Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vanoli, André, Une histoire de la comptabilité nationale

Paris, La Découverte, 2002, 656 p.
Claire Lemercier
p. 410-412

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Paru dans la jeune collection « Manuels Repères », l’ouvrage pourrait prêter à confusion : disons dès l’abord que ce n’est pas un manuel de comptabilité nationale, que, s’il accorde à l’expérience française (voire à une école française opposée à celles des Pays-Bas ou des États-Unis) une place centrale, il traite de la comptabilité nationale dans le monde entier et surtout que l’histoire qu’il relate commence, pour l’essentiel, après la Seconde Guerre mondiale. On n’y trouvera que quelques rappels sur les estimations précédentes du revenu national – rappels toutefois assortis, comme tous les autres points traités par allusion, de substantielles notes bibliographiques qui font une partie de la valeur de l’ouvrage. Ce qui intéresse l’auteur, c’est ce qui a occupé une grande partie de sa vie professionnelle : la comptabilité nationale construite dans chaque pays pendant les Trente Glorieuses et l’harmonisation internationale dont elle fait de plus en plus l’objet.

2Ouvrage d’acteur donc ; mais un acteur particulièrement pudique, qui ne souhaite pas d’abord témoigner de son expérience personnelle – seulement défendre certains choix théoriques, sans que ces jugements de valeur prennent d’ailleurs une trop grande place dans l’ouvrage. Les ouvrages de François Fourquet1 et d’Aude Terray2 sont sans doute plus riches quant à l’organisation concrète des bureaux, même si André Vanoli nuance leurs conclusions sur certains points. On reste de même un peu sur sa faim lorsqu’il décrit les négociations internationales, en termes fort policés : il est vrai que la plupart de leurs acteurs sont encore en poste. Mais sa visée est plus large et ses lectures l’autorisent à faire le point sur les grands problèmes actuels de la comptabilité nationale, en les replaçant dans la perspective de la construction de cette discipline bien particulière. Le titre originel du projet, sans doute plus juste, était d’ailleurs « La comptabilité nationale en perspective ».

3La discipline peut paraître rebutante. Mais le format « manuel » de l’ouvrage, avec de nombreux encadrés, annexes et autres « perspectives », d’abord un peu déroutant, permet finalement d’y picorer sur certains thèmes ; à celui qui voudrait tout lire, on pourrait d’ailleurs presque conseiller une lecture à rebours, tant les trois premiers chapitres peuvent paraître trop techniques, alors que les derniers sont bien plus accessibles à l’historien intéressé sans être spécialiste. L’heureuse présence d’un index des matières facilite également une lecture personnalisée. Quant aux nombreux tableaux chiffrés, ils permettent de donner à voir les réelles difficultés pratiques de la comptabilité nationale aussi bien que les transformations de sa présentation graphique. Les différentes manières de penser un cadre de comptabilité nationale (pour aboutir à des comptes nationaux ou à des agrégats, à des tableaux carrés…) sont en effet clairement posées, dans leurs conséquences intellectuelles aussi bien que visuelles et pratiques.

4S’interrogeant, dans son dernier chapitre, sur les ressorts de l’essor, puis d’un certain déclin de la comptabilité nationale (quelque peu délaissée par les économistes théoriciens, mais omniprésente, par ses grands agrégats, dans les médias), l’auteur adopte, pour le reste de l’ouvrage, une démarche essentiellement thématique. Elle intéressera avant tout les utilisateurs (et parfois les historiens) des statistiques que nous sommes pour les exemples concrets qu’elle donne de la difficulté, non seulement de recueillir des données, mais aussi de les intégrer et de les présenter dans un cadre conceptuel cohérent. C’est d’ailleurs un autre intérêt de l’ouvrage que d’esquisser dans son dernier chapitre des portraits du statisticien, de l’économiste, du comptable d’entreprise du comptable national et d’entrer dans leurs rapports parfois complexes. Qu’ils portent sur le statut ambigu des productions des administrations publiques ou des productions domestiques, mais aussi des entreprises individuelles ou de la recherche (les dépenses de recherche sont-elles des investissements ?) et encore de la publicité télévisée, cas épineux s’il en est, sur les défauts du Produit Intérieur Brut comme indicateur de bien-être et sur les tentatives alternatives ou bien sur toutes les questions soulevées par l’intégration d’une dimension écologique, les éclairages donnés par André Vanoli ne remettent pas seulement en cause des catégories parfois maniées sans précautions (proposant de très fins points sur le vocabulaire, par exemple sur les rapports du « capital », du « patrimoine » et de la « richesse »). Ils montrent aussi l’effort réel, souvent ignoré, des comptables nationaux pour prendre en compte ces problématiques nouvelles et s’adapter aux « systèmes conceptuels » de différents domaines d’activité.

5Intéressant pour le citoyen – l’Union européenne exerçant une influence de plus en plus sur les indicateurs de comptabilité nationale –, l’ouvrage l’est donc aussi pour l’historien, quoique de façon parfois frustrante : on n’y cherchera pas une nouvelle synthèse ou des aperçus inédits sur l’histoire de la macroéconomie ou celle des statistiques. Ces domaines ne sont, en effet, évoqués qu’en tant qu’interlocuteurs de ce qui fait l’objet propre du livre : l’institution nouvelle, voire le savoir nouveau, que représente la comptabilité nationale.

6En revanche, en tant qu’invitation à réfléchir sur les liens entre observation et concepts, l’ouvrage est plus qu’utile pour tous ceux qui se piquent d’histoire plus ou moins quantitative. Non seulement il revient sur des problèmes qui se posent aussi aux historiens, comme les usages des indices de prix, mais il aborde plusieurs fois le débat entre respect des flux bruts « tels qu’ils se présentent » à l’observation (« la réalité » ?) et reconstruction conceptuelle permettant de compenser les nombreux biais d’observation. L’auteur privilégie la seconde approche, soulignant que « conventionnel » ne veut pas dire « arbitraire » et expliquant les ressorts des nombreux redressements et autres évaluations pratiqués par les comptables nationaux : ou comment « boucher les trous » des tableaux n’est pas forcément une activité méprisable, mais demande un savoir-faire maîtrisé. L’ouvrage se termine d’ailleurs par un appel à une réflexion ouverte sur la mesure en économie. Tout historien de l’économie devrait prendre le temps de se confronter à cette question.

Haut de page

Notes

1 Fourquet, François, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du Plan, éditions Recherches, recueil d’entretiens, 1980.
2 Terray, Aude, Des francs-tireurs aux experts. L’organisation de la prévision économique au ministère des Finances 1948-1968, CHEFF, 2003 (issu d’une thèse).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lemercier, « Vanoli, André, Une histoire de la comptabilité nationale », Histoire & mesure [En ligne], XVIII - 3/4 | 2003, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 22 août 2017. URL : http://histoiremesure.revues.org/1840

Haut de page

Auteur

Claire Lemercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page