut en ce début de xixe siècle. Quant aux biographies de Biot et d’Arago livrées en annexe, nous demeurons dubitative sur les sources qui ont présidé à leur rédaction, tant elles se limitent à quelques aspects particuliers, pas nécessairement emblématiques de l’oeuvre de ces deux grands savants.

5Pierre Bayart est un grand amateur de Jules Verne et nous signale fort à pro­pos les hommages de l’écrivain à Arago, à la mesure de la méridienne et au séjour à Formentera. Est-ce un motif suffisant pour se satisfaire d’une citation du roman vernien Aventures de trois Russes et trois Anglais dans l’Afrique australe à titre d’explication du principe de la triangulation ? La détermination de l’arc de méridien y apparaît d’une facilité déconcertante, se réduisant à l’application de formules élé­mentaires de trigonométrie à partir de quelques mesures d’angles.

6Au fur et à mesure de la lecture, nous prenons conscience que le sujet réel de l’ouvrage n’est pas la méridienne, mais les Baléares, dont l’auteur est vraisembla­blement un spécialiste. Les descriptions de l’administration de Formentera ou la biographie du curé de Sant Mateu font montre d’une grande érudition, mais n’ont qu’un rapport très lointain avec le projet affiché. Sans doute Pierre Bayart eût-il été plus à son aise dans un ouvrage se concentrant sur les conditions locales et l’impact sur les Baléares de la prolongation.

7Le livre de Pierre Bayart intéressera donc les curieux de la vie aux Baléares au début du xixe siècle. Il présente également l’intérêt de citer longuement quelques écrits de Biot seulement disponibles en archives. Mais le lecteur intéressé par les aspects scientifiques de la triangulation sera déçu. Pour connaître les péripéties de l’aventure ici relatée, nous ne saurions trop lui conseiller de lire plutôt Histoire de ma jeunesse d’Arago.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Le Lay, « Pierre Bayart, La méridienne de France... », Histoire & mesure [En ligne], XXIII - 1 | 2008, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 01 mai 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/3143

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page