Navigation – Plan du site

Les logiciels utilisés pour la mise en œuvre des traitements et géotraitements présentés dans les différents articles sont :

  • ArcView v.3.2 ; ARC/INFO v.7.2 ; ArcGIS-ArcInfo 8.3 ; ArcInfoWorkstation v.8.3 : ESRI, Environmental Systems Research Institut Inc, Redlands, California, USA, Copyright 1982-2005.

  • GRASS v.4.2, Geographic Resources Analysis Support System, U.S.Army Construction Engineering Research Laboratory.

  • CorelDraw v.8.0.

  • 4D©, copyright 4D SA 1985-2005.

  • Access ; Excel : copyright Microsoft.

Les astérisques (*) signalés dans les textes renvoient à ce glossaire.

Algèbre de carte (map algebra) : Méthode et/ou langage de programmation de haut niveau mis en œuvre lors des géotraitements en vue de l’analyse, de la modélisation et de la simulation spatiales à partir d’une structure maillée (Grid).

Artefact : « Structure ou phénomène d’origine artificielle ou accidentelle rencontré au cours d’une observation ou d’une expérience portant sur un phénomène naturel » (Petit Larousse Illustré, 1973). Ce terme est ainsi employé en archéologie pour les objets de fabrication humaine, découverts lors de fouilles ou de prospections.

BD-CARTO® : Base de données cartographiques de référence. Utilisée de l’échelle départementale (1/50 000e) à l’échelle régionale (1/250 000e), elle décrit l’ensemble des informations présentes sur le territoire métropolitain et les départements d’outre-mer (projection en Lambert ii étendu et Lambert 93, précision décamétrique). Produit édité par l’Ign.

BD-ALTI® : Référentiel du relief sur la France, cette base est une gamme complète de MNT (Modèles Numériques de Terrain) qui décrivent la forme du terrain à différentes échelles du 1/50 000e au 1/1 000 000e (projection Lambert zone, Lambert ii étendu et Lambert 93, précision décamétrique). Produit édité par l’Ign.

CAO/CAM : Conception Assistée par Ordinateur/Computer Assisted Manufacture.

Centre de gravité ou barycentre ou encore point moyen : Point construit à partir d’un ensemble d’autres points d’inégale importance. Le barycentre correspond à une moyenne pondérée de ces points. La notion de centre de gravité vient de la physique où elle exprime l’idée de centre d’équilibre de plusieurs masses ponctuelles. En mathématiques, le barycentre de trois points A, B, C du plan P, affectés respectivement des coefficients a, b, c, est le point G unique tel que :

Coefficient de corrélation linéaire de Bravais Pearson : Mesure l’intensité de la liaison entre deux caractères quantitatifs grâce à la formule : r = CovXY / (ÛX x ÛY). Il donne la mesure de la dispersion d’une distribution conjointe dont les deux caractères auraient été standardisés. Groupe Chadule, 1994, p. 103.

Couverture (Coverage) : Limite géographique d’une partie du monde réel correspondant à un thème et contenant des objets géographiques modélisés se rapportant à lui.

Datum géodésique ou système géodésique : Ensemble des constantes et algorithmes qui doivent intervenir dans le processus d’estimation des coordonnées, Ign, 2000.

Échantillons spaciaux ou sondages spatiaux Dotés d’une distribution aléatoire sont déterminés par une méthode basée sur les plus proches voisins ou sur les distances (Clark & Evans, 1954 ; Ripley, 1981 ; Lee & Wong, 2001).

Élément topographique : Dans l’étude historique de l’évolution d’une ville, tout élément matériel individualisable, d’origine humaine (maison, temple, rempart, voie…) ou naturelle (cours d’eau, relief…), participant du paysage urbain et connu par une ou plusieurs sources : vestige retrouvé en fouille ou subsistant dans la ville, tracé dans un plan, mention écrite.

Fermes : C. Gandini rattache à cette classe les établissements dépourvus de toutes traces d’élaboration architecturale qui caractérisent habituellement les villae. Elle distingue deux catégories en fonction des matériaux mis en œuvre : d’une part les fermes en terre et bois, d’autre part les fermes maçonnées. La construction « en dur » qui caractérise les fermes maçonnées rendant parfois floue la limite avec certaines exploitations agricoles de type villa, C. Gandini les caractérise de la façon suivante : « L’identification de ces fermes repose essentiellement sur leur taille, inférieure à celle des villae, et leur architecture plus fruste, dénuée d’éléments de décor. On n’y reconnaît pas les deux parties traditionnelles d’une villa ». Gandini, C., 2000, pp. 64 et 70.

Fonction focale ou fonction de voisinage : Une des fonctions du langage de l’algèbre de cartes (map algebra) définie par Dana Tomlin en 1990. Cette fonction prend en compte une maille considérée et les valeurs de ses voisines immédiates lors d’opérations mathématiques. La valeur du résultat est affectée à la maille considérée (cf. Somme focale).

Format DXF (Drawing eXange Format) : Fichier ASCII permettant l’échange entre les logiciels.

GEOFLA® : Base de données des limites administratives et des chef-lieux au niveau communal pour la France entière (projection Lambert ii étendu à l’échelle du 1/1 000 000e), 1993. Produit édité par l’Ign.

Géomatique : Discipline ayant pour objet la gestion des données à référence spatiale et qui fait appel aux sciences et aux technologies reliées à leur acquisition, à leur stockage, à leur traitement et à leur diffusion.

Graphe planaire topologique sans isthme : Un graphe G est planaire s’il est possible de le représenter sur un plan de sorte que les sommets soient des points distincts et les arcs des courbes simples ne se rencontrant pas en dehors de leurs extrémités. Un graphe planaire topologique est une représentation d’un graphe planaire G sur un plan.

Dans un graphe planaire topologique, une face est par définition une partie du plan limitée par des arcs de sorte que deux points de la face puissent toujours être reliés par un trait continu ne rencontrant ni sommet, ni arc. Deux faces sont adjacentes si elles ont un arc en commun. Deux faces sont opposées si elles ont un sommet commun sans être adjacentes. Un graphe planaire topologique sans isthme est un graphe planaire topologique sans arc pendant. Cf. C. Berge, 1970.

Grid : Structure maillée organisée selon un maillage régulier constitué de lignes et de colonnes. Chaque maille carrée est localisée géographiquement par une paire de coordonnées x,y. Le grid possède des propriétés topologiques et des relations topologiques. À chaque maille est assignée une information thématique. Les groupes de mailles de même valeur représentent des entités spatiales ou des objets géographiques. Le grid correspond au mode raster.

HBDS (Hypergraph Based Data Structure) : Méthode de modélisation conceptuelle basée sur la théorie des graphes et des hypergraphes ainsi que sur celle des ensembles dans le cadre de la modélisation conceptuelle.

Holocène : Subdivision chronologique. La partie supérieure de l’ère Quaternaire, comprise entre 10 000 avant notre ère et l’actuel.

Implémentation : Mise en place sur un ordinateur d’un système d’exploitation ou d’un logiciel adapté aux besoins et à la configuration informatique de l’utilisateur.

Limon : « Formation meuble où domine la fraction inférieure à 50 microns. D’origine continentale, le limon est produit en milieu sec à partir de roches capables de fournir un matériel fin sous l’effet du gel, de l’usure par le vent ou le glacier ». Leroi-Gourhan, A., 1988, p. 651.

Loi de Poisson : Une distribution spatiale réalisant un processus de Poisson peut-être considérée comme aléatoire, dans la mesure où chaque point a une probabilité égale de s’implanter sur tous les endroits de la surface de la carte, indépendamment des autres points. Ainsi la distribution des distances minimales entre les entités réparties selon une loi de Poisson dépend uniquement de la densité des points.

Mode raster : Correspond au mode balayage, au mode point à point, au mode maillé. L’information spatiale et thématique correspond au contenu de l’objet géographique étudié assigné à la surface de la maille. La dimension de la maille ou résolution est définie en fonction de la taille du plus petit objet géographique. Le mode raster est unidirectionnel.

Mode vecteur : Le document analogique est constituée par un réseau de lignes parallèles dont chacun des points correspond aux nœuds d’un réseau. Chaque segment de droite peut être considéré comme une succession de points représenté par des coordonnées (x,y). En chacun d’eux est affecté un vecteur, entité mathématique définie par une ou des direction(s) et une longueur. L’information spatiale et thématique correspond au contenant de l’objet géographique. Le mode raster est pluridirectionnel.

Modèle géométrique : Les objets et les éléments sont indépendants les uns des autres. Les éléments sont des points, des lignes, des surfaces (polygones). Le modèle géométrique correspond au mode vecteur.

Modèle spaghetti : Les données ne sont pas structurées et ne possèdent aucune relation entre elles. Ce modèle correspond au mode vecteur.

Modèle topologique : Les objets, les éléments sont dépendants les uns des autres. Les éléments sont des sommets, des nœuds, des arcs, des faces de graphes (polygones), ils possèdent des propriétés topologiques et des relations topologiques (cf. topologie). Ce modèle correspond au mode vecteur.

Nœud pendant : Dernier point ou nœud d’un arc qui n’est pas connecté à un autre arc. Cet arc est appelé arc pendant.

Occupation du sol : Manière dont les sociétés humaines occupent et exploitent un territoire.

Opérateur spatial topologique : Un opérateur est une fonction ou procédure acceptant des paramètres en entrée, et restituant un résultat en sortie. Dans le cas d’un opérateur spatial, les paramètres d’entrée ainsi que le résultat peuvent être aussi bien des objets que des attributs attachés à ces objets. Les opérateurs spatiaux topologiques permettent de traiter les relations spatiales établies entre les objets géographiques (intersection, union, inclusion, adjacence, proximité, agrégation, etc.).

Point moyen d’un semis de points : « Le point moyen d’un semis de point a pour coordonnées géographiques xg et yg, c’est-à-dire les valeurs des moyennes arithmétiques des coordonnées de l’ensemble des N points considérés », Pumain, D. & Saint-Julien, T., 1997, p. 54.

Polygones de Thiessen : Ils sont générés à partir d’un semis de points. Mathématiquement, ils sont définis par les bissectrices des angles perpendiculairement aux lignes entre toutes les points. Un réseau de triangles irréguliers (TIN) est calculé pour créer les polygones de Thiessen. Ils sont aussi connus sous le nom de tesselation de Dirichlet et plus généralement de diagramme de Voronoï.

Projections Lambert : Projection réglementaire en France, de type conique conforme. Pour minimiser les déformations, la France a été découpée en 4 zones (la zone Lambert i, pour le nord, Lambert ii, le centre et Lambert iii, le sud). La projection appelée « Lambert ii étendu » couvre la France entière pour des besoins d’amplitude nationale. Site www.ign.fr

Quaternaire : Ère Quaternaire. Dernière période de l’histoire de la Terre, succédant à l’ère Tertiaire. Débutant, selon les écoles, vers 4 ou vers 2 millions d’années, elle dure jusqu’à l’époque actuelle.

Requête : Interrogation et manipulation faites avec le langage SQL (Structured Query Language).

RMS Error (Root Mean Square Error) : Indicateur de la mesure de la qualité des données. Il représente la différence entre les points de calage appelés TIC originaux et la localisation géographique des nouveaux points de calage calculés par un processus de transformation.

Sable limoneux type Ardentes : Sol sableux, léger, en Champagne berrichonne, pouvant être légèrement hydromorphe, à réserve utile moyenne, brun foncé à brun jaune en surface.

Semis de points : Ensemble de la distribution des unités spatiales ponctuelles localisant un événement dans l’espace géographique où chacune est déterminée par ses coordonnées X et Y dans le système de projection choisi. L’ensemble des localisations constitue le semis de points.

Sets : Ensemble homogène d’objets constituant la dotation d’une personne, par exemple, l’équipement d’un guerrier, un service à boire, etc.

SGBD : Système de Gestion de Base de Données.

SIG (Système d’Information Géographique) : Système informatisé permettant, à partir de diverses sources, de rassembler (collecter) et d’organiser, de gérer, de modéliser (modélisation spatiale, structuration spatiale), d’analyser et de combiner (analyse spatiale), de simuler (simulation spatiale, scénarii), d’élaborer et de présenter des informations localisées géographiquement afin de contribuer à la connaissance de l’espace. Un SIG est aussi un concept qui sous-tend la notion de modélisation selon une approche phénoménologique. Un système informatisé est défini comme l’ensemble des méthodes d’information et des logiciels d’application qui prennent appui sur le système informatique pour son exploitation alors qu’un système informatique est défini comme un ensemble de matériels et de logiciels.

Sol : « Corps naturel formé à partir d’une roche superficielle qui, sous l’influence d’un certain climat, d’une certaine végétation productrice de litière et d’une certaine population d’organismes, subit certains processus (érosion et minéralisation, décomposition et humification, stratification et diverses recompositions superficielles) qui le transforment. » Heinrich, D. & Hergt, M., 1993, p. 49.

Sol brun lessivé : En Champagne berrichonne, sol limoneux à 23-30 % d’argile, beige à brun jaune en surface, assez sain, profond sur assise calcaire.

Sol lessivé : En Champagne berrichonne, sol limoneux à 15-18 % d’argile, beige en surface, battant, hydromorphe et profond.

Somme focale : Une des fonctions focales appartenant à une méthode conçue par C. Dana Tomlin en 1990. Elle consiste, dans une structure maillée géoréférencée, à attribuer à chaque maille la somme des effectifs (ou d’un caractère quantitatif choisi) des points appartenant à une surface plus grande qui l’entoure. C’est donc un calcul de densité qui prend en compte le voisinage et permet ainsi de reconstituer la continuité spatiale de l’information.

Table : Contient un ensemble de données qui ont au moins une propriété sémantique commune (titre de la table) et qui sont organisées sous la forme d’un tableau.

Techno-complexe : L’ensemble des processus d’acquisition, de transformation, d’utilisation et de consommation des divers matériaux et produits constitue le système technique du groupe étudié. Une étude des traces qui structurent l’espace archéologique permet de reconstituer leurs modes de gestion (ou « économie ») des matières premières. L’interprétation et la synthèse de ces interprétations, en tenant compte des contraintes du milieu et des matériaux, permettent de distinguer les choix spécifiques et traditionnels d’un groupe humain et donc d’approcher sa culture matérielle et son économie. Dans ce cadre, un techno-complexe est un ensemble de groupes culturels répartis sur une aire géographique cohérente, ayant adopté le même système technique et des stratégies économiques similaires.

Tesselation : Modélisation et discrétisation de l’espace spatial selon un maillage composé de mailles géométriques régulières (lattice, grid) ou irrégulières (TIN). L’information thématique z est localisée soit au niveau des nœuds du maillage connu en x et y (lattice, TIN), soit au niveau de la surface de la maille (grid).

TIC : Points de contrôle correspondant à des localisations connues géographiquement. Les tics permettent d’enregistrer tous les objets géographiques dans un même système de coordonnées. Ils permettent de transformer les « coordonnées table » dans un système de coordonnées, de changer de système de projection.

TIN : Tesselation irrégulière ou maillage irrégulier constitué à partir d’un semis de points irréguliers dont la forme géométrique des mailles est un triangle. Celui-ci constitue un réseau de triangles irréguliers connu sous le nom de tesselation de Delaunay qui est le dual du diagramme de Voronoï.

Toise : Unité de longueur ancienne, indirectement définie par l’instauration du mètre décimal et la loi du 19 frimaire An viii (10 décembre 1799) qui stipule que « le mètre est égal à 3 pieds et 11,296 lignes de la toise de Paris », ce qui donne : une toise du Châtelet (ou de l’Académie) ≈ 1,949 036 310 m.

Topologie ou Science des Voisinages : Branche des mathématiques créée par le mathématicien français Poincaré à la fin du xixe siècle pour pouvoir formaliser des raisonnements de nature qualitative. La topologie s’intéresse aux relations de voisinage entre les objets localisés géographiquement ou non. Elle permet de formaliser mathématiquement une approche, une description qualitative. Les relations de voisinage entre les objets s’expriment en termes de continuité, de contiguïté, de proximité, d’adjacence, de connectivité. Une modification des relations spatiales entraîne une modification de la topologie.

Transform : Commande qui transforme une primitive ou un jeu de primitives entre des systèmes de coordonnées par l’intermédiaire d’une transformation donnée. La transformation peut être linéaire ou non linéaire. Quand une carte est numérisée, les coordonnées X et Y sont initialement en coordonnées table. Pour spatialiser ces données, ces mesures doivent être converties dans un système de coordonnées. La transformation affine mise en œuvre par la commande Transform convertit les coordonnées table en coordonnées cartésiennes.

Valeur théorique dans le cas de l’indépendance : « Dans un tableau de contingence N, l’étude de la relation entre deux caractères X et Y repose sur la confrontation entre la situation observée et la situation théorique que représenterait le tableau dans le cas où X et Y seraient indépendants » (Groupe Chadule, 1994, pp. 86-87). La valeur théorique à l’indépendance est calculée grâce à la formule nij = (ni. x n.j)/n.., c’est-à-dire le produit de l’effectif total du caractère i. et de l’effectif total du caractère .j divisé par l’effectif total de la distribution) Cette valeur est donc déterminée uniquement grâce aux distributions marginales.

Villa : Objet de débats au sein de la communauté archéologique la villa recouvre des réalités assez différentes selon les auteurs. Pour C. Gandini : « Architecturalement, il [le terme villa] doit être réservé au plus complexe des types d’habitats ruraux, réunissant une partie résidentielle plus ou moins confortable et construite « en dur » et une partie dévolue à l’activité agricole nettement distincte de la première. Enfin, la villa ne peut se concevoir qu’en dehors de l’espace urbain et est traditionnellement au centre d’un fundus ». Gandini, C., 2000, p. 60. Au moyen des descripteurs utilisés, il distingue, pour le territoire biturige, des petites villae, des villae moyennes, des grandes villae et des très grandes villae. Gandini, C., 2000, pp. 95-102.