Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Daniel Benamouzig, La santé au miroir de l’économie

Paris, puf, 2005, 479 p.
François Denord
p. 179-181
Référence(s) :

Daniel Benamouzig, La santé au miroir de l’économie, Paris, puf, 2005, 479 p.

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années, les travaux se rattachant à ce que l’on appelle communément la « sociologie économique » se multiplient en France. Consacré à l’économie de la santé entre les années 1950 et 1980, l’ouvrage de Daniel Benamouzig contraste avec nombre d’entre eux. En premier lieu, il ne se limite pas à l’étude d’une profession, d’un marché ou d’une aire géographique. L’auteur retrace l’histoire de l’économie de la santé française en tenant compte des différents espaces où elle s’élabore et circule (Université, organismes de recherche, milieux médicaux, politiques, ministères, etc.). En deuxième lieu, il marque ses distances vis-à-vis de la sociologie économique, en énonçant dès l’introduction un programme de « sociologie générale » de l’économie : il ne s’agit pas d’emprunter à l’économie ses raisonnements ou ses concepts, encore moins de la suppléer là où elle s’avèrerait déficiente. Daniel Benamouzig se propose d’adopter une démarche de sociologie classique, largement ouverte à l’histoire. En troisième lieu, en considérant l’économie tant du point du vue du théoricien que du praticien, l’auteur fait du calcul économique un acteur de premier plan. Il cherche moins à montrer des effets tangibles de l’économie de la santé sur le système sanitaire et social qu’à comprendre une dynamique historique, ainsi que l’élaboration et les recompositions d’un cadre intellectuel.

2Les trois premiers chapitres du livre dépeignent une première configuration, celle des années 1950-1970 : l’économie de la santé trouve ses principaux relais au sein de l’administration. C’est dans le sillage du Commissariat général au Plan qu’apparaissent les premières équipes spécialisées, notamment au sein du Crédoc, organisme peu étudié auquel Daniel Benamouzig consacre de très intéressantes pages. Si elle préoccupe les pouvoirs publics, l’expertise économique en matière de santé reste d’abord sous le contrôle de médecins. Durant les années 1960, avec l’émergence de la ve République, les transformations des outils de prévision, le développement de la recherche opérationnelle et l’introduction de la rationalisation des choix budgétaires (rcb), elle fait son entrée au ministère des Finances. Elle est promue par des ingénieurs et des hauts fonctionnaires qui ont souvent fait le chemin de l’Amérique et découvert les travaux de la Rand Corporation. Elle pâtit cependant des liens qu’elle entretient avec la rcb, dont l’influence s’efface au début des années 1970. L’évocation de la controverse des années 1960 sur le « prix de la vie humaine » permet à l’auteur de revenir sur les différents raisonnements auxquels l’économie de la santé donne lieu dans cette première configuration : les logiques rationalisatrices (certains ingénieurs s’essayent à chiffrer le coût de la vie humaine en tenant compte d’éléments objectifs et subjectifs) s’opposent par exemple aux valeurs chrétiennes de certains médecins ; le calcul coûts-avantages décline devant le développement d’une économie du bien-être qui tente de construire des indicateurs qualitatifs en matière de santé.

3La deuxième partie du livre (les chapitres 4 et 5) s’intéresse à la constitution d’une économie de la santé dans l’univers académique durant les années 1970. Daniel Benamouzig montre que cette « discipline » profite des réformes de l’Université et de l’essor de la contractualisation. Elle gagne également en audience et en crédibilité du fait d’une politisation progressive. L’usage des analyses coûts-avantages est ainsi renouvelé par des débats de société, comme celui portant sur le nucléaire. Ces deux chapitres fournissent l’occasion à l’auteur de défendre une thèse assez originale au regard de nombreux travaux de sociologie des sciences. L’autonomie de l’économie de la santé en tant que discipline ne s’oppose pas, loin s’en faut, à sa dépendance vis-à-vis de la commande administrative et à son instrumentalisation dans les débats publics. D’une part, l’asymétrie d’information entre l’État et les experts publics confère aux seconds d’importantes marges de manoeuvre. D’autre part, l’autonomie rend possible des engagements qui à leur tour motivent la production de nouvelles connaissances.

4La troisième partie du livre revient sur les usages de l’économie de la santé durant les années 1980. Après avoir retracé les transformations de l’hôpital et de la politique hospitalière, Daniel Benamouzig montre comment s’impose une logique d’évaluation des politiques publiques en matière de santé qui fédère médecins et économistes et réhabilite le calcul coûts-avantages, mais sous la forme d’une évaluation « médico-économique ». Dans un contexte où le libéralisme a le vent en poupe, les années 1980 sont marquées par un important débat sur les « réseaux de soins coordonnés ». Importé des États-Unis de Ronald Reagan par un économiste (Robert Launois), épaulé par un influent think tank (l’Institut la Boétie), ce projet de libéralisation du système de santé divise économistes et médecins. Les réseaux de soins coordonnés, bien qu’inapplicables, participent d’un mouvement plus général d’observation des systèmes étrangers et de recherche d’instruments de comparaison internationale. Il s’agit de formaliser les systèmes de santé, qui deviennent ainsi des objets manipulables tant par des « scientifiques » que des « praticiens » ou des politiques qui agissent avec leurs logiques propres.

5La santé au miroir de l’économie est bien plus qu’une histoire de l’économie de la santé. Les efforts de recontextualisation systématique faits par l’auteur le situent de manière très convaincante à la croisée de la sociologie politique (ou de l’histoire), de la sociologie économique et de la sociologie des sciences. On comprend ainsi le projet de « sociologie générale » qu’il revendique en introduction et en conclusion. Sans rien enlever au caractère remarquable de l’ouvrage, deux critiques peuvent néanmoins être adressées à l’auteur. La première concerne sa thèse stimulante sur l’autonomie d’une discipline dans sa relation avec un cadre contraignant. Il conclut un peu rapidement à la possibilité de sa généralisation, alors qu’elle renvoie peut-être à un configuration historique précise et que le processus qu’il décrit peut très bien être conduit à s’inverser. La seconde critique tient à ce que Daniel Benamouzig entre rarement dans le détail des formalisations opérées par les acteurs, sauf dans le chapitre consacré au prix de la vie. Le décorticage de quelques modèles aurait pu renforcer sa démonstration et rendre plus palpables les « motifs cognitifs » dont il retrace brillamment les mutations successives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Denord, « Daniel Benamouzig, La santé au miroir de l’économie », Histoire & mesure [En ligne], XXII - 2 | 2007, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/2593

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page