Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vladimir Ivanovitch Ivanov, La tenue de livres de compte...

Gérard Minaud
p. 205-208
Référence(s) :

Vladimir Ivanovitch Ivanov, La tenue de livres de compte en Russie aux xvie-xviie siècles. Étude historique et de sources documentaires à propos des livres de recettes et de dépenses de monastères (texte en russe), Saint-Pétersbourg, Dimitri Boulanin, 2005, 150 p., annexes 64 p., index des noms et lieux cités 16 p., glossaire des termes religieux 6 p., 21 illustrations photographiques et 1 carte géographique.

Entrées d’index

Mots-clés :

comptabilité

Géographie :

Europe orientale

Chronologie :

XVIe siècle, XVIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, composé de trois chapitres suivis de trois annexes fort docu­mentées, apparaît comme une des toutes premières monographies consacrées à l’étude des pratiques comptables en Russie aux xvie et xviie siècles. V. I. Ivanov bâtit son raisonnement sur un appareil critique très dense. Si le lecteur occidental y retrouve des travaux sur l’histoire comptable qui lui sont familiers, comme ceux de R. de Roover (cité p. 9, n. 24), il y découvre surtout un grand nombre d’études russes et soviétiques sur l’histoire comptable qui sont très peu connues en Europe occidentale. V. I. Ivanov rappelle les travaux généraux de ses prédécesseurs avant de préciser le corpus documentaire qu’il retient pour les besoins de son analyse.

2Dans l’introduction (p. 4-13), l’auteur explique clairement l’intérêt de sa re­cherche. Ses arguments sont à la fois documentaires et économiques. D’une part, les documents de comptes des monastères russes des xvie et xviie siècles sont les plus anciennes traces de tenue de livres comptables en Russie. D’autre part, le rôle économique des ces institutions religieuses était loin d’être négligeable, car 23 % des serfs de Russie vivaient sur leurs terres à la fin de xvie siècle.

3V. I. Ivanov a choisi les comptes de trois monastères situés dans la région de Pomorié, au nord de la Russie, à proximité de la mer Blanche (carte p. 150) et lé­gèrement à l’ouest d’Arkhangelsk. Il s’agit des monastères de Solovetski, de Niko­lo-Korelski et de Krestniy-Onezhski (p. 10-11), que montrent des reproductions de photographies anciennes (fin du xixe et début du xxe siècle) et contemporaines (illustrations n° 1 à 8, entre les p. 128 et 129). Le premier de ces monastères, par exemple, possédait, entre autres biens, vingt unités de traitement de sel et deux autres, importantes, destinées au traitement du poisson, des ateliers de mica et de sidérurgie. La documentation comptable à leur sujet (illustrations n° 9 à 21, entre les p. 128 et 129), désormais accessible, est très vaste ; elle est conservée dans divers sites et fonds qu’indique l’auteur (p. 12-13).

4Le premier chapitre (p. 14-46), divisé en trois sections, est intitulé « Quantité et conservation de livres de recettes et de dépenses des monastères  ». Dans la première section (p. 14-18), V. I. Ivanov part d’un constat totalement justifié, tant en histoire ancienne que médiévale : les historiens ne maîtrisant pas le vocabulaire de la gestion et de la comptabilité ont jeté la confusion dans les sources en leur donnant des dénominations techniques erronées. En conséquence, l’exploitation historique qu’ils en font est dénaturée ab initio, et in fine de portée insignifiante pour l’homme de l’art. Par sa prudence méthodologique, V. I. Ivanov évite cet écueil. Ainsi, pour les monastères russes, les historiens nommaient indistinctement les documents « li­vres de comptes  » ou « livres de recettes et dépenses  ». V. I. Ivanov établit donc une classification technique (p. 14) : il distingue les livres normatifs et à caractère administratif (par exemple liés à la fiscalité) des livres de comptes de contrôle, et enfin des livres qu’il qualifie de comptes dynamiques (documents de calcul en cours, livres de recettes et de dépenses…). Ces derniers seuls servent à son étude ; il propose de regrouper les livres de recettes et de dépenses en trois types : de gestion administrative, de flux de marchandises et de gestion des ateliers (p. 17). Le tré­sorier de chaque unité économique, administrative ou de production, rédigeait des comptes susceptibles d’être transmis au service du trésorier principal du monastère. La classification que propose V. I. Ivanov donne une image tonique des activités économiques des monastères en renvoyant à des activités matérielles totalement différentes les unes des autres.

5Dans les deux sections suivantes (p. 18-32 et p. 32-46), V. I. Ivanov essaie de quantifier les proportions de livres de recettes et de dépenses que l’administration centrale monastique conservait, et il tente ensuite d’évaluer quelle proportion sub­siste aujourd’hui. Les registres d’inventaires d’archives du xviie siècle du monastère Solovetski permettent une reconstruction à partir de riches tableaux analytiques (p. 23-25). Les résultats ainsi obtenus rejoignent ceux relatifs au monastère Kres­tniy-Onezhski (p. 31-32). Selon l’auteur, les administrations centrales ne conser­vaient pas plus d’un tiers des documents de comptes que leur avaient transmis les unités périphériques, et il n’en resterait actuellement pas plus d’un tiers (p. 45-46).

6Le deuxième chapitre (p. 47-95), composé de trois sections, a pour titre « Par­ticularité et authenticité du calcul monastique ». Dans la première section (p. 47-62), l’auteur démontre l’existence de traits comptables topiques, comme l’utilisation de plusieurs unités de comptes : les trésoriers effectuaient des enregistrements en mon­naie, en nature ou les deux à la fois. Pourtant, souligne V. I. Ivanov, à la même épo­que, les institutions jésuites de Riga ne connaissaient que les flux monétaires dans leur comptabilité (p. 61-62). Les monastères russes tenaient cette particularité de la diversité de leur production : métallurgie, minéraux, sel, salaisons, agriculture… Toutefois, des bases de comptabilité en partie double commençaient à faire leur apparition, avec le souci d’élaborer des balances.

7Dans les sections qui suivent, l’auteur dresse tout d’abord un état comparatif des documents provisoires et de leur présentation définitive (p. 62-82) et discute ensuite des procédures internes de contrôle (p. 82-95). Il existe en effet des écarts entre les documents initiaux et finaux (tableaux p. 71, 73, 74). Le recours au travail gratuit peut les expliquer. Il s’agissait de la main d’oeuvre composée des serfs et des paysans sans terre ni famille, les bobils. Ces personnes fournissaient dans les divers établissements appartenant aux monastères des heures de travail gratuit, éventuelle­ment portées en compte, mais n’occasionnant aucun débours (p. 82). En complétant ses sources par des documents autres que les seuls livres de recettes et de dépenses, l’auteur parvient à démontrer que, si les monastères utilisaient des procédures de gestion homogènes, et apparemment plutôt fiables, au sein de tous leurs établisse­ments, leurs objectifs étaient parfois différents. Le monastère de Solovetski recher­chait surtout l’efficacité économique, tandis que pour celui de Krestniy-Onezhsky, il s’agissait surtout d’enregistrer parallèlement les flux monétaires et de biens.

8Le dernier chapitre est un exercice de gestion, comme le montre son titre : « Reconstitution d’un budget de monastère » (p. 96-149). Chacune des trois sec­tions qui le constituent contribue à établir quel rôle jouaient différentes activités économiques, telles que le prêt d’argent, les activités commerciales et les droits féo­daux, dans le fonctionnement global d’une institution monastique. En regard de ce budget de ressources, l’auteur a établi celui des emplois, divisé en deux sections. La première renvoie à la continuité des activités économique du monastère et l’autre à ses besoins proprement dits.

9Sans même entrer dans son aspect quantitatif, cette reconstitution met en avant des principes de gestion par section homogène ou par unité de production : on les voit clairement implantés dans tous les monastères. On peut de plus se faire une idée de la rentabilité du patrimoine. En effet, pour le monastère de Solovetski, 58 % des recettes étaient réutilisés à des fins économiques, le solde, 42 %, étant employé pour la maintenance des bâtiments et les besoins de la communauté religieuse.

10Les annexes qui closent cette étude éclairent le lecteur sur la vie quotidienne des monastères. La première reproduit le contenu de plusieurs livres, en précisant cote et lieu de conservation de chaque feuillet cité (p. 153-188). La deuxième re­trace une enquête diligentée en 1646 à la suite d’une malversation financière impli­quant le père Savva, trésorier du monastère Solovetski (p. 189-194). La troisième enfin (p. 195-215) reproduit le journal de recettes et de dépenses mixte, en argent et nature, d’une année entière d’un établissement dépendant du monastère Kolsky Pechengsky (1er septembre 1658-1er septembre 1659).

11Le lecteur aurait trouvé un intérêt supplémentaire dans ce brillant travail s’il avait fourni certaines précisions juridiques, notamment sur le statut des laïcs tra­vaillant pour les monastères ou sur leurs terres et sur l’origine de leurs possessions. On regrette aussi de ne pas savoir quelle était la proportion des ressources de ces établissements religieux destinée à des oeuvres charitables.

12V. I. Ivanov a mené son étude avec clarté ; sa pertinence est d’autant plus grande qu’il a identifié la nature technique des documents qu’il exploite. Aussi peut-il en tirer l’essentiel sans confusion ni approximation. À ce titre, sa démarche peut servir d’exemple quant à la nécessité de connaître la portée technique et la nomenclature précise des documents avant de songer à les analyser pour en déduire des conclusions historiques.

13Ses résultats peuvent aussi servir de base à des réflexions comparatistes pour des périodes plus anciennes, pour lesquelles des séries quantitatives font cruelle­ment défaut. Par exemple, les données comptables mises en avant sur le travail gratuit des serfs et des bobils dans des ateliers pourraient éventuellement servir de repère pour réfléchir au coût du travail servile dans l’Antiquité, d’autant que l’or­ganisation administrative des monastères russes rappelle celle de certains grands domaines d’Égypte romaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Minaud, « Vladimir Ivanovitch Ivanov, La tenue de livres de compte... », Histoire & mesure [En ligne], XXIII - 1 | 2008, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/3113

Haut de page

Auteur

Gérard Minaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page